Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

131 - QOC 2000-475 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative à la grève des éboueurs dans les 15e, 18e et 19e arrondissements

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"Depuis quelques jours, le ramassage des ordures ménagères est perturbé, principalement dans les 15e, 18e et 19e arrondissements en raison d'une grève des éboueurs qui protestent contre la mise en oeuvre d'une nouvelle organisation du travail qui se traduirait, à leurs yeux, par la suppression du repos le dimanche et la disparition des heures supplémentaires. Un nouveau préavis de grève a été déposé pour le 14 septembre 2000. Une prochaine rencontre avec les responsables syndicaux est prévue à l'Hôtel-de-Ville.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris de porter à leur connaissance le fruit de ces négociations et les propositions faites par la Mairie de Paris aux agents de la Propreté."
Réponse (M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint) :
"Dans les arrondissements dont la collecte des ordures ménagères est effectuée par l'entreprise privée, les tâches de balayage sont réalisées par le personnel municipal à raison de 50 % de l'effectif les samedi et lundi. Le dimanche quelques agents rémunérés en heures supplémentaires effectuent les tâches les plus prioritaires.
Cette situation n'est pas satisfaisante et a d'ailleurs été dénoncée par certains maires des arrondissements concernés.
Afin d'améliorer progressivement cette situation, il a été décidé que les nouveaux embauchés dans ces arrondissements seraient placés sous le régime d'un roulement permettant d'accroître les effectifs présents notamment le dimanche.
Ce sont les conditions de mise en ?uvre de cette mesure qui ont provoqué, le 5 septembre 2000, un mouvement de grève auquel ont participé 8,3 % du personnel de la Propreté de Paris. Mais il n'a eu aucune incidence sur le bon déroulement de la collecte des ordures ménagères, a fortiori dans les 3 arrondissements cités où la collecte est effectuée par des entreprises privées.
Le mouvement de grève qui était prévu pour le 14 septembre 2000 a, pour sa part, été annulé par les organisations syndicales après qu'elles aient été reçues par M. l'adjoint au Maire chargé de la Protection de l'Environnement.
Ce dernier a confirmé à l'ensemble du personnel que la modification de rythme de travail ne remettra en cause ni les conditions de travail, ni la rémunération des agents en service. Seuls les nouveaux agents seront concernés. Des assurances renouvelées ont été données au personnel en ce sens."