Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

15 - 2011, DDEEES 55 G - Subvention (221.700 euros) avec convention au Groupement d'Intérêt Public Maison de l'Emploi de Paris au titre de l'année 2011.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2011

15 - 2011, DDEEES 55 G - Subvention (221.700 euros) avec convention au Groupement d'Intérêt Public Maison de l'Emploi de Paris au titre de l'année 2011.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DDEEES 55 G qui concerne la Maison de l'Emploi.

Mme Sandrine CHARNOZ a la parole.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, ce projet de délibération est l'occasion de rappeler que la Maison de l?Emploi de Paris a été créée en 2005 par huit membres fondateurs que sont l'Etat, la Ville et le Département de Paris, Pôle emploi, l'association pour la formation professionnelle des adultes, la Cité des Métiers, la Cité des Sciences et de l'Industrie, la délégation de Paris de la Chambre de Commerce et d'Industrie et la Chambre des Métiers et de l?Artisanat de Paris.

Impulsé par le dispositif national des Maisons de l'Emploi du Plan de cohésion sociale, l'objectif principal était de créer de meilleures synergies sur un territoire donné, Paris en l'occurrence, entre les différents acteurs de l'emploi et de la formation professionnelle, les acteurs économiques.

A ce titre, sur la période de 2005 à 2009, ce sont des opérations diversifiées qui ont été menées par la Maison de l?Emploi, essentiellement dans le souci de compléter les dispositifs de droit commun mis en ?uvre par le service public de l'emploi. On peut évoquer les actions expérimentales pour des publics spécifiques, les opérations de recrutement pour les employeurs parisiens, le développement de dispositifs favorisant l'insertion professionnelle de publics en difficulté avec, par exemple, un énorme travail pour développer des clauses sociales, ou encore le dispositif de suivi global pour les travailleurs régularisés.

Après une année 2010 de transition, les axes d?intervention sont au nombre de quatre.

Le premier porte sur le développement d'une stratégie territoriale partagée, notamment par le biais d'études générales sur la population, l'économie, l'emploi et le chômage, et on peut citer l'excellent diagnostic réalisé en 2007 sur les services à la personne à Paris.

Le deuxième axe conduit la Maison pour l'Emploi à anticiper des mutations économiques, notamment en favorisant la validation des acquis de l'expérience (les VAE).

Le troisième axe contribue au développement de l'emploi local, par le biais de clauses d'insertion dans les grands chantiers d'urbanisme de la Ville.

Et pour finir, le quatrième axe d'intervention stratégique a pour objectif la réduction des obstacles culturels ou sociaux à l'emploi, par le biais d'une plateforme d'accès au logement pérenne par l'emploi durable. En 2010, 48 ménages ont été suivis par cette plateforme dont 64 % ont été relogés. La Maison de l?Emploi de Paris a accueilli, de mars 2006 à mars 2010, 5.562 personnes.

En décembre 2010, notre Conseil avait permis la poursuite de ce travail de mise en synergie en prolongeant de quatre années la durée de la convention initiale.

Je vous invite, mes chers collègues, à voter ce beau projet de délibération qui permet à la Maison de l?Emploi de poursuivre ses activités sur notre année 2011.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Madame la Présidente, la Maison de l?Emploi de Paris, qui a maintenant six années d'existence, a été créée par l'Etat, par la Ville et par le Département, et par six autres partenaires que Mme CHARNOZ a cités, pour simplifier et tonifier les initiatives en direction de l'emploi.

Je voudrais citer deux secteurs particuliers.

D'abord, celui des services à la personne, qui est un univers assez compliqué, assez neuf sur lequel il y a un mélange d'entreprises associatives et d'entreprises à but lucratif ; et tout récemment, au Comité parisien pour l'emploi, le 4 juillet, la responsable de ce dossier au sein de la Maison de l?Emploi de Paris nous a fait un exposé tout à fait clair et remarquable, permettant de mieux ajuster les différentes actions.

J'en profite pour saluer les élus, qui sont assez nombreux ou, j'allais dire, exceptionnellement nombreux, qui participent à ce Comité parisien pour l'emploi montrant, aussi bien dans la majorité que dans l'opposition, que l'emploi est évidemment un souci non seulement de la population mais aussi des élus.

L'autre sujet que je voudrais mentionner rapidement, c'est celui des clauses d'insertion.

Les clauses d'insertion, c'est le fait que, sur des chantiers qui sont initiés par des investissements de la Ville ou du Département, des clauses permettent de confier une partie de l'activité à des entreprises d'insertion ou à d'autres entreprises qui fournissent du travail à des personnes en difficulté et qui ont besoin d'une transition pour revenir dans l'économie plus classique.

Alors, la Maison de l?Emploi de Paris a été l'an dernier, et elle le sera aussi cette année, j'en suis sûr, très dynamique en la matière. Elle a suivi 110 opérations d'investissement et débouché sur l'équivalent de 548 emplois à temps plein? enfin, équivalents temps plein. Donc, vous voyez que la Maison de l?Emploi de Paris ne se contente pas d'un rôle d'étude et de liaison, elle est aussi dans l'action pour plus de solidarité à Paris.

Merci.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 55 G.

Qui est favorable ?

Abstentions ?

Contre ? Il n?y en a pas.

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DDEEES 55 G).