Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

142 - QOC 2000-515 Question de MM. Alain LE GARREC, Bertrand DELANOË et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative à la présence de cars de gendarmerie gênant la circulation, rue de Harlay (1er)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"La rue de Harlay (1er), qui est à 2 voies de circulation sans espace de stationnement depuis l'élargissement des trottoirs, est utilisée tous les jours de la semaine, le matin et en fin d'après-midi, par des cars blindés de la Gendarmerie qui viennent amener et reprendre les membres du service de sécurité du Palais de justice.
Ce stationnement régulier et journalier modifie la circulation de la rue de Harlay puisqu'une voie se trouve inutilisable, ce qui provoque tout aussi régulièrement des embouteillages puisque les quais de l'Ile de la Cité servent de voies de dégagement et de contournement lorsque les grands axes du centre de Paris débordent.
Pourrait-on réfléchir à d'autres solutions et éviter ainsi que la pointe ouest de l'Ile de la Cité soit ainsi surchargée de véhicules, ce qui n'est pas sa vocation."
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
"La rue de Harlay est une voie circulée à double sens. Le stationnement y est interdit sur ses 2 rives au titre de l'article R. 37-1 du Code de la route, qui autorise toutefois l'arrêt des véhicules pour le temps strictement nécessaire à la dépose et reprise des personnes transportées.
Il appartient donc à M. le Préfet de police, seul compétent à Paris en matière de contrôle du respect de la réglementation, de mener les actions nécessaires afin d'en assurer le respect.
Ceci étant, afin de pallier les inconvénients signalés, il pourrait être proposé à M. le Préfet de police d'inviter la gendarmerie à faire stationner ses cars sur le quai du Marché-Neuf où un nombre important d'emplacements de stationnement est réservé à l'usage exclusif des véhicules de la Préfecture de police."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Lors des procès à haut risque, les cars des forces de l'ordre sont amenés à s'arrêter au plus près du Palais de Justice, à savoir dans la rue de Harlay, à Paris 4e.
Les cars de la Gendarmerie nationale s'immobilisent momentanément dans cette voie durant le temps nécessaire pour charger ou décharger les personnels et le conducteur du véhicule reste aux commandes de celui-ci ou à proximité immédiate pour pouvoir, le cas échéant, le déplacer.
Située derrière le Palais de Justice, et supportant une circulation de très faible importance, la rue de Harlay permet la présence des cars de la Gendarmerie nationale, sans qu'il en résulte d'incidences majeures pour la circulation générale, d'autant que les véhicules peuvent aisément contourner cette voie en se dirigeant vers la place du Pont-Neuf et le boulevard du Palais.
L'examen détaillé des autres solutions envisageables montre que tout autre stationnement temporaire, à proximité immédiate du Palais de Justice, boulevard du Palais ou sur le quai de l'Horloge ou des Orfèvres, serait générateur de difficultés beaucoup plus importantes en terme de circulation."