Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

79 - 2011, DDEEES 80 - Subvention à l'Institut Français de la Mode (IFM) (13e). Montant : 8.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

79 - 2011, DDEEES 80 - Subvention à l'Institut Français de la Mode (IFM) (13e). Montant : 8.000 euros.

 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous passons en 2e Commission, et à l'examen du projet de délibération DDEEES 80. Il s'agit d'une subvention à l'Institut français de la mode.

Mme DOUVIN a la parole.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Madame la Maire.

Tout en étant brève, je souhaite saisir l'occasion de ce projet de délibération, que nous voterons bien entendu, pour évoquer une nouvelle fois Docks en Seine.

En effet, l'Institut français de la mode occupe depuis décembre 2008 moins d'un quart de Docks en Seine, quai d'Austerlitz dans le 13e. Cela va faire presque trois ans maintenant que l'Institut français de la mode se sent très seul.

Comme vous le savez, Docks en Seine, un lieu qui était prévu afin de promouvoir et de valoriser la mode et le design compte 12.000 mètres carrés en intérieur sur 3 niveaux et 6.500 mètres carrés en extérieur, ce qui n'est pas rien.

Je précise également que ce projet aura coûté 23 millions d'euros à la Ville de Paris, qui a dû verser 17 millions d'euros d'indemnité au Port autonome et 6 millions d?euros aux occupants pour la libération des locaux.

Je rappelle que l'inauguration était initialement prévue pour le printemps 2008. Nous en sommes loin. Celle-ci a été constamment repoussée. D?ailleurs à cette époque aucun restaurant, aucune boutique, n'avait voulu signer de bail pour y venir. Donc, la date de l'ouverture avait été repoussée à fin 2009 pour être encore une fois reportée.

Nous avions alors espéré que la date suivante serait maintenue, c?est-à-dire septembre 2010, et donc, très déçus, lorsque l'inauguration a été une énième fois décalée sans date précise.

Devant ces retards à répétition, le dirigeant de Docks en Seine a même dû écrire en fin d'année 2010 dans un courrier qui a été adressé à la seule société ayant signé un bail dans ce bâtiment. "Il est aujourd'hui difficile d'envisager une ouverture au public avant le printemps 2011".

Nous y sommes. Un article du "Journal du Dimanche" du mois de février évoque cette ouverture à l'automne 2011. Le Maire de Paris avait reconnu, "Il y a eu un tâtonnement", et il avait également déclaré qu'il était optimiste pour une ouverture dans huit mois. Si je compte bien, l'ouverture tant attendue devrait avoir lieu en octobre cette année.

Alors, je me tourne vers Madame COHEN-SOLAL pour lui demander : est-ce que vous pourriez nous refaire un point précis sur ce sujet, nous dire si des baux commerciaux ont été enfin signés, afin de faire vivre ce lieu, et surtout nous donner aussi la date officielle d'inauguration si elle est enfin fixée ?

Je vous avais déjà posé cette question au Conseil de Paris de novembre 2010. Vous nous aviez donné rendez-vous à la mi 2011. Nous y sommes et pourtant Docks en Seine n'est toujours pas ouvert.

On peut donc avoir peur que ce lieu, qui s'apparente à un fiasco annoncé, ne vienne en réalité s'ajouter à la longue liste de projets budgétivores, dont le bénéfice réel pour le Parisien est quasi nul.

Je vous remercie.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Madame DOUVIN.

Mme Lyne COHEN-SOLAL a la parole pour vous répondre.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, au nom de la 2e Commission. - Merci, Madame la Maire.

Je voulais naturellement répondre à Mme DOUVIN sur l'ensemble de ces questions, mais dire un tout petit mot quand même du projet de délibération qui porte sur l'I.F.M., l'Institut français de la mode, pour lequel la Ville de Paris a décidé de verser 8.000 euros pour une manifestation très importante sur le plan international, puisqu'on réunissait à ce moment à Paris l'ensemble des écoles de mode, et l'Association internationale des écoles de mode, ce qui était tout à fait important pour notre ville. Cela met en valeur non seulement les savoir-faire de tous les Parisiens en ce qui concerne la mode, mais montre aussi combien la Ville de Paris reste attractive sur ces sujets.

C'est donc bien une équipe mise en place par la Caisse des dépôts et consignations qui a beaucoup tâtonné comme vous l'avez dit, et comme nous le constatons. Comme vous, nous sommes extrêmement impatients que la Caisse des dépôts et consignations permette enfin à ce lieu d'ouvrir et d'accueillir la mode et le design, comme cela a été prévu lors des projets qui ont été évidemment auditionnés par le jury dont je parlais tout à l'heure.

Je vous rappelle que l'architecture et la disposition des lieux conçus par les architectes Jakob+MacFarlane, une superbe ondulation verte le long de la Seine, qui fait partie maintenant du paysage urbain parisien, devrait accueillir autour de ces deux thèmes de la mode et du design un certain nombre d'activités.

Comme je vous l'ai dit aussi, la Caisse des dépôts et consignations a beaucoup tardé, a beaucoup tâtonné dans l'élaboration du programme de cet équipement, mais nous avons tout de même obtenu à l'automne 2010 qu'une équipe, à la fois diversifiée et pluridisciplinaire, puisse être mise en place et donne un projet qui soit à la fois cohérent et original par rapport au projet initial.

Et donc, nous pensons aujourd'hui, au vu de ce qui nous est proposé dans le Comité d'orientation dans lequel nous siégions et nous ne siégions que là, que nous pouvons attendre une ouverture avant la fin de l'année 2011, je veux dire pour novembre 2011.

Vous le savez, l'Institut français de la mode est présent dans une petite partie de ce lieu. Il y aura un espace événementiel de 4.300 mètres carrés, des commerces dévolus à la mode et au design sur un autre tiers, une cinquantaine de boutiques éphémères dédiées aux jeunes créateurs de mode et de design sur 500 mètres carrés et quatre restaurants qui ouvriront sur les bords de Seine.

Nous sommes très loin de ce que vous appelez un fiasco. Pour les Parisiens en tout cas, et pour la Ville de Paris, il me semble que c'est un équipement que nous attendons depuis longtemps mais qui pourrait s'inscrire très bien dans tout le rayonnement de la Ville de Paris dans ces domaines-là.

En tout cas, comptez sur nous pour continuer à être impatients et naturellement exprimer notre impatience. En tout cas, en ce qui me concerne, je vous assure que je ne mégote pas mon temps pour faire en sorte que ce lieu ouvre le plus tôt possible et pour être derrière la Caisse des dépôts et consignations pour l'inviter à travailler le mieux et le plus vite possible et efficace ment pour les Parisiens.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Madame la Maire.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 80.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DDEEES 80).