Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

57 - 2000, DLH 239 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la S.G.I.M. un bail à caractère emphytéotique portant location de la propriété communale située 20, impasse Saint-Sébastien (11e). - Réalisation d'un programme de construction de 5 logements (dont 1 atelier-logement) de type "PLUS". - Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération et octroi de sa garantie pour le service des intérêts et l'amortissement de l'emprunt à contracter par la S.G.I.M

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mes chers collègues, il nous reste cinq minutes. Voulez-vous que nous examinions le projet de délibération DLH 239 relatif à la signature avec la S.G.I.M. d'un bail à caractère emphytéotique portant location de la propriété communale située 20, impasse Saint-Sébastien.
La parole est à M. BLET. Ce sera la dernière délibération pour ce soir.
M. Jean-François BLET. - Ce sera très bref, rassurez-vous !
Monsieur le Maire, j'avais attiré votre attention lors du Conseil du mois d'octobre 1998 sur la nécessité de reloger M. Yves FRANCOIS, artiste résidant actuellement au 20, impasse Saint-Sébastien, que vous aviez essayé d'expulser par voie judiciaire et vous n'y étiez point parvenu car il était tout à fait dans son droit. Je suis heureux de constater que le relogement va enfin intervenir dans le cadre d'une opération tiroir de la Ville de Paris. Donc c'est une bonne nouvelle !
Par contre, pourquoi diable voulez-vous absolument densifier cette impasse dans laquelle subsistent encore quelques petits bâtiments, ce qui est le propre des impasses qui ne dépassent pas R+1 ?
Pourquoi d'ailleurs vouloir nous cacher l'ampleur exacte du programme ?
Certes, il ne s'agit que de cinq logements. Mais pourquoi nous faire miroiter un immeuble de faible hauteur s'intégrant dans son environnement alors que vous vous apprêtez en fait à ériger un bâtiment de quatre étages ?
L'objectif est bien de combler délibérément une dent creuse victime de votre peur phobique du vide. Ce vide est pourtant si petit - à peine 200 mètres carrés - que, par un phénomène "physicobétonneur" bien connu, le coût de construction s'envole jusqu'à 20.000 F du mètre carré pour construire sur une petite parcelle de rien du tout qui ne nécessite pas de grand engin de terrassement que je sache.
Comment justifiez-vous un tel projet inflationniste qui amplifie la vague spéculative qui s'abat actuellement sur Paris ? Mystère...
Incohérence urbanistique, divagation financière non justifiée... Beaucoup de problèmes pour un petit projet. Il est aberrant de traiter une impasse comme un boulevard par l'alignement maniaque et systématique des volumétries qui en ruine tout le charme.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BULTÉ pour répondre aux questions ainsi qu'aux félicitations adressées par M. BLET.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je prends acte des félicitations de M. BLET concernant notamment le relogement.
Là encore, Monsieur BLET, sur ce programme d'une grande modestie, et ce n'est pas mon ami et collègue Jean-François LEGARET qui me démentira, il n'y a pas de divagation financière, il y a une volonté farouche de pouvoir inclure dans ce site un programme de dimension humaine de cinq logements en faisant notamment un atelier logement pour les artistes qui travaillent dans le secteur.
Une surface totale habitable de 280 mètres carrés se répartissant en tout petits logements ne me semble pas du tout pharaonique comme vous venez de l'exposer.
Merci, Monsieur le Maire.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Monsieur BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 239.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DLH 239).
Nous avons atteint l'heure prévue pour la suspension de séance. Nous allons donc suspendre. La séance sera reprise demain à 9 heures 30.
La séance est suspendue.