Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

35 - 2011, Dépôt de questions d'actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

35 - 2011, Dépôt de questions d'actualité.

 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je vous informe que des questions d'actualité ont été déposées.

La première question est posée par M. GOUJON au nom du groupe U.M.P.P.A. Elle est relative "à la légalisation du cannabis".

La deuxième question du groupe Centre et Indépendants concerne "le personnel des crèches parisiennes".

La troisième posée par M. FÉRAUD et les élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés est relative "au désengagement social de l'Etat".

La quatrième question d'actualité posée par M. BOUTAULT au nom du groupe EELVA est relative à l'équilibre économique du projet Autolib' et à sa pertinence écologique. En voici le texte :

"La presse s'est récemment fait l'écho d'un rapport du Conseil d'analyse stratégique (CAS) sur la voiture électrique dans lequel il met en doute la pertinence écologique des motorisations à propulsion électrique et qualifie de "véhicule propre" le seul véhicule hybride. Outre la production nucléaire de l'électricité, l'absence de filière de recyclage des batteries pose problème.

Mais le c?ur du rapport n'est pas là. Ses auteurs ont porté une attention particulière aux flottes de voitures en libre service et étudié particulièrement l'économie du projet parisien Autolib'.

Pour les experts ayant mené l'étude, la rentabilité économique d'Autolib' ne pourra être atteinte que si l'opération enregistre 200.000 abonnements et si les véhicules sont en utilisation payante au moins sept heures par jour, toute l'année.

C'est effectivement le seul scénario, pourtant peu probable, qui ait été retenu par le syndicat mixte, car le seul permettant de dégager les recettes nécessaires à l'équilibre du projet.

Or, le CAS qui a mené des études comparatives, constate en effet que, dans les villes qui exploitent une flotte de véhicules électriques en libre service, le temps moyen d'utilisation quotidien n'excède pas une heure.

Dans l'hypothèse la plus probable, le bilan d'Autolib' serait donc largement négatif, et coûterait, toujours d'après le CAS, plus de 60 millions d'euros par an.

Par ailleurs, il semble que de plus en plus de communes refusent de participer au syndicat mixte et que le Préfet de Région lui-même rechigne à entériner la création d'un syndicat mixte ouvert permettant l'adhésion des communes.

Aussi, le groupe des écologistes et apparentés souhaiterait obtenir plusieurs précisions. Il aimerait savoir si le calendrier d'implantation des station Autolib' est confirmé et si les constructeurs seront bien en mesure de proposer un parc de 3.000 à 4.000 voitures électriques, comme prévu d'ici l'année prochaine.

Les éluEs écologistes souhaiteraient également savoir si Bolloré, l'exploitant, assumera les pertes probables jusqu'à 60 millions d'euros tous les ans ou si cette charge incombera aux collectivités membres du syndicat mixte ?

Ne pensez-vous pas que dans un contexte de rigueur budgétaire, il serait plus sage, pendant qu'il en est encore temps, de réorienter le projet vers un système d'autopartage, plus facile à exploiter et répondant mieux aux enjeux écologiques de notre époque ?"

Enfin, la dernière question d'actualité du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche à M. le Préfet de police est relative "au respect de l'accord visant la régularisation des travailleurs sans papiers".

Chers collègues, la séance est suspendue, nous reprendrons à 14 heures 45 avec les questions d'actualité.

Bon appétit.