Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

20 - 2011, DASES 245 G - Signature d'une convention avec l'association "Le Futur Composé" (3e) pour l'attribution d'une participation. Montant : 35.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2011

20 - 2011, DASES 245 G - Signature d'une convention avec l'association "Le Futur Composé" (3e) pour l'attribution d'une participation. Montant : 35.000 euros.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DASES 245 G relatif à la signature d'une convention avec l'association "Le Futur Composé".

La parole est à M. Hamou BOUAKKAZ.

M. Hamou BOUAKKAZ. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, "on n'est pas autistes, on n'est pas aveugles", déclarait il n'y a pas si longtemps un Ministre du Budget pour rassurer sur l'état économique de notre pays.

En matière de handicap, il en va hélas, comme dans la fable, bien différemment selon que vous serez puissant ou misérable.

Tandis que certains types de handicaps bénéficient d'une bonne publicité et d'une, certes encore balbutiante, mais fort encourageante reconnaissance, d'autres relèvent toujours et encore du domaine de l'insulte et l'ignorance, y compris au sein même des élus et des élites.

Concernant, en France, un demi million de personnes, soit un enfant, un adulte, une personne âgée sur 150, malgré la lutte incessante des associations, l'autisme est entouré d'un tel tabou que la seule évocation d'une issue positive, d'une vie citoyenne et normale paraît à peine pensable.

C'est précisément à ce défi que l'association "Futur Composé" s'attaque depuis sa création en l'an 2000.

Regroupant plusieurs associations culturelles et établissements du médico-social, elle donne par son action la preuve, non seulement de l'accessibilité de l'art aux personnes autistes, mais surtout celle de l'apport de ces personnes à la société.

Ainsi, le Professeur FITZGERALD, du Trinity College de Dublin, revient longuement dans ses ouvrages sur l'art des personnes autistes, son originalité par rapport aux autres courants, l'immersion totale qu'il porte et qui le porte et sur l'innovation radicale qu'il incarne.

Une innovation dont notre pays, hélas si frileux, si empressé de bâtir autour de millions de nos concitoyens des murailles étanches, n'a jusqu'ici, il faut bien le dire, guère pu ou voulu tirer profit.

Grâce à l'engagement indéfectible de tant de professionnels, de partenaires associatifs petits et grands, d'alliances avec, entre autres, l'Ordre de Malte et la fondation Réunica, grâce à l'engagement depuis 2001 de notre collectivité, "Le Futur Composé" est en passe de recréer le nôtre.

Dès la rentrée prochaine, de multiples spectacles et temps forts de création sont prévus, avec notamment plusieurs jours d'action sur le parvis de l'Hôtel de Ville, il ne faudra pas manquer cela.

Mes chers collègues, Paris, dont je viens de rappeler l'engagement dans le domaine des handicaps méconnus, accompagne comme il se doit cet événement. Mieux encore, c'est d'un investissement d'avenir qu'il faudrait parler en évoquant ce projet de délibération.

Par la dynamique nationale et européenne que "Futur Composé", avec d'autres, se propose d'enclencher, ce sont des centaines de milliers de personnes qui pourront chez nous, comme ce fut déjà le cas dans plusieurs pays voisins, sortir de l'ombre de l'exclusion et de la dépendance.

Car, ne l'oublions pas, dans la fable de La Fontaine dont souvent on retient la morale, la première victime fut non pas le baudet sacrifié en lieu et place des puissants, mais bel et bien la communauté des animaux dans son ensemble, ravagée par une peste dont elle était la seule à blâmer.

Pour le dire avec les mots de Robert METCALFE, cet ingénieur qui a inventé Ethernet, le futur est déjà là, à nous de le répartir de manière plus équitable.

C'est en quelque sorte l'objet de ce projet de délibération, que je vous invite à voter avec enthousiasme.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à Mme Véronique DUBARRY.

Mme Véronique DUBARRY, au nom de la 6e Commission. - Merci, Madame la Présidente.

Je remercie d'abord M. Hamou BOUAKKAZ d'avoir mis en lumière l?action de cette association, d?associations puisqu?en réalité, comme vous l?avez précisé, "Futur Composé" est un regroupement assez large, puisqu'il s'agit à la fois d'associations culturelles et d'institutions médicosociales.

On les connaît, ce n'est pas la première fois qu'on les subventionne, mais ils augmentent leur action.

Tous les deux ans, normalement, ils organisent un festival qui a un thème et qui réunit toutes ces associations et tous ces acteurs et artistes, qui sont présents dans ces associations et dans ces institutions médicosociales.

En général, le point de départ est à l?Hôtel de Ville. C?est la raison pour laquelle vous avez pu voir il y a trois ans des chevaux dans la rue de Lobau. L?année dernière, c'était une vache, puisque le thème c'était l'Inde. L'Hôtel de Ville prend à chaque fois une autre allure, une autre couleur, une joie et un enthousiasme dans cette action qui sont vraiment rares dans ces salons de l'Hôtel de Ville.

Cette année, ils se sont dits que, par-delà ces moments festifs et conviviaux, de représentation, de présentation de leurs travaux, ils avaient aussi besoin d'échanger avec des partenaires européens, d'aller voir plus loin que Paris et sa banlieue, d'aller discuter avec des Italiens qui ont monté des festivals de ce type, de prendre des contacts avec des Allemands, qui ont une autre politique que la nôtre en matière d'accueil des personnes handicapées, bref, d'échanger les bonnes pratiques qui existent en Europe et de se poser la question : comment l'art et la culture peuvent participer à l'évolution de la psychiatrie, d'une façon générale, et de la prise en charge de l'autisme d'une façon particulière ?

Cette année, contrairement à ce qui a été indiqué dans le projet de délibération et que vous annonciez, Monsieur BOUAKKAZ, il n'y aura pas de spectacle. En revanche, il y aura toute une série de présentations d?actions, à la fois celles qui existent à Paris tous les deux ans et à la fois ailleurs dans d'autres pays européens.

Tout cela se passera sur deux jours dans l'Hôtel de Ville, c'est vrai, dans l'auditorium et dans les différentes salles que nous mettons à disposition de l'association, de façon à échanger, à construire, à réfléchir d'une façon collective.

Je le dis toujours, en matière de handicap, il est vraiment bon d'aller voir ce qui se fait ailleurs. Vu le retard en matière d'autisme que la France a pris, je crois que c'est plutôt de bon aloi de se dire que l'on a à apprendre beaucoup de choses de ce qui peut se faire ailleurs.

Je vous remercie vraiment, Monsieur BOUAKKAZ, d?avoir attiré l'attention de notre Assemblée sur ce projet de délibération qui le mérite vraiment.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 245 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DASES 245 G).