Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

119 - QOC 2000-503 Question de M. Jean-Pierre BURRIEZ et des membres du groupe "Paris-Libertés" à M. le Maire de Paris sur la création d'un parcours de golf dans l'hippodrome de Vincennes (12e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"La Fédération française de golf a lancé une opération (golf compact) afin de mettre ce sport à la portée de tous.
Dans le cadre de cette opération, M. Jean-Pierre BURRIEZ et les membres du groupe "Paris-Libertés" demandent à M. le Maire de Paris que soit étudiée la possibilité de créer un parcours d'entraînement et d'initiation ainsi que des practices à l'hippodrome de Vincennes (12e)."
Réponse (M. Dominique CANE, adjoint) :
"M. BURRIEZ demande que soit étudiée la possibilité d'aménager un parcours d'entraînement et d'initiation, ainsi que des practices, dans l'enceinte de l'hippodrome de Vincennes.
La Fédération française de golf a effectivement lancé un concept intitulé "Golf compact urbain" (G.C.U.), consistant en l'implantation de parcours de 6 à 9 trous en milieu urbain.
La Ville de Paris n'a pas été saisie, jusqu'à présent, de ce dossier. Il n'y a bien entendu aucun obstacle à ce que cette initiative, une fois détaillée et précisée, soit étudiée, en liaison avec la Societé d'encouragement à l'élevage du cheval français, concessionnaire de l'hippodrome de Vincennes, d'autant qu'elle s'inscrit dans un louable souci de diversifier les activités des hippodromes.
Il convient toutefois de souligner que l'article 3 de l'actuelle convention de concession pour l'hippodrome de Vincennes, valable jusqu'au 31 décembre 2024, prévoit que l'équipement est exclusivement affecté aux courses de chevaux. Si un autre usage est possible, il ne peut être que temporaire et agréé par la Ville de Paris. Une modification de l'équilibre conventionnel serait donc inévitable dans le cas de la réalisation de parcours ou de practices durables.
Au-delà du cadre juridique, il apparaît d'ores et déjà que les surfaces nécessaires, si elles peuvent rester modérées dans le cas de practices, sont significatives dès lors qu'il y a création de "trous". La possibilité matérielle d'implantation n'est donc pas assurée en l'absence d'études techniques."