Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

57 - 2011, DLH 148 - Réalisation par "Paris Habitat OPH" d'un programme de requalification des espaces extérieurs et d'amélioration de la qualité de service de 566 logements sur le groupe " Ilot du Clos ", 2-24, rue du Clos et 79-99, rue des Orteaux (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

57 - 2011, DLH 148 - Réalisation par "Paris Habitat OPH" d'un programme de requalification des espaces extérieurs et d'amélioration de la qualité de service de 566 logements sur le groupe " Ilot du Clos ", 2-24, rue du Clos et 79-99, rue des Orteaux (20e).

 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous arrivons au projet de délibération DLH 148 relatif à une opération sur le groupe Ilot du Clos dans le 20e arrondissement.

La parole est à Mme Virginie DASPET et M. Jean-Yves MANO lui répondra.

Mme Virginie DASPET. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération porte sur la requalification des espaces extérieurs et des halls de l?Ilot du Clos, patrimoine de "Paris Habitat".

L?Ilot du Clos, construit à la fin des années soixante-dix, comporte 566 logements situés au carrefour des rues du Clos, Saint-Blaise et des Orteaux.

A l'image du quartier Saint-Blaise, cet ensemble est caractérisé par une forte densité et la présence d'immeubles de grande hauteur qui montent jusqu'à R+17. En c?ur d'îlot, un cheminement piéton, par bien des égards labyrinthique, relie la rue du Clos à la rue des Orteaux et distribue l?accès aux halls des immeubles. Ce cheminement très accidenté associe des marches et des rampes non accessibles PMR.

La circulation au sein des espaces intérieurs comme extérieurs est donc bien difficile, l'accès aux logements et aux équipements étant peu lisible et parfois même conflictuel.

"Paris Habitat" va donc procéder à la requalification des espaces extérieurs et des halls de cet ensemble immobilier. Les cheminements au sein de l'îlot que je viens d'évoquer seront améliorés, afin de supprimer les recoins et de simplifier les accès.

En priorité, l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite sera considérablement améliorée par la création de nouvelles rampes et, si nécessaire, d'une plateforme élévatrice afin que tous les halls leur deviennent accessibles. Pour les autres usagers, des escaliers seront créés afin de permettre un cheminement plus direct.

Un effort particulier portera également sur les halls et les locaux communs. L'ensemble des sols, plafonds, revêtements et portes sera rénové. Les batteries de boîtes aux lettres seront remplacées. Des locaux de tri sélectif seront créés.

Plusieurs loges de gardiens seront déplacées en façade, ce qui constitue une garantie supplémentaire en termes de qualité de l'accueil comme de sécurité. Dans le même esprit, les halls seront amenés au droit des façades, afin d'éviter des regroupements sous les porches et les éclairages extérieurs principaux seront rénovés. Il y aura également, en termes de sécurité, l'installation d'une grille sécurisée à l'entrée du 99, rue des Orteaux, qui longera cette rue devant les locaux d'activité.

Bref, vous l'aurez compris, ce programme apportera clairement une meilleure qualité de vie et de service aux locataires, elle facilitera leur quotidien et évidemment elle est fort attendu par ses résidents.

Il nous reste néanmoins un regret à formuler : celui que les espaces situés en bordure d'îlot n'aient pu bénéficier du traitement qu'ils auraient mérité. En effet, une imbrication des bâtiments crée force recoins et espaces résiduels, qui au-delà de leur esthétique douteuse favorisent la malpropreté et contribuent au sentiment d'insécurité des résidents.

Mais là, une fois encore, c'est la question du financement qui est posée. Il me paraît utile de préciser que cette opération s'inscrit à la lisière du grand projet de renouvellement urbain Saint-Blaise. Quand je parle de lisière, je ne parle pas ici uniquement de frontière géographique, car ce G.P.R.U. sera finalement bien moins ambitieux que nous l'aurions souhaité. Quand je dis "nous", c'est aussi bien la Ville de Paris que les élus du 20e qui sont directement concernés par ce G.P.R.U.

De fait, avec la baisse majeure des crédits, des financements accordés par l'A.N.R.U. - c'est quasiment 50 % de moins que ce que nous attendions -, il a fallu trouver des solutions complémentaires. Nous avons fait appel aux différents acteurs en présence, plus particulièrement les bailleurs sociaux, pour qu'ils accompagnent les mutations du quartier Saint-Blaise en soutenant des opérations complémentaires.

C'est justement ce que fait Paris Habitat aujourd'hui et il convient de le saluer, d'autant que dans la même démarche d'autres travaux ont été préalablement engagés. Ainsi le ravalement des immeubles et la réfection des parties communes de l'îlot ont d'ores et déjà été réalisés. Le remplacement des menuiseries interviendra d'ici 2013 et la rénovation de certaines toitures terrasses d'ici 2014.

Pour en revenir à l'opération que nous évoquons aujourd?hui et à son financement, son coût est évalué à 2.523.475 euros, soit près de 4.458 euros par logement. En sus du prêt P.A.M. de 336.823 euros, la Région Ile-de-France contribue à son financement à hauteur de 1.132.000 euros. La Ville de Paris pour 630.860 euros, le solde, soit 425.783 euros étant financé par les fonds propres de "Paris Habitat".

Je vous invite donc, chers collègues, à voter ce projet de délibération et à autoriser ainsi notre Ville à participer au financement de ce programme et à se porter garant du prêt P.A.M. à contracter par "Paris Habitat".

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-Yves MANO pour vous répondre.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Ce secteur géographique du 20e arrondissement fait partie des secteurs où, dans la fin des années 70, nous avions une concentration de tout ce qu'il ne faut pas faire en matière d'urbanisme, puisqu'il y a un amoncellement de populations et de bâtiments qui fait de ce secteur là un des secteurs les plus denses d'Europe, avec les aléas qu'il convient aujourd?hui d'analyser avec lucidité.

Ce sont des lieux compliqués et complexes. Pour certains d'entre eux, du côté de Saint-Blaise, il y a des démolitions et des restructurations et, dans ce cas particulier, une amélioration technique extrêmement importante pour prendre en compte le souhait des habitants de cet ensemble immobilier de bénéficier de plus de quiétude et de sécurité par rapport à leur vie quotidienne.

Oui, "Paris Habitat" s'engage. Il s'engage à restructurer les halls d'entrée, les entrées, les sectorisations font partie des opérations. Ce sont des réponses classiques, je dirais, par rapport à ce type d'évolution comportementale dans des secteurs de densité similaire. Bien sûr, ceci est un premier pas vers une restructuration un peu plus lourde, avec le changement des fenêtres, la restructuration des toitures, et sans doute demain une vison plus globale en fonction du Plan climat.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 148.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DLH 148).