Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

44 - 2000, DAC 297 - Subvention d'équipement à la S.A.R.L. "C.D.P. - Le cirque de Paris - Le Zèbre" (11e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention. - Montant : 1.000.000 F

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


M. Manuel DIAZ, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 297 relatif à l'attribution d'une subvention d'équipement à la S.A.R.L. " C.D.P. Le cirque de Paris - Le Zèbre".
Madame MOREAU, vous êtes inscrites sur cette affaire. Vous avez donc la parole.
Mme Soizik MOREAU. - Monsieur le Maire, c'est encore pour me réjouir que j'interviens.
Ce projet de délibération constitue un petit événement pour tous ceux qui sont attachés au rôle des équipements culturels dans les quartiers en difficulté. Evénement pour la Ville de Paris qui, de fait, s'engage à participer à la réhabilitation de l'ancien cinéma "Le Berry Zèbre", et donc soutient l'existence d'une petite salle de spectacles dont le fonctionnement et la programmation envisagés devraient satisfaire non seulement les habitants des quartiers environnants mais aussi l'ensemble des Parisiens.
A ce titre, je voudrais souligner ici la qualité des relations qui se sont mises en place entre la mairie du 11e arrondissement, les services de la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris autour du projet du nouveau propriétaire du Zèbre.
Ce dernier est un petit peu la providence au risque de le faire rougir, il est clair que sans cette initiative privée d'acquisition, "Le Berry Zèbre" serait sans doute devenu tout autre chose, un garage, un fast food, que sais-je encore.
Il faudra retenir autour du projet présenté par M. SCHOELLER et soutenu par la mairie du 11e une forme d'unanimité assez exceptionnelle des différents acteurs institutionnels susceptibles de participer à la réhabilitation de ce lieu. Ainsi a-t-on progressivement assisté à la naissance d'un véritable partenariat engageant non seulement la Ville de Paris mais aussi le Conseil régional d'Ile-de-France et la Direction régionale des Affaires culturelles.
C'est là aussi un exemple de ce que peut être une politique publique culturelle parisienne en matière d'équipements de proximité.
Certes, le poids financier de l'initiative privée a rassuré les instances concernées, mais au-delà de cette forme de caution, on retiendra que l'avenir du "Le Berry Zèbre " se sera construit aussi et avec l'action publique.
Le projet porté par l'équipe du nouveau Zèbre, s'il a une dimension parisienne et régionale, reste fondamentalement inscrit dans une logique de quartier. Il lui offrira une programmation culturelle, il devrait porter des initiatives d'animation et de formation notamment aux arts du cirque, auprès de publics scolaires. Il ouvrira ses portes aux associations locales porteuses de projets artistiques.
De tels lieux alliant une programmation de qualité à une intention clairement définie de satisfaire les attentes des associations et des habitants, sont rares à Paris, nous nous félicitons donc du soutien que la Ville de Paris va accorder à cette initiative.
Je vous remercie.
M. Manuel DIAZ, adjoint, président. - Merci, ma chère collègue.
Madame MACÉ de LÉPINAY, je vous prie...
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je veux très simplement remercier Mme MOREAU de tout ce qu'elle a dit. Il est vrai que depuis des années nous parlons du "Berry Zèbre". Il est vrai que nous pouvions désespérer. L'initiative de M. SCHOELLER a permis aux uns et autres de réagir, si je puis dire et je pense qu'effectivement une initiative privée épaulée comme elle l'est par les pouvoirs publics, vous l'avez rappelé, permet de mettre en route un projet. J'espère que ce projet sera mené à bien pour la grande satisfaction des habitants du 11e et de l'ensemble des habitants de Paris.
Je transmettrai à la Direction des Affaires culturelles les compliments que vous avez faits sur son action. Je pense qu'elle y sera très sensible.
Je pense que lorsqu'un projet est bien présenté, bien monté du point de vue financier, et que les références de son initiateur sont sérieuses, nous sommes tout à fait prêts à l'accompagner.
C'est ici, vous l'avez dit, un projet exemplaire et nous l'accompagnons avec enthousiasme.
Je vous remercie, Madame MOREAU, d'avoir souligné qu'on ne doit pas toujours désespérer de tout.
M. Manuel DIAZ, adjoint, président. - Merci, Madame.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 297.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DAC 297).