Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

16 - 2011, DDEEES 58 G - Subvention (139.000 euros) avec convention à des associations mettant en oeuvre des formations linguistiques dans le cadre de la politique de la ville.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2011

16 - 2011, DDEEES 58 G - Subvention (139.000 euros) avec convention à des associations mettant en oeuvre des formations linguistiques dans le cadre de la politique de la ville.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DDEEES 58 G.

La parole est à Mme Sandrine CHARNOZ.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, la politique conduite par le Département de Paris en faveur de l?emploi et l'insertion professionnelle s'accompagne de mesures spécifiques pour les publics en difficulté des quartiers relevant de la politique de la ville, conformément au Contrat urbain de cohésion sociale pour Paris que nous avons approuvé le 27 mars 2007 et prolongé jusqu'à 2014.

Le projet de délibération qui est soumis à votre approbation concerne des subventions versées à huit associations de proximité, pour des actions de formation linguistique ciblées sur des publics jeunes et femmes. Ces subventions viennent compléter les grands marchés de formation que passe la Ville, en permettant de développer des actions que l'on pourrait qualifier de "sur-mesure".

Elles sont au plus près du quotidien des publics visés.

Pour preuve, je me pencherai plus précisément sur deux initiatives.

Ainsi, l'association "ADAGE" proposera des ateliers linguistiques à visée professionnelle animés par un comédien, qui recouvrent également les codes sociaux, tels que savoir argumenter face à un employeur. La particularité de la formation tient aussi à la possibilité d'effectuer des stages en entreprise, ce qui est souvent une première en France pour les femmes suivies.

Mes chers collègues, ce projet de délibération, que je vous demande de voter, permettrait à 327 personnes de bénéficier de ces initiatives qui s'inscrivent en complémentarité des dispositifs de droit commun offerts sur le territoire parisien.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Madame la Présidente, je ne me lasse pas de ce dialogue avec Mme CHARNOZ, puisqu'il permet de balayer successivement un certain nombre d'actions exemplaires que le Département mène en direction des personnes les plus en difficulté.

Et vous, Madame STIEVENARD, comme Olga TROSTIANSKY, êtes étroitement associées à ces actions de formation linguistique. J'ai parlé tout à l'heure d'un exposé sur les services à la personne et une des conclusions de l'étude qui a été faite, qui est une conclusion de bon sens, c'est que, pour être personnel de maison, il faut savoir lire et écrire, au moins sommairement. Donc, la formation au français parlé et écrit est une condition quasiment indispensable pour trouver du travail.

Les associations dont a parlé Mme CHARNOZ font ce travail. Elles le font bien, avec un retour à l'emploi qui est tout à fait de bonne qualité, que l'on peut encore améliorer mais qui est de bonne qualité.

Merci.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 58 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DDEEES 58 G).