Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

43 - 2011, CAB_MA 21 - Signature d'une convention avec le Département de la Réunion.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2011

43 - 2011, CAB_MA 21 - Signature d'une convention avec le Département de la Réunion.

 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous allons commencer par le projet de délibération CAB_MA 21. Il s?agit d?une signature d?une convention avec le Département de la Réunion.

C?est Mme Geneviève BERTRAND qui interroge Mme HIDALGO.

Madame BERTRAND, vous avez la parole.

Mme Geneviève BERTRAND. - Merci, Monsieur le Maire.

Le projet de délibération relatif à la signature d?une convention de partenariat avec le Département de la Réunion est un exemple de la politique de coopération territoriale conduite par la collectivité parisienne.

A ce jour, une vingtaine de conventions a été signée avec des communes riveraines et deux départements voisins de Paris. Mais c?est dès 2001 que le Maire de Paris exprimait le souhait d?établir également des partenariats avec les départements ultras-marins de la France.

En 2010, l?an dernier, deux conventions ont été signées avec les Départements de Guadeloupe et de Martinique. J?étais intervenue pour me réjouir de ces partenariats, mais je m?étais étonnée du passage de ces délibérations en 7e Commission - ce qui semblait limiter le périmètre, et donc la portée de ces conventions - et non en 8e Commission, qui a compétence pour toutes les autres conventions déjà citées.

En 2011, par le passage en 8e Commission, la convention de partenariat avec le Département de la Réunion est à sa juste place, à parité avec les départements de la petite couronne d?Ilede-France. A l?instar des conventions Guadeloupe et Martinique, c?est, au-delà d?échanges de savoir-faire administratifs, l?ensemble des domaines social, culturel, éducatif, économique et sportif, qui est l?objet de la convention, au profit des originaires des Départements de Paris et de la Réunion, qu?ils soient résidants ou de passage.

Sur l?accueil et l?hébergement de ces ressortissants, il va de soi que les problèmes de grand éloignement, si préjudiciables aux régions d?Outre-Mer, nécessitent une prise en considération autre que celle des départements métropolitains.

A ce stade, je souhaite faire deux observations, qui interrogent et dont les réponses n?apparaissent pas à la lecture de la convention.

Premièrement : quels sont les ordres de grandeur des populations concernées - celles qui viennent à Paris depuis la Réunion : étudiants, stagiaires, demandeurs d?emplois, personnels de la collectivité parisienne - et, plus largement, quelle est la part des Réunionnais résidant à Paris et en Ile-de-France ? Nous manquons d?éléments sociologiques d?appréciation d?une population d?ailleurs extrêmement diverse et qui contribue à la richesse collective.

Deuxième interrogation : les départements d?Outre-Mer étant également des régions françaises, quelle est l?implication des régions autres que l?Ile-de-France et de l?Ile-de-France aux côtés du Département de Paris dans cette coopération avec la Région de la Réunion ?

Nul doute que Paris a beaucoup à apprendre de l?île de la Réunion, véritable laboratoire des cohabitations interethniques, interreligieuses, interculturelles, et que les trois ans de la durée initialement prévue pour le travail en commun ne seront pas de trop pour mettre en ?uvre les pistes de travail et d?échanges au moyen du comité de suivi envisagé.

Nous voterons, bien évidemment, ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame BERTRAND, pour ce très bel exposé.

Je donne la parole à Mme Anne HIDALGO pour une très belle réponse.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 8e Commission. - Merci, Monsieur le Maire, d?anticiper sur une très belle réponse. Je voudrais vraiment remercier Geneviève BERTRAND, d?abord d?avoir vraiment retenu dans son propos que nous avons suivi ses conseils. C?est vrai qu?il était plus logique de passer ces conventions de partenariat en 8e Commission. Donc merci de le préciser dans votre intervention. Merci aussi de signaler l?importance de ce partenariat, parce qu?effectivement, il y a un flux de population en augmentation.

Je suis désolée, Madame BERTRAND. Je ne pourrai pas vous apporter ici les précisions que vous demandez, mais je vais vous les faire parvenir, puisque je me suis posée les mêmes questions en travaillant sur cette convention, à savoir : quels sont les ordres de grandeur des populations réunionnaises à Paris ?

On sait - et cela nous est indiqué dans cette convention qu?il y a un flux croissant de population entre Paris et la Réunion, et notamment de nombreux agents, originaires de la Réunion, qui travaillent à la Ville. Nous savons qu?environ 5.000 Domiens travaillent à la Ville de Paris, mais je n?ai pas la part spécifique des personnes originaires de la Réunion. Donc je vous apporterai ces éléments ; idem sur la Région Ile-de-France.

Mais c?est vrai que vous nous permettez, par votre intervention, de mettre l?accent sur cette collaboration, qui est à la fois sur le plan administratif - je sais qu?elle est extrêmement appréciée de la part de nos collègues d?Outre-Mer -, mais également sur le plan social et culturel, puisque nous avons énormément de manifestations en commun, qui n?identifient pas la Réunion en tant que telle, mais je vous rappelle notamment le festival "Le Pari Outre-Mer", ou encore le "Carnaval Tropical" qui, cette année, va se dérouler début juillet sur les Champs-Elysées.

Nous avons aussi un accompagnement, notamment économique et éducatif : éducatif avec des stages qui sont proposés aux étudiants de Paris et aux étudiants de la Réunion, inversement dans chaque collectivité. Et puis, nous avons également plusieurs idées à l??uvre : le fait par exemple de mettre à l?honneur, lors d?un "Paris Plages", l?île de la Réunion, d?installer aussi un village temporaire sur le parvis de l?Hôtel de Ville, bref, je crois, ici des initiatives extrêmement concrètes qui nous permettent de souder ce partenariat et de souder cette population réunionnaise et parisienne, parisienne et réunionnaise, toujours plus nombreuse.

Mais je vous apporterai des précisions quant à l?ordre de grandeur précis ; idem sur les autres collectivités territoriales qui interviendraient, notamment à la Réunion, mais j?entends aussi dans votre question la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane.

Merci.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame HIDALGO.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération CAB_MA 21.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, CAB_MA 21).