Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

105 - 2011, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au soutien aux indignés de la Bastille.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

105 - 2011, V?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au soutien aux indignés de la Bastille.

 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Le v?u n° 65, déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, est relatif au soutien aux indignés de la Bastille.

Je donne la parole à Mme Danielle SIMONNET, pour une minute.

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, comme vous le savez, l?Espagne a connu durant le mois de mai un mouvement démocratique et citoyen d'une ampleur historique sans précédent. Ce mouvement des indignés, en faveur d?une démocratie réelle maintenant, ce mouvement pacifique a occupé plusieurs semaines la Puerta del Sol de Madrid et s'est développé dans de nombreuses villes et villages dans toute l'Espagne. Force est de constater qu?après les révolutions citoyennes en marche des peuples arabes, on a un vent de révolte contre la précarité, la non-redistribution des richesses qui traverse la Méditerranée. On voit bien aussi toutes les mobilisations que connaît la Grèce en ce moment.

Dans le même temps, nous avons eu, en France, d'autres mobilisations qui sont, bien sûr, sans aucune mesure ; ces mobilisations initiées en France, et notamment au travers des indignés de la place de la Bastille, ne sont, certes, à ce stade, pas comparables mais elles portent également les mêmes aspirations.

Le 29 mai dernier, ils étaient plus de 2.000 à se rassembler place de la Bastille mais les forces de police ont procédé à leur évacuation. Depuis, chaque soir, ils essaient de tenir des assemblées générales, très pacifiques, très démocratiques, qui ne portent pas atteinte à l'environnement et au cadre de notre vie publique.

Mais aujourd'hui, ces mobilisations sont empêchées.

Donc, sur proposition du groupe Communiste et élus du Parti de gauche, on propose, à travers ce v?u, d?abord de réfléchir à quelle position doit avoir la Ville. Si, demain, les mobilisations sont équivalentes à la Puerta del Sol, la Ville les soutiendra-t-elle ? Tel est le souhait du groupe Communiste et élus du Parti de gauche.

On émet le v?u que le Maire de Paris intervienne auprès du Préfet de police pour demander que ces rassemblements démocratiques puissent être autorisés.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame Myriam EL KHOMRI, vous avez la parole.

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe. - Merci, Monsieur le Président.

Les rassemblements de jeunes indignés, dont Danielle SIMONNET vient de parler avec beaucoup de justesse, témoignent dans le même temps d?une vitalité et d?une maturité démocratique. Parce qu'ils traduisent une foi en la démocratie, une espérance qui refuse de se contenter de ce que l'on lui présente comme la fatalité, ces rassemblements me semblent devoir être autorisés partout où ils se tiennent sans préjudice de la paix publique, ce qui a toujours été le cas jusqu'à aujourd'hui.

C'est donc un avis favorable que rend l'Exécutif sur ce v?u, en vous demandant, Monsieur le Représentant du Préfet de police :

- d?ouvrir l?espace public à ces rassemblements de citoyens dont l'engagement honore la République ;

- d'ouvrir cet espace en veillant, bien sûr, à ce que ce lieu demeure accessible à tous les Parisiens, dans des conditions de libre circulation et de sécurité acceptable.

Je citerai Georges Bernanos qui disait : "C'est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale. Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents." Les indignés sont une manifestation contemporaine de cette fièvre, à laquelle il vous appartient, Monsieur le Représentant du Préfet de police, de donner l?espace nécessaire pour que la société vienne s?y chauffer, sans s?y brûler.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. Monsieur le Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Monsieur le Maire.

Je souhaiterais simplement préciser que, dans notre république démocratique, la Préfecture de police n?a pas à ouvrir l'espace puisqu'il est ouvert, par principe. Donc, la Préfecture de police n'autorise pas les manifestations, elle en reçoit la déclaration.

Mais modulo ces trois interventions, la Préfecture de police a parfaitement toléré et laissé la liberté de manifestation se dérouler.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - J'ai une demande d'explication de vote de M. MARTINS, pour 2 minutes maximum.

M. Jean-François MARTINS. - Monsieur le Maire, les indignés de la place Puerta del Sol à Madrid relèvent, et à travers un certain nombre de mouvements de jeunesse en Europe, toute une jeunesse et toute une génération qui, d'ailleurs, ne sont plus seulement les jeunes mais quasiment jusqu?aux trentenaires, sur la place qui peut être la leur dans une société où, visiblement, l'Etat providence, qui avait été celui des générations précédentes, ne leur sera pas acquis. Ils devront probablement payer les pots cassés d'un certain nombre de décisions prises antérieurement.

Cette question de la jeunesse, qui se pose évidemment, et qui s'interroge sur la place qui sera la sienne dans la société, nous ne pouvons pas l?ignorer. Je crois que ce qu?il s?est passé en Espagne nous alerte et nous alerte d'autant plus qu?en Espagne, c'était un mouvement relativement spontané, issu de manière très citoyenne par les habitants et les jeunes Madrilènes.

Ce qu?il s'est passé à Paris est un tout petit peu d'un ordre différent. Pour être allé, je crois comme vous, Madame SIMONNET, place de la Bastille, rencontrer ces jeunes, j'ai été surpris que, finalement, ils scandent environ toutes les 3 minutes "Qu'ils s'en aillent tous ! Qu'il s'en aillent tous", reconnaissant le titre d?un livre bien connu sorti il y a quelque temps par l'un de vos leaders et, si j'ai bien compris, votre candidat à l?élection présidentielle !

Considérant que ce qu?il se passe à la Bastille est peut-être moins spontané, moins citoyen et un peu plus politicien que ce qu?il s'est passé en Espagne, je ne voterai pas ce v?u, Madame SIMONNET.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2011, V. 164).