Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

124 - QOC 2000-511 Question de M. Claude GOASGUEN à M. le Préfet de police à propos de la présence de mendiants se livrant à des vols à l'étalage dans le 16e arrondissement, notamment avenue Mozart

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"De nombreux commerçants du 16e arrondissement, et de l'avenue Mozart en particulier, se plaignent de problèmes liés à la présence d'individus qui, sous le couvert de mendicité, se livrent à des vols à l'étalage et à des agressions verbales. Ces incidents se multiplient ces derniers mois dans le secteur.
M. Claude GOASGUEN souhaite que M. le Préfet de police lui fasse part des mesures qu'il compte prendre pour remédier à cette situation."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les faits dénoncés dans cette question semblent avoir un caractère très isolé. Les fonctionnaires du commissariat central du 16e arrondissement sis 62, avenue Mozart, n'ont pas eu connaissance d'une telle situation qui n'a pas été signalée aux îlotiers et n'a donné lieu à aucun dépôt de plainte, alors que ces fonctionnaires sont en contact constant avec les commerçants.
Certes, quelques personnes sans domicile fixe fréquentent cette avenue, mais leur attitude aussi bien que leur tenue ne constituent pas une nuisance avérée.
En revanche, plusieurs adultes dés?uvrés se regroupent de façon sporadique rue de Passy, et leur comportement agressif a conduit les services de police à renforcer les surveillances dans cette voie particulièrement commerçante et attirant de nombreux chalands.
Toutefois, hormis les vols à l'étalage et les menaces, pénalement qualifiables, dont se rendent parfois coupables ces dés?uvrés, les actes de mendicité auxquels ils se livrent ne sont plus, quant à eux, répréhensibles, en raison de l'évolution de la loi.
Les îlotiers, en mission dans ce quartier, ont donc sensibilisé les commerçants à la nécessité de les informer de tout acte de violence, même verbale, ou de délinquance, même mineure, comme le vol de denrées alimentaires, qui pourrait leur être imputable.
Dans un même temps, ces commerçants ont reçu l'assurance d'une intervention immédiate en cas de besoin, et d'une vigilance constante envers toute source de nuisance dans la rue de Passy."