Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

23 - 2011, DASES 211 G - Signature d'une convention avec l'association "Août Secours alimentaire" (20e) fixant le montant de la subvention du Département de Paris à son action estivale de distribution de colis repas à des personnes et des familles parisiennes démunies. Montant : 80. 000 euros.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2011

23 - 2011, DASES 211 G - Signature d'une convention avec l'association "Août Secours alimentaire" (20e) fixant le montant de la subvention du Département de Paris à son action estivale de distribution de colis repas à des personnes et des familles parisiennes démunies. Montant : 80. 000 euros.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DASES 211 G qui concerne l'association "Août Secours alimentaire".

La parole est à Mme Claire MOREL.

Mme Claire MOREL. - Je vous remercie.

Mes chers collègues, à l'occasion de ce projet de délibération concernant le soutien de Paris à l'association "Août Secours alimentaire", je ne parlerai pas de la situation sociale en France ni des conséquences de la crise qui n'épargne pas les Parisiens.

Je ne parlerai pas du refus systématique du Gouvernement depuis 2007 de donner un coup de pouce au S.M.I.C., qui est aujourd'hui de 1.070 euros nets, et dont le pouvoir d'achat a augmenté en un an de 1 centime par jour, rendant encore plus difficile la vie au quotidien des Français.

Je ne parlerai pas non plus du poids de plus en plus lourd dans les revenus des ménages pris par l'alimentation et évidemment par le logement.

Je ne parlerai donc pas du refus du Gouvernement de réglementer les loyers sur Paris.

Je ne parlerai pas à Paris du nombre croissant de personnes en situation de grande précarité.

Je ne parlerai pas non plus de la fermeture des places d'hébergement à Paris décidée par l?Etat.

Je n'en parlerai pas car l'objet de ce projet de délibération est l'aide alimentaire pendant les périodes d'été sur Paris, et bien évidemment la crise économique, le désengagement de l?Etat dans la lutte contre l'exclusion, le refus du Gouvernement de réglementer le marché du logement, de soutenir le pouvoir d'achat, tout cela n'a aucun rapport avec les difficultés quotidiennes qu'éprouvent un grand nombre de nos concitoyens pour tout simplement se nourrir et nourrir leur famille. Cela n'a aucun rapport avec l'annonce par l?Etat d'une baisse drastique de ses crédits à l'aide alimentaire.

Or, l'aide alimentaire tout au long de l'année reste un élément indispensable d'une politique de solidarité digne de ce nom. C'est pourquoi la collectivité parisienne est présente pour soutenir les associations oeuvrant dans ce secteur.

Ainsi, Paris souhaite poursuivre et renforcer le soutien qu'elle apporte à l'association "Août Secours alimentaire" par une subvention de 80.000 euros en hausse de 7 % par rapport à l'année dernière.

"Août Secours alimentaire" a pour objet de distribuer des colis alimentaires durant tout l'été, quand certains centres de distribution doivent fermer pendant cette période.

Cette association a distribué 473.000 colis en 2010, en hausse de 25 % en deux ans. Elle s'attend en 2011 à une nouvelle augmentation de 10 % de la fréquentation de ces centres. Et, pour la première année, elle va distribuer des colis dès le 15 juillet sur le site du 15e arrondissement, répondant ainsi à une préconisation de l'étude sur l'aide alimentaire qui constatait que la deuxième quinzaine de juillet était la période la plus creuse en matière de distribution. Bien entendu, d'autres associations maintiennent des lieux de distribution tout l'été.

Il semble important de souligner la volonté de Paris de renforcer son aide à cette association, qui permet d'éviter la chute de l'aide alimentaire ces mois d'été. Il faut saluer l'action remarquable et indispensable de ses bénévoles.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à Mme Olga TROSTIANSKY.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Madame la Présidente, l'intervention de Mme Claire MOREL permet de nous arrêter un instant sur l'association "Août Secours alimentaire", pour laquelle nous votons chaque année à la même époque une subvention destinée à financer la distribution de repas et de colis en été.

Vous le savez, cette période, qui voit la fermeture de nombreuses structures d'aide alimentaire, est particulièrement difficile pour les personnes à la rue. "Août Secours alimentaire", avec la distribution de plus de 470.000 colis en 2010, compense de façon importante la baisse de l'offre.

Cette année, l'association ouvrira pour la première fois un centre de distribution dans le 15e arrondissement du 15 au 31 juillet. Et je voulais adresser mes remerciements les plus chaleureux à l'ensemble des bénévoles sans lesquels cette ouverture n'aurait pas été possible.

Nous avons donc augmenté cette subvention de 5.000 euros entre 2010 et 2011, passant ainsi de 60.000 euros en 2008 à 80.000 euros en 2011. Jusque là, l'Etat n'avait jamais financé cette action et je peux me réjouir qu'il vient tout juste de décider d'accorder 20.000 euros.

Mais, Madame la Présidente, cette bonne nouvelle est largement assombrie par les coupes sombres que le Gouvernement opère dans le secteur de l'urgence sociale.

Je ne reviendrai pas sur les centres d'hébergement. Nous en avons parlé, nous allons en reparler tout à l'heure, mais sachez juste que l'aide alimentaire aussi est durement touchée, car les associations nous font d'ores et déjà remonter des diminutions de financement allant jusqu'à 35 %.

Alors la question que je me pose et que je nous pose est : est-ce que nous sommes condamnés à attendre que la situation se dégrade encore pour qu'enfin, les acteurs de la solidarité retrouve les moyens d'agir pour aider les plus démunis d'entre nous ?

Ce projet de délibération, Madame la Présidente, que je propose à l'ensemble des conseillers de Paris de voter, est l'exemple même de l'effort permanent de la collectivité parisienne.

Nous consacrons plus de 6 millions d?euros chaque année à l'aide alimentaire, même si nous allons bien au-delà de nos obligations légales en terme de lutte contre la grande exclusion, mais nous ne pouvons pas en permanence nous substituer à l'État.

Je vous propose de voter ce projet de délibération.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 211 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DASES 211 G).