Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

75 - 2011, Vœu déposé par le groupe PSRGA relatif à l'apposition d'une plaque en mémoire des élus de la Commune. Vœu déposé par le groupe PSRGA relatif à la réhabilitation de la Commune et des Communards. Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif à l'apposition d'une plaque commémorative des élus de la Commune dans les mairies d'arrondissements. Vœu de l'Excécutif. Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif à la pose de plaques en mémoire des élus parisiens tués ou blessés au cours des conflits des XIXe et XXe siècles. Vœu déposé par le groupe PSRGA relatif à l'attribution du nom de Blanche Lefebvre à un lieu public des Batignolles.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

75 - 2011, V?u déposé par le groupe PSRGA relatif à l'apposition d'une plaque en mémoire des élus de la Commune. V?u déposé par le groupe PSRGA relatif à la réhabilitation de la Commune et des Communards. V?u déposé par le groupe PCF/PG relatif à l'apposition d'une plaque commémorative des élus de la Commune dans les mairies d'arrondissements. V?u de l'Excécutif. V?u déposé par le groupe UMPPA relatif à la pose de plaques en mémoire des élus parisiens tués ou blessés au cours des conflits des XIXe et XXe siècles. V?u déposé par le groupe PSRGA relatif à l'attribution du nom de Blanche Lefebvre à un lieu public des Batignolles.

 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous allons examiner conjointement les v?ux n° 34 et 38 du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, le v?u n° 35 de Mme BACHE, le v?u n° 36 du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, le v?u n° 36 bis de l?Exécutif et le v?u n° 37 du groupe U.M.P.P.A.

La parole est à M. Claude DARGENT pour une minute.

M. Claude DARGENT. - Monsieur le Maire, pour ramener un peu de sérénité dans cette Assemblée, nous allons parler de la Commune.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, la Commune de Paris constitue un épisode majeur dans l'Histoire de notre Capitale.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - S?il vous plaît, est-il possible d'écouter les orateurs ?

M. Claude DARGENT. - Merci, Monsieur le Maire.

La Commune constitue donc un épisode majeur dans l'Histoire de notre Capitale et d?ailleurs dans l?Histoire de la France, il n'est point besoin d'y insister beaucoup.

Pourtant, force est de constater que cette période reste méconnue par bon nombre de Parisiens. La Commune ne fait ainsi pas partie des commémorations nationales et demeure encore trop peu enseignée.

L?apposition de plaques commémoratives, en hommage aux élus de la Commune, dans toutes les mairies d'arrondissement, participerait d'un devoir de mémoire.

Les élus de Gauche des 7e, 15e et 17e arrondissements ont souhaité relayer cette demande légitime et voir apposer une plaque commémorative dans leur mairie d'arrondissement.

Des plaques existent d'ores et déjà dans plusieurs arrondissements. Nous pensons que cela mérite d'être le cas dans l'ensemble des arrondissements parisiens.

Plus généralement, d'ailleurs, nous souhaitons que ce geste soit l'occasion de revenir sur le rapport que nous entretenons à cette période de notre Histoire.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Mme Marinette BACHE a la parole, pour une minute.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Maire.

La Ville de Paris vient de fêter dignement le 140e anniversaire de la Commune et en témoignent, entre autres, la récente exposition qui a eu lieu à l'Hôtel de Ville, le cycle de conférences organisé au Petit Palais, mais aussi les nombreuses initiatives des arrondissements.

Cette attention de notre Municipalité n'est pas nouvelle. De nombreux noms de Communards ont, au cours des ans, été honorés.

Je veux également rappeler l'excellente plaquette éditée lors de notre précédent mandat, à l'initiative d'Odette CHRISTIENNE, en direction des scolaires, des collèges et des lycées de Paris, dont Catherine VIEU-CHARIER a eu la bonne idée de reprendre la diffusion.

Nous souhaiterions que, au-delà de notre ville, ce soit désormais la Nation qui reconnaisse le travail et les avancées démocratiques et sociales de la Commune.

Alors, je sais qu'il est reproché à notre v?u de vouloir imposer la Commune dans les programmes scolaires, mais notre propre action Ville de Paris, de distribuer cette plaquette dans les établissements scolaires du second degré, démontre bien le manque qui existe dans l'Education nationale.

Je veux souligner que cette plaquette est le fruit d'un travail d'historiens et ce n'est rien d'autre que cela que nous demandons.

Ma deuxième remarque vise le refus de l?inscription des noms des directeurs administratifs des grandes administrations. Or, celles-ci ont des salles aux noms de leurs directeurs généraux. Il serait juste que ceux qui sont restés pour les faire fonctionner plutôt que de fuir à Versailles soient également honorés.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

M. Ian BROSSAT a la parole.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce v?u est également relatif à la commémoration de la Commune dont nous fêtons en ce moment le 140e anniversaire. Catherine VIEU-CHARIER a été à l'initiative de toute une série d'événements à cette occasion. Ce v?u va dans le même sens que ceux présentés par mes collègues du groupe P.S.R.G.A., il vise à ce que le Maire de Paris demande aux maires d'arrondissement d'étudier la citation et la commémoration de l'ensemble des élus de Paris, y compris ceux de la Commune, et d'apposer une plaque en leur mémoire lorsque ce n'est pas le cas ; ce n'est le cas aujourd'hui que dans deux arrondissements, l'idée serait que cette réhabilitation des élus de la Commune puisse se faire dans les plus brefs délais.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame Isabelle GACHET, vous avez la parole.

Mme Isabelle GACHET. - Merci, Monsieur le Maire.

Il y a 140 ans, Blanche Lefebvre était blanchisseuse au lavoir Sainte-Marie des Batignolles. Comme les femmes n?avaient pas le droit de vote, elle ne fut pas élue sur la Commune. Pour autant, elle participa à la gestion de la Ville. Membre particulièrement actif du Club de la révolution sociale qui s'ouvrit le 3 mai 1871 en l'église Sainte-Marie des Batignolles et de la Commission exécutive du Comité central de l'union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, elle fut tuée à l'âge de 24 ans sur la barricade des Batignolles.

Très peu de Communardes sont à ce jour honorées. C'est pourquoi nous souhaitons qu'une rue ou un lieu public de son quartier rappelle à la mémoire de chacun cet enfant des Batignolles, idéaliste, engagée et courageuse.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour répondre, la parole est à Mme Odette CHRISTIENNE.

Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Il est évident que ces v?ux vont presque tous, sur le fond du moins, dans le même sens et je vous propose, au nom de l?Exécutif d'ailleurs?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame CHRISTIENNE, je suis désolé, j'ai fait une petite erreur, j'ai oublié Mme DOUVIN.

Permettez-moi de lui donner la parole et vous répondrez juste après.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce v?u part, bien entendu, des plaques commémoratives aux élus de la Commune à Paris, il est un petit peu plus général, puisqu'il considère que ce type de plaques doit répondre à des règles communes à l'ensemble des arrondissements et donc nous souhaitons émettre le v?u que le Maire de Paris mette en place un groupe d'étude qui soit composé de représentants de chaque groupe politique qui siège au Conseil de Paris et d'historiens, afin d'élaborer les règles qui doivent prévaloir dans l'ensemble des arrondissements pour honorer la mémoire des élus parisiens qui furent tués ou blessés au cours des conflits qui ont marqué le XIXe et le XXe siècle.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame CHRISTIENNE, je vous prie de bien vouloir m'excuser. Je vous redonne la parole.

Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe. - Nous prenons en compte également ce v?u, dont la première partie donne bien l'intention de parler de la Commune, puisqu'il est question ici de la Commune, et je pense que le v?u que nous allons proposer au nom de l?Exécutif satisfera toutes les demandes.

Il est évident que l'année 2011 a été l'occasion de commémorer le 140e anniversaire de la Commune, que nous tous considérons que la Commune, et c'est donc le contenu de ce v?u substitutif, est l'un des événements les plus forts de l'Histoire de Paris, que la Commune a porté des valeurs modernes telles que la reconnaissance de l'égalité des sexes et des salaires, la séparation de l'église et de l'Etat, l'école laïque et gratuite, la reconnaissance de la citoyenneté pour les étrangers ou encore le droit au logement.

Le rassemblement du 18 mars dernier, en association avec "Les Amis de la Commune", a eu lieu sur le parvis de l'Hôtel de Ville pour rappeler cet épisode.

Considérant aussi que la Ville de Paris a également organisé une exposition qui a eu un très grand succès, puisque visitée par 80.000 personnes. Elle rendait hommage à cet épisode historique à travers des gravures et des affiches ; elle a été vraiment très appréciée.

Nous rappelons aussi que la Ville a soutenu l'association "Les Amis de la Commune" pour l'organisation d'une exposition intitulée : "Commune de Paris, une histoire moderne" au Couvent des Cordeliers.

Nous rappelons que, déjà, des plaques commémoratives en hommage aux élus de la Commune de Paris existent dans cinq arrondissements : le 11e, le 14e, le 10e, le 18e, le 20e arrondissement.

Considérant les v?ux des groupes cités, en particulier du Parti socialiste et des radicaux de gauche, du Parti Communiste et du Parti de gauche et de Marinette BACHE, en ajoutant d?ailleurs le v?u qui est venu de l'U.M.P., sur notre proposition et au nom de l?Exécutif, le Conseil de Paris demande au Gouvernement de la République la réhabilitation de la Commune et des Communards, émet le v?u qu'à l'occasion du 140e anniversaire de la Commune de Paris soit réhabilitée la mémoire des conseillers élus sous la Commune de Paris en 1871 et qu'il soit étudié avec l'ensemble des maires d'arrondissement les possibilités d'apposer une plaque commémorative portant leur nom dans le hall des mairies qui, jusqu'à maintenant, ne disposent pas de plaques de cette nature et que le travail de mémoire commencé dès la fin du XIXe soit poursuivi, que les Communards soient reconnus par un certain nombre de rues, de plaques et de monuments pour marquer les lieux significatifs de cette histoire importante, cette histoire de la Commune, comme la Ville de Paris l?a fait cette année en apposant une plaque sur les murs de la caserne Lobau.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je vais demander à tous ceux qui ont déposé des v?ux s'ils les retirent au profit du 36 bis.

Madame BACHE ?

Mme Marinette BACHE. - Bien que nous regrettions que la question de l'enseignement de la Commune ne soit pas repris en compte dans ce v?u, bien évidemment, ce qui nous importe le plus, c'est que la réhabilitation de la Commune et des Communards, et pas simplement des élus, soit prise en compte.

Evidemment, nous rejoindrons le v?u présenté par l?Exécutif.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Bien.

Ian BROSSAT n?est pas là. Madame ARROUZE, vous retirez le v?u ?

Mme Aline ARROUZE. - Oui, bien sûr, Monsieur le Maire.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés ?

M. Claude DARGENT. - Le v?u proposé par l?Exécutif englobe notre proposition, donc pas de difficulté pour le retirer.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame DOUVIN, pour le v?u n° 37 ?

Mme Laurence DOUVIN. - Monsieur le Maire, je répondrai que je maintiens notre v?u, puisque celui-ci ne répond en aucune manière à notre proposition et à notre demande.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2011, V. 152).

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 37 de l'U.M.P.P.A. avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est repoussé.

Le v?u n° 38 a été retiré.

Nous passons maintenant à la 1ère Commission et nous allons examiner le projet de délibération SG 157.

Il s'agit des? Non, le n° 38 a été retiré, je suis désolé ! Il y a encore un petit problème.

Il fallait voter le v?u n° 38 de Mme GACHET ? Il n'a pas été retiré ? J'ai demandé si le v?u n° 38 était retiré, on m'a dit oui.

Mme Isabelle GACHET. - Oui, Monsieur le Maire, il n'y a pas de souci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Comment cela, il n'y a pas de souci ?

Mme Isabelle GACHET. - Il est retiré.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - On est d?accord.