Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

88 - 2011, DVD 128 - Signature de contrats et de conventions avec les associations "Mieux Se Déplacer à Bicyclette", "Animation, Insertion et Culture Vélo" et "Vélorution" concernant la mise à disposition gratuite de locaux de la Maison du Vélo (4e) et le versement de subventions.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

88 - 2011, DVD 128 - Signature de contrats et de conventions avec les associations "Mieux Se Déplacer à Bicyclette", "Animation, Insertion et Culture Vélo" et "Vélorution" concernant la mise à disposition gratuite de locaux de la Maison du Vélo (4e) et le versement de subventions.

 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DVD 128. Il s'agit de la signature de contrats et de conventions avec les associations "Mieux se déplacer à bicyclette", "Animation, Insertion et Culture Vélo" et "Vélorution", concernant la mise à disposition gratuite de locaux de la Maison du Vélo dans le 4e arrondissement et le versement de subventions.

Je donne la parole à Mme Véronique DUBARRY pour 5 minutes maximum.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

J?en profiterai pour intervenir, et j'aurais souhaité le faire dans l'autre sens, sur un autre projet de délibération sur lequel je me suis inscrite, qui est le DPE 63 et qui concerne aussi l'association "Vélorution".

Je commencerai par celui-ci, puisque le DPE 63 porte sur la signature d'une convention avec l'association "Vélorution", afin de lui permettre d?accéder à la déchetterie de la porte des Lilas.

Accéder à la déchetterie, cela veut dire aller récupérer des "épaves" - je mets plein de guillemets à ce mot "épaves" - qui auraient été enlevées de la voie publique par la Préfecture de police, qui se retrouvent donc dans la déchetterie. L'association "Vélorution" a enfin obtenu l'autorisation d'accéder à cette déchetterie. Puis on passe au DVD concernant la nouvelle Maison du Vélo qu'ils seront amenés à partager avec l'association "M.D.B.", pour y organiser des ateliers de réparation de ces vélos qui auront été ainsi récupérés.

Je rappelle un petit point sur lequel nous sommes déjà intervenus à de multiples reprises : lorsque je mets des guillemets à "épaves", c'est très, très volontairement et c?est bien pour démontrer et pour montrer la philosophie qui anime à la fois l'association et qui nous animait nous, élus E.E.L.V., lorsque nous défendions le fait que ces vélos devaient être enlevés avec plus de précautions par la Préfecture de police. Il y a effectivement parfois une gêne sur la voie publique par le fait de cette stagnation d?épaves, parfois très, très longtemps, mais il y a aussi parfois des enlèvements un peu cavaliers, si je puis m'exprimer ainsi, qui demanderaient un petit peu plus de réflexion.

Il y aurait certainement moyen de mettre en place une réflexion avec, par exemple, les régies de quartier, les associer à la Préfecture de police pour ces enlèvements, de façon à bien identifier ces points noirs mais aussi à ne pas enlever des vélos qui seraient encore utilisés.

Le gros problème également pour les propriétaires de vélo qui se sont vu enlever des vélos utilisés, c?est de ne pas savoir qui contacter pour savoir où est passé son vélo.

A Strasbourg, par exemple, il y a une association, au sens "des gens qui travaillent ensemble", qui s'est mise en place, sans destruction - et cela est aussi un point important - de ces vélos au moment de l'enlèvement, puisqu?il peut y avoir une récupération. L'idée est bien de mettre en place une véritable filière de récupération de ces vélos. Il est important, d'un point de vue écolo, d'insister sur le fait que la plupart de ces vélos enlevés ne sont pas des déchets. La plupart ! Certains d'entre eux sont effectivement là depuis des temps immémoriaux et leur enlèvement est tout à fait le bienvenu, mais la plupart de ces vélos ne sont pas des déchets. Il peut y avoir une réutilisation directe de l'objet et c'est le meilleur recyclage que l'on puisse faire.

Il y a, par ailleurs, un effet d'entraînement vers les vélocistes. Il avait pu y avoir, à un moment donné, une crainte d'une désaffection des vélocistes parisiens. En réalité, on se rend compte que les petites réparations auxquelles se livrent les associations "Vélorution" et "MDB" ne sont pas du goût, parce que trop coûteuses en temps, des vélocistes et ils préfèrent se consacrer à des réparations plus lourdes. Donc, cela les arrange bien, quelque part, que ce soient les associations qui prennent en charge.

La Maison du Vélo, je pense, nous pensons que cela ne peut être qu'une première étape, qu'il ne peut pas y avoir que ces locaux consacrés à ces ateliers de réparation. Il faut vraiment penser cette première expérience comme un prototype à développer et à diffuser. Il doit y avoir d'autres locaux, parce que ce type de lieu est forcément un lieu de service de proximité.

Vous comme moi, lorsque nous souhaitons avoir accès à un service, nous privilégions, bien évidemment, la proximité de notre lieu de domicile, de notre lieu de travail. Là encore, cette innovation doit s'inscrire dans un réseau, dans un réseau beaucoup plus large d'ailleurs que Paris même? Nous devons également dans le cadre du Grand Paris avoir une réflexion sur ce qui pourrait se faire en banlieue.

Il est vrai que la mise en place de cette maison a été longue et compliquée. Nous sommes arrivés à un résultat et nous nous en félicitons?

Je terminerai en disant que le président d?honneur de "Vélorution", Nicolas CARNOZ, doit être très heureux de ne plus être seulement l?homme qui tuait des vélos, mais d?être aussi l?homme qui ressuscite des vélos.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour vous répondre, je donne la parole à Mme Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération, en effet, prépare l?ouverture de la Maison du Vélo, qui aura lieu durant la Fête du Vélo les 17 et 18 septembre prochains.

La création d?une Maison du Vélo avait été proposée par certaines associations cyclistes et cette idée a été reprise par l?Exécutif dans un v?u adopté en novembre 2009.

Et puis ce projet a été inclus dans le Schéma d?orientation pour le développement du vélo que nous avons adopté à l?unanimité de notre Conseil en juin 2010.

L?objectif, bien sûr, c?est de créer un lieu de référence du cyclisme urbain, ouvert au public, et ce sera la maison de tous les cyclistes, un centre de documentation, des expositions, des services autour du vélo et du soutien également aux associations qui promeuvent ce mode de déplacement.

Trois associations ont fait part à la Municipalité de leur projet : M.D.B. (Mieux se Déplacer à Bicyclette), A.I.C.V. et Vélorution. Chacune, bien évidemment, sera chargée soit de l?accueil du public, soit des cours d?apprentissage de vélo en ville, soit de la réparation du vélo. Et, bien sûr, la Ville de Paris sera également présente dans cette maison, qui sera ouverte dans la semaine, avec des ateliers d?apprentissage qui seront également ouverts le soir.

Nous devons, c?est vrai, sans doute, penser que ces types de lieux sont utiles, à la fois bien sûr pour tous les cyclistes, mais je pense aussi aux futurs cyclistes, et notamment aux plus jeunes, qui doivent comprendre et apprendre les réflexes pour faire du vélo en ville en toute sécurité, ce qui n?est pas toujours évident.

Bien évidemment, nous réalisons des aménagements cyclables, des pistes cyclables, des contresens cyclables, bref, tout ce qui peut permettre aux cyclistes, à la fois de pouvoir emprunter des lieux un peu plus sûrs, mais aussi d?être mieux protégés - si je puis dire - dans une ville où nous essayons quand même de réduire la vitesse des voitures et de dissuader les cyclistes d'emprunter les grands axes qui ne seraient pas protégés.

J?en profite pour dire juste un mot - mais c?est important sur les questions d?accidentologie, pour dire et redire que la plupart des accidents, malheureusement, sont dus aux problèmes d?angles morts des poids lourds, et nous le constatons et le déplorons, bien évidemment, même si je pense que des progrès peuvent être faits et doivent être faits en ce sens. Voilà.

Alors, juste pour dire un mot et répondre à Véronique DUBARRY, qui semblait dire qu?elle souhaitait qu?il y ait plusieurs Maisons du Vélo : pourquoi pas ? Mais ce qui est important, c?est déjà de commencer par la première. Et, bien évidemment, j?espère que les élus du Conseil de Paris pourront venir nombreux les 17 et 18 septembre à la Maison, à la première Maison du Vélo.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 128.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2011, DVD 128).