Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

21 - 2011, PP 25 - Compte de gestion du budget spécial de la Préfecture de police de 2010 (suite).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

21 - 2011, PP 25 - Compte de gestion du budget spécial de la Préfecture de police de 2010 (suite).

 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Selon le souhait qui a été exprimé ici, je donne maintenant la parole à M. le Représentant du Préfet de police. C'est ce que je vous ai expliqué il y a un instant, mais il y a un déficit d'écoute.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Madame la Maire.

Monsieur le Conseiller, le projet de compte administratif pour 2010 se découpe, comme d?habitude, en deux éléments : le fonctionnement et l'investissement.

D'abord une progression très mesurée...

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. Attendez !

Je souhaiterais au moins que ceux qui ont demandé expressément que M. le Représentant du Préfet de police s'exprime de bien vouloir l'entendre et l?écouter !

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - ? depuis plusieurs années, donc, la Préfecture de police se caractérise par une modération budgétaire très forte puisque son budget n'a augmenté que de 1 % en part Ville. Et encore, lorsque l'on intègre les éléments de la décision modificative et l?absence de report - car chaque année, autrefois, on avait des reports -, le budget a, en fait, été réduit de 0,48 % en 2010.

Le niveau de consommation des crédits est très, très élevé, puisqu?il dépasse 99 %, ce qui est exceptionnel, dont 99,7 % pour la masse salariale.

Ce léger excédent est donc le fruit d'un pilotage budgétaire très vigilant. En effet, les dépenses n'augmentent que très modérément.

Les dépenses de personnels, par exemple, ont augmenté de 2,5 % par rapport à l'an dernier du fait du recrutement d'A.S.P. qui était une priorité et du fait du recrutement par la B.S.P.P. du groupement des appuis. Bien évidemment, cet effort maîtrisé a aussi des contreparties en termes de vacance d?emplois administratifs et techniques, notamment dans les antennes.

Par ailleurs, les dépenses de fonctionnement courant diminuent très significativement de 3,86 %, ce qui est fort, et encore, en tenant compte de la progression des marchés d?enlèvement de véhicules dont parlait tout à l'heure l'intervenant.

Enfin, s?agissant de l?investissement, après plusieurs années d'investissements et de programmes qui avaient été bouleversés par des questions de marché ou de retard dans les grandes opérations immobilières, le retard est totalement résorbé en 2010, puisque la section d'investissement présente un déficit de 10 millions d'euros, ce qui permet de ramener l'excédent cumulé des années antérieures à 7,8 millions d'euros. On notera que les travaux immobiliers ont fortement avancé, notamment pour la caserne Masséna dans le 13e arrondissement et la caserne Champerret.

Au total, les investissements immobiliers ont progressé de 15 % l?an dernier, de même que les matériels de la B.S.P.P.

Le débat aura l'occasion de se poursuivre le mois prochain, à l'occasion de l'examen de la Décision modificative.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Je vous remercie.