Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

150 - QOC 2000-466 Question de Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts", à M. le Maire de Paris concernant l'installation d'un stade olympique sur le parvis de l'Hôtel-de-Ville (4e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"Mme Martine BILLARD a appris par la presse, puis constaté de visu, l'installation d'un "vaste stade olympique" sur le parvis de l'Hôtel-de-Ville (4e), du 15 septembre au 1er octobre 2000.
Or, à aucun moment, le Conseil de Paris n'a été saisi d'une telle proposition. Pourtant, le parvis de l'Hôtel-de-Ville est un lieu emblématique de Paris et il semblerait logique que les élus aient leur mot à dire sur l'occupation de cet espace.
Par ailleurs, le stade Charléty est, de notoriété publique, sous-exploité. L'organisation de cet événement dans ce stade aurait pu permettre de pallier cette situation et d'animer un quartier qui l'est assez peu.
Qui plus est, l'opération projetée, par son ampleur, nécessite un financement d'importance. Jamais le Conseil de Paris n'a voté une telle dépense.
Mme Martine BILLARD demande donc à M. le Maire de Paris de lui faire connaître :
1°) qui est le maître d'oeuvre sur une telle opération ;
2°) quel est le budget alloué à cette opération ;
3°) comment sont financées ces dépenses."
Réponse (M. Dominique CANE, adjoint) :
"L'installation d'un stade olympique sur le parvis de l'Hôtel de Ville répond à la volonté de la Municipalité parisienne de s'associer pleinement aux Jeux olympiques de Sydney montrant ainsi l'attachement du Maire de Paris à l'éducation et à la pratique du sport dans la Capitale, et rappelant, de façon forte, la candidature de Paris aux Jeux de 2008.
Depuis son ouverture l'installation de cet équipement suscite l'intérêt des jeunes et de l'ensemble des Parisiens qui le fréquentent régulièrement.
Je précise que le maître d'?uvre de cette opération est le Comité national olympique et sportif français (C.N.O.S.F.), qui a organisé l'ensemble de la manifestation.
La Ville de Paris n'a donc apporté aucun financement direct, les services municipaux ayant instruit cette affaire comme toute opération relevant d'une occupation temporaire du domaine public municipal.
Seules diverses prestations techniques liées aux aménagements sur le parvis de l'Hôtel de Ville, notamment la dépose de 8 candélabres, ont été prises en charge par la Ville de Paris.
S'agissant du stade Charléty, son calendrier d'occupation et les conditions de celle-ci (coût de location, etc.) approuvées par le Conseil de Paris, n'ont pas paru adaptées à l'organisation de cette manifestation. En revanche son emplacement au centre de Paris a sans nul doute favorisé son succès."