Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - 2011, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la reconnaissance de l'Etat de Palestine.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

71 - 2011, V?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la reconnaissance de l'Etat de Palestine.

 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le v?u n° 32 est relatif à la reconnaissance de l'Etat de Palestine. Il a été déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

La parole est à Mme Emmanuelle BECKER, pour une minute.

Mme Emmanuelle BECKER. - Merci.

D'ores et déjà plus de 130 pays dans le monde sur 193 ont fait le choix de reconnaître l'Etat palestinien. En septembre prochain, l'assemblée générale de l'ONU devrait officialiser cette reconnaissance, accueillir la Palestine comme nouvel Etat membre de l'organisation et, de fait, reconnaître que la situation à Gaza a déjà trop duré.

C'est pourquoi le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche considère que si le Conseil de Paris se positionne aujourd'hui, ce sera un geste fort dans le débat qui est mené en France, pour que la France, pays des droits de l'homme, reconnaisse à son tour l'Etat palestinien et prenne une place active dans l'Union européenne pour qu'elle prenne une décision identique.

Je vous remercie.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, la parole est à M. Pierre SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Oui, j'ai bien lu le v?u du groupe communiste. Le Conseil de Paris peut prendre position aujourd'hui. Le Maire l'a fait le 28 avril, très clairement, en disant qu'il fallait effectivement un Etat palestinien, qu'il fallait deux états évidemment dans cette région.

Moi, je suis entièrement d'accord avec ce v?u. J'ajouterai simplement un petit amendement ou plutôt un ajout : "Le Conseil de Paris estime que le temps est venu pour que la France, pays des droits de l'homme, reconnaisse à son tour l'Etat palestinien." Je rajouterais ce membre de phrase : "Etat souverain et voisin de l'Etat d'Israël, et prenne une place active dans l'Union européenne pour qu'elle prenne une décision identique".

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je pense que vous êtes d'accord ?

Mme HOFFENBERG a demandé une explication de vote.

Mme Valérie HOFFENBERG. - Oui.

Le Président de la République et le Ministre des Affaires étrangères se sont exprimés à plusieurs reprise pour dire que la reconnaissance d'un Etat palestinien, en septembre, de manière unilatérale, était la plus mauvaise des solutions, car elle n'améliorerait pas la situation sur le terrain pour les Palestiniens et isolerait Israël.

Si nous sommes, bien entendu, favorables à la création d'un Etat palestinien, nous pensons qu'il est préférable d'encourager le retour à la table des négociations et de privilégier une reconnaissance mutuelle.

Les Etats-Unis, l'Allemagne et l'Italie se sont prononcés contre cette résolution. La France de son côté a choisi de multiplier les rencontres, les initiatives avant septembre pour encourager la reprise de négociations directes, en espérant que ce vote unilatéral ne soit pas nécessaire en septembre.

Je voudrais d'autre part dire qu'il semblerait difficile pour la France et l'Union européenne de reconnaître un Etat, dont le Gouvernement, s'il devait avoir lieu, d'union nationale, composé du Hamas et du Fatah, ne reconnaîtrait pas les trois principes du quartet : reconnaissance d'Israël, reconnaissance des accords de paix, fin de la violence et qui, d'autre part, détiendrait un otage français.

La libération de Gilad SHALIT devrait aussi faire partie des conditions précédant la reconnaissance de cet Etat. C'est pourquoi nous ne voterons pas ce v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Bien.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u amendé assorti d'un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u amendé est adopté. (2011, V. 151).