Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

64 - 2011, DU 111 - Signature avec Réseau Ferré de France d’une convention d’occupation temporaire du domaine public sur un tronçon de la Petite Ceinture situé entre la place Balard et la rue Olivier de Serres (15e). Prorogation de la convention-cadre avec RFF sur la Petite Ceinture. 2011, DEVE 85 - Signature d’une convention avec Réseau Ferré de France et demandes d’autorisations administratives de travaux pour l’aménagement d’une promenade sur un tronçon de la Petite Ceinture (15e). Vœu déposé par M. Gilles ALAYRAC, Mme Laurence GOLDGRAB et M. Jean-Bernard BROS relatif à l’aménagement de la petite ceinture : devenir de l’ancienne gare Vaugirard. Vœu déposé par M. Gilles ALAYRAC, Mme Laurence GOLDGRAB et M. Jean-Bernard BROS relatif à l’aménagement de la petite ceinture : animation culturelle, artistique et pédagogique.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2011

64 - 2011, DU 111 - Signature avec Réseau Ferré de France d?une convention d?occupation temporaire du domaine public sur un tronçon de la Petite Ceinture situé entre la place Balard et la rue Olivier de Serres (15e). Prorogation de la convention-cadre avec RFF sur la Petite Ceinture. 2011, DEVE 85 - Signature d?une convention avec Réseau Ferré de France et demandes d?autorisations administratives de travaux pour l?aménagement d?une promenade sur un tronçon de la Petite Ceinture (15e). V?u déposé par M. Gilles ALAYRAC, Mme Laurence GOLDGRAB et M. Jean-Bernard BROS relatif à l?aménagement de la petite ceinture : devenir de l?ancienne gare Vaugirard. V?u déposé par M. Gilles ALAYRAC, Mme Laurence GOLDGRAB et M. Jean-Bernard BROS relatif à l?aménagement de la petite ceinture : animation culturelle, artistique et pédagogique.

 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DU 111 relatif à la signature avec Réseau Ferré de France d?une convention d?occupation temporaire du domaine public sur un tronçon de la Petite Ceinture situé entre la place Balard et la rue Olivier de Serres.

La parole est à M. Philippe GOUJON, pour 5 minutes.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, enfin sont inscrites à l?ordre du jour ces deux délibérations, annoncées d?abord pour février, à l?issue de la réunion de concertation qui avait réuni à la mairie du 15e pas moins de 300 riverains en janvier.

Cette coulée verte, véritable corridor écologique, s?inscrit pleinement à la fois dans le Grenelle de l?environnement et dans la volonté de notre équipe municipale de faire du 15e un écoarrondissement, grâce notamment - je rappelle notre projet :

- à la réalisation d?un arc vert reliant le parc Georges Brassens au parc André Citroën par la petite ceinture ferroviaire et qui se poursuivrait par la reconquête des berges de Seine transformées en promenade et à la requalification et la végétalisation des boulevards de Grenelle, Garibaldi, Pasteur et Vaugirard jusqu?au pôle Montparnasse restructuré.

Ce projet d?aménagement d?un premier tronçon de la coulée verte a pris beaucoup de retard, quand on se souvient qu?un premier projet avait été présenté par Jean TIBÉRI dès 2000?

En janvier 2003, la Mairie nous annoncé pour mi-2006 une coulée verte reliant les deux grands parcs de l?arrondissement. Ne voyant rien venir, un v?u était adopté à l?unanimité par le Conseil d?arrondissement en février 2006. Et dans la même séance du Conseil d?arrondissement, on nous annonçait, dans le protocole R.F.F./Mairie de Paris, une première tranche pour fin 2008, le reste pour l?été 2009.

Le directeur de R.F.F. de l?époque se réjouissait même d?ailleurs que le protocole d?accord pour le 15e ait été signé avant le protocole général avec la Ville. ?Une grande longueur d?avance pour le 15e?, disait-il, grande longueur d?avance qui présentait, selon lui, un condensé de tout ce qu?il est possible de faire sur la petite ceinture ferroviaire. Tout ceci ne débouchait, hélas, que sur une réunion de concertation, restée sans aucune suite, le 21 juin 2006 en mairie du 15e, sous la présidence de M. CONTASSOT.

Depuis 2008, avec Jean-François LAMOUR, nous avons été à l?initiative de plusieurs réunions avec R.F.F. pour relancer le projet. La Ville, hélas, a toujours refusé d?y participer. C?est vrai que l?on a buté sur la question de la réversibilité notamment, certes, en raison de l?attitude de R.F.F. mais aussi de celle de la Mairie de Paris qui est toujours restée assez floue sur ce point, car le coût de l?aménagement s?en trouve réduit d?autant et, surtout, cela permet de ne pas froisser les élus communistes favorables à la circulation des trains et de ne pas trancher non plus entre des Verts qui veulent aussi voir rouler des trains de marchandises et des Verts qui veulent un aménagement plus complet et plus écologique !

Ainsi, entre le moment où, en avril 2010, R.F.F. accepte la convention et celui où la Ville l?accepte à son tour en janvier 2011, il s?écoule encore neuf mois.

Aujourd?hui, on nous propose un premier tronçon de 1,3 kilomètre reliant la rue Saint-Charles à la rue Olivier de Serres. Resterait encore à financer le tronçon Olivier de Serres - rue Brancion puis celui allant de la place Balard au Parc Citroën. Mais, là, on ne sera certainement plus dans la même mandature.

Concernant le deuxième tronçon, la délibération DU 111 nous renvoie vers un avenant, sans préciser de calendrier. Je le regrette.

Je demande donc à la fois un engagement dans le temps, car tout ceci traîne depuis plus de 10 ans, et l?inscription des financements nécessaires aux études au budget de 2012.

Il est important aussi de bien prendre en compte les attentes des riverains, notamment afin d?éviter le plus possible les nuisances sonores et l?insécurité, avec donc des personnels de surveillance suffisamment nombreux mais aussi, la nuit, avec des systèmes de fermeture dissuasifs et peut-être même des caméras de surveillance. Je rappelle que plusieurs immeubles d?habitation bordent le site en aplomb de la voie.

Autre suggestion, qui a déjà fait l?objet d?un v?u au Conseil d?arrondissement : la transformation de la gare de Vaugirard en Maison de la nature, qu?a proposée d?ailleurs ma première adjointe Claire de CLERMONT-TONNERRE, et l?organisation de l?accès au parc Georges Brassens, pourquoi pas par le débarcadère existant au niveau du théâtre Silvia Monfort et, nous l?espérons, du futur ?106 Brancion? sur lequel nous avons commencé à travailler avec les directeurs du théâtre et avec M. Christophe GIRARD.

J?observe également la mention faite, dans ces délibérations, d?un comité de pilotage, censé exister depuis 2006 mais qui ne s?est jamais réuni, à ma connaissance en tout cas, en tout cas pas en présence de la mairie du 15e.

(M. Christophe GIRARD, adjoint, remplace M. Pierre SCHAPIRA au fauteuil de la présidence).

Je note, enfin, que l?entreprise d?insertion en charge de l?entretien de cet espace sera changée. Je m?interroge sur ce choix, compte tenu de l?excellent travail fourni jusqu?à présent par l?entreprise espaces.

Pour terminer sur une note plus positive et optimiste, encore qu?il ne s?agit que de propositions constructives de ma part, dans tout ce projet de délibération, que nous voterons, bien sûr, je me réjouis que ce projet commence à prendre forme comme première étape, finalement, de cet arc vert structurant en plein coeur du 15e et qui en transformera singulièrement la physionomie.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Avant de donner la parole à Mme de CLERMONTTONNERRE, je voudrais juste vous signaler que notre séance a pris deux à trois heures de retard et que nous risquons donc de siéger demain matin.

Alors, je nous invite donc à la concision et l?efficacité.

Madame de CLERMONT-TONNERRE, vous avez la parole.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vous épargnerai la genèse de ce projet qui date d?il y a 10 ans, mais je tiens à vous dire combien nous nous réjouissons de voir que la coulée verte est à nouveau sur les rails, si je puis dire, même si, pour l?instant, les aménagements ne portent que sur 1,3 kilomètre, c?est-à-dire sur la tranche Balard/Olivier de Serres. Naturellement, il reste encore à financer et à aménager le tronçon Olivier de Serres/Brancion et Balard/Citroën pour lesquels nous ne disposons d?aucune lisibilité calendaire, puisque s?agissant de cette deuxième tranche, la délibération se borne à nous annoncer un hypothétique amendement.

Je souligne, tout comme Philippe GOUJON vient de le rappeler, que ce projet d?aménagement de la coulée verte s?inscrit à la fois dans les priorités de l?équipe municipale du 15e mais aussi dans le champ des Trames Vertes du Grenelle de l?environnement que nous souhaitons voir se développer.

Si, bien évidemment, nous voterons les deux délibérations qui nous sont soumises, je saisis le cadre de mon intervention pour exprimer nos positions sur les v?ux n° 34 et n° 35, déposés par les élus Radicaux de gauche.

S?agissant du v?u n° 34 qui porte sur le devenir de la gare de Vaugirard, je tiens tout d?abord à rappeler que nous avons interpellé l?Exécutif municipal à de multiples reprises sur cet élément de patrimoine inscrit au P.V.P. La gare de Vaugirard a d?ailleurs donné lieu de notre part, et dès 2005, à un v?u voté à l?unanimité du conseil du 15e, demandant qu?une Maison de la Nature soit aménagée dans ce bâtiment. Année après année, nous avons continué à porter ce souhait lors de nos différentes interventions dans les conseils de quartier, en conseil d?arrondissement, au Conseil de Paris et lors des réunions publiques, sans pour autant que l?Exécutif daigne y prêter la moindre attention.

Je m?étonne qu?aucune discussion et procédure de conventionnement n?aient encore été engagées par la Ville sur le devenir de cette gare, alors que le protocole cadre Ville/R.F.F. de 2006 prévoyait, dans ses articles 2 et 4, que la requalification des gares serait étudiée en partenariat avec la Ville.

J?observe d?ailleurs que les gares de Saint-Ouen et d?Ornano sont en train d?être rachetées par la Ville et je regrette, Monsieur le Maire, que les demandes portées par la mairie du 15e soient trop souvent ignorées, voire rejetées.

S?agissant du v?u n° 34, proposant de lancer un appel à projets relatif à la gestion et à l?animation de cette gare, nous répondons ?pourquoi pas?, s?il s?agit d?activités en lien avec la nature et la préservation de l?environnement. C?est là une demande que nous portons depuis longtemps et il ne me semble pas excessif qu?un arrondissement aussi peuplé que Bordeaux dispose d?un tel lieu, à l?image de ceux qui existent dans d?autres arrondissements, qu?il s?agisse des Maisons de l?eau, de l?air ou du jardinage.

Je vous rappelle qu?avec la Petite Ceinture, nous avons hérité d?un véritable corridor écologique où les scientifiques ont recensé une biodiversité exceptionnelle, avec notamment 220 espèces floristiques. Avec la gare de Vaugirard, il me semble que nous aurions là un lieu sur mesure pour développer des ateliers pédagogiques et délivrer des informations permettant à toutes les générations de découvrir la richesse de cette faune et de cette flore, miraculeusement préservées au c?ur de notre capitale et sur laquelle l?association de réinsertion ?Espaces? veille depuis 2006.

Nous serions donc prêts à voter ce v?u n° 34, sous réserve que le dernier article précise : ?L?appel à projets portera sur des animations en lien avec la nature et la préservation de l?environnement?.

J?en viens maintenant au v?u n° 35 qui concerne le lancement d?un appel à projets pour l?animation de la Petite Ceinture.

Est-il vraiment nécessaire, mes chers collègues, de lancer un appel à projets pour organiser des animations sur ce secteur de la coulée verte ? Je n?en suis pas persuadée.

Autant un parcours de santé, des aires de repos, des ateliers nature, une information pédagogique, une signalétique rappelant l?histoire des lieux nous semblent appropriés pour cette promenade, autant nous nous interrogeons sur l?opportunité de multiplier les animations sur ce site, somme toute très linéaire et offrant peu d?espace en surlargeur.

Je tiens à rappeler les préoccupations exprimées par les riverains lors des différentes réunions publiques. Elles portent essentiellement sur les nuisances sonores et la surveillance du site, de jour comme de nuit, dans la mesure où plusieurs immeubles, je le rappelle, bordent le site en surplomb de la voie.

J?ajoute que, lors de leurs interventions, les habitants ont exprimé le souhait que les aménagements préservent l?aspect naturel du site, respectent la faune et la flore qui s?y développent et que ce soit un lieu de tranquillité et de promenade.

Ce sont des préoccupations que nous partageons et qui nous conduiront à ne pas prendre part au vote sur le v?u n° 35 et à renouveler notre souhait que la Petite Ceinture conserve son aspect sauvage et permette à nos concitoyens d?apprécier cette exceptionnelle tranche de nature dont nous attendons l?ouverture depuis 10 ans.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Madame TACHÈNE, vous avez la parole.

Mme Anne TACHÈNE. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, nous sommes favorables également à la réalisation d?une coulée verte sur la petite ceinture. C?est un projet qui date, cela a été rappelé et nous l?avions déjà soutenu avec le groupe U.D.F. de l?époque.

Je crois que cette promenade peut constituer une vraie plus-value pour les habitants du 15e arrondissement, mais aussi pour les habitants des communes limitrophes.

Toujours dans la perspective du Grand Paris, elle doit permettre d?établir une jonction et une cohésion naturelle entre ces territoires. C?est un moyen d?alléger concrètement le poids de la séparation dans laquelle nous maintenait la petite ceinture.

Mais, pour qu?elle présente un véritable intérêt, il me paraît important de ne pas se limiter à un tronçon trop restreint. Cette coulée verte, nous ne devons pas l?envisager comme une simple ballade, mais comme une promenade qui apporte une dimension supplémentaire en termes d?animation culturelle, en termes esthétique, en termes de requalification urbaine.

La réversibilité des installations n?empêche absolument pas cette ambition.

Je crois que nous devons vraiment nous inspirer de ce que New York a fait avec la High Line : cette ancienne ligne de train de marchandises désaffectée depuis les années quatre-vingt est devenue aujourd?hui un vrai lieu de culture dans un environnement naturel, avec un programme d?exposition et des animations pédagogiques et ludiques, en particulier pour les enfants.

Ainsi, le maire GIULIANI a investi 50 millions de dollars en 2004 et c?est aujourd?hui une grande réussite qui a fortement contribué à réhabiliter le quartier des anciens entrepôts de Meatpacking, c?est devenu même une promenade inscrite dans les guides touristiques.

Paris a l?occasion de prouver qu?elle n?est pas en reste en réalisant un projet ambitieux.

Ainsi, l?ancienne gare de Vaugirard est tout à fait appropriée pour y tenir un rôle central. Je crois d?ailleurs que c?est une demande qui fait consensus, tant du côté du maire du 15e arrondissement que de nos collègues de Gauche, si j?en crois le v?u déposé par Gilles ALAYRAC et Jean-Bernard BROS.

Avec ce projet, la Ville dispose d?une belle opportunité de redonner vie à une zone en friche et de mettre en valeur cette partie Sud du 15e arrondissement.

Je ne sais pas, à titre personnel, si c?est l?adjointe actuelle aux parcs et jardins qui continuera de porter ce projet, puisque c?est aujourd?hui Anne HIDALGO qui est rapporteur de la convention, mais j?espère qu?il pourra finalement voir le jour, car il peut être une vraie bouffée d?air frais pour la Ville, pour les Parisiens.

Pour toutes ces raisons, je souscris aux propositions de ma collègue Claire de CLERMONT-TONNERRE.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup, mes chers collègues. Je vous rappelle que nous avons deux à trois heures de retard, donc si chacun peut réduire de 30 secondes son intervention?

Monsieur DARGENT, vous avez la parole.

M. Claude DARGENT. - Merci, Monsieur le Maire.

Je vais réduire mon intervention, en soulignant que le fait que cette petite ceinture ferroviaire, désormais, soit fermée au trafic qui était le sien initialement rend disponible une plateforme ferroviaire tout à fait intéressante. Cela a été souligné, je n?y reviens pas.

Je me réjouis de la seconde vie que notre Ville offre ainsi à la petite ceinture dans le 15e arrondissement, laissée à l?abandon depuis des décennies.

Depuis 2001, ailleurs dans Paris, d?autres promenades ont été aménagées et c?est bien que cela soit le cas également dans le 15e arrondissement.

Avec cette délibération, la Ville et Réseaux Ferrés de France signent une convention, permettant l?aménagement d?1,3 kilomètre, pour l?emprise située entre la place Balard et la rue Olivier-de-Serres et c?est une excellente chose.

J?entends depuis le début de cette séance que la Droite avance que c?est un projet qui date. Non, ce n?est pas ainsi que les choses se passent. C?est une idée qui date, mais entre l?idée et le projet il y a énormément d?éléments.

Il y a beaucoup de choses à faire intervenir : il faut des études et des propositions, il faut un financement, il faut l?accord du propriétaire, toutes choses qui, évidemment, du temps de M. TIBÉRI, étaient loin d?être réunies.

J?entends aussi la Droite nous expliquer que ce projet est le produit de son action. Elle le dit sans rire. Je voudrais rappeler ici, pour mémoire, ses atermoiements, au début de la précédente mandature, où certains de ses membres - j?ai encore dans l?oreille les interventions de M. TRÉMÈGE - réclamaient explicitement l?implantation du tramway sur la petite ceinture ferroviaire, au lieu du choix qui a été retenu d?une implantation sur le boulevard des Maréchaux.

J?entends encore M. GOUJON nous expliquant alors que le tramway sur les Maréchaux allait créer des encombrements et une thrombose dans le Sud de Paris.

Evidemment, rien de cela ne s?est réalisé et la plateforme de la petite ceinture est désormais disponible pour une toute autre fonction.

Le projet entre dans sa phase opérationnelle, grâce à la détermination de ses principaux architectes, Anne HIDALGO et Fabienne GIBOUDEAUX.

Cette nouvelle promenade est un espace à inventer et à modeler. J?ai déjà exprimé dans cet hémicycle l?intérêt et l?avantage du principe de réversibilité, qui ne doit cependant pas nuire à la qualité de l?aménagement global de cette promenade.

Enfin, je souhaite évidemment que l?on puisse rapidement se promener sur le kilomètre restant, qui permettra de relier les deux parcs de notre arrondissement, le parc André-Citroën et le parc Georges-Brassens.

Je vous remercie pour ce beau projet.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup, Monsieur DARGENT, d?avoir été si efficace et si court.

Monsieur ALAYRAC, dans la même veine ?

M. Gilles ALAYRAC. - L?enjeu est de taille.

Mes chers collègues, nous avons avec cette voie ferrée de la petite ceinture un potentiel d?aménagement immense, mais je veux rappeler que cela fait 75 ans qu?il est inoccupé. Je crois que l?État a été vraiment négligent de laisser à l?abandon aussi longtemps un tel patrimoine.

La paternité de ce projet d?aménagement, revenons-y : c?est à la majorité de Gauche que nous le devrons, si l?on veut bien se rappeler qu?en 2001, nous avons définitivement tranché la question de savoir où passerait le tramway.

Contrairement à ce que certains voulaient à Droite, mais pas tous, il a été décidé qu?il ne passerait pas par la petite ceinture.

Le retard qui a été pris n?est pas imputable à la Ville, je le dis à M. GOUJON, et je ne vois pas pourquoi on mettrait en cause M. CONTASSOT ou qui que ce soit. M. CONTASSOT a cherché à faire avancer le projet, comme l?on fait Mme HIDALGO et Mme GIBOUDEAUX.

Le projet a avancé à la vitesse d?un tortillard, je le dis, mais je ne boude pas mon plaisir. Avec cette délibération, nous aboutissons enfin à ce que R.F.F. permette à la Ville de Paris d?occuper un premier tronçon d?1,3 kilomètre et je sais que nous allons atteindre le deuxième objectif qui est de relier les deux grands parcs du 15e arrondissement.

Les élus radicaux de Gauche expriment le souhait que l?accent soit mis sur l?animation de cet espace de plein air, qui ne doit pas ressembler simplement, c?est notre conception, à un square ou à un jardin.

C?est parce qu?il est très particulier que nous voulons le mettre en valeur et c?est le sens de notre v?u n° 35. Nous demandons qu?un projet d?animation culturelle, artistique et pédagogique soit imaginé, qui pourrait prendre par exemple l?aspect d?expositions temporaires en plein air, de spectacles, d?animations des arts de la rue, de goûters récréatifs, d?ateliers pédagogiques et bien d?autres choses, naturellement aux heures ouvrables. Il ne s?agit pas de faire la fête toute la nuit !

Je crois aussi qu?il conviendra de se préoccuper de la gare de Vaugirard qui appartient à la S.N.C.F. Je veux être très clair, je ne propose pas son acquisition par la Ville, mais simplement la recherche d?un accord sur ce bâtiment. Il est aujourd?hui en friche, il présente bien des attraits et je ne crois pas que l?on puisse le laisser fermé au public sans le restaurer.

Je propose donc que la Ville cherche, avec son propriétaire (s?il en est d?accord, naturellement, il faut être deux pour trouver un accord), une procédure de conventionnement pour le dédier à une animation. Je rappelle que cela s?est fait avec bonheur dans d?autres endroits de Paris.

C?est le sens de notre v?u n° 34.

J?exprime deux interrogations concernant la voie ferrée, la première, c?est la question de la réversibilité. J?ai déjà fait part de mon grand scepticisme. On va conserver une voie pour le passage occasionnel des trains. Je pense que la perspective que des trains de marchandises pourraient un jour passer sous leurs fenêtres ravira les habitants.

Je relève aussi une deuxième chose, qui est que la convention d?occupation temporaire du domaine public ne va que jusqu?en 2018. J?ose espérer que son renouvellement ne sera, le moment venu, qu?une formalité.

Pour conclure, je félicite la pugnacité de la Ville sur ce dossier. Nous allons - c?est vrai - disposer d?un espace vert, à la diversité biologique très intéressante.

J?approuve donc avec satisfaction cette convention d?occupation temporaire du tronçon, qui va transformer la Petite Ceinture en un espace vert tout à fait remarquable.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup. Vous avez bien compris qu?on regroupait deux délibérations, bien évidemment.

Madame HIDALGO, vous avez la parole.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 8e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je souhaiterais, puisque c?est un projet que je porte avec Fabienne GIBOUDEAUX, que bien sûr, elle puisse aussi exprimer sa vision sur ce grand projet d?aménagement urbain, qui est totalement inscrit dans notre projet d?écologie urbaine pour Paris. C?est un projet magnifique ; c?est un projet enthousiasmant ; c?est un projet que beaucoup de Parisiens ont rêvé. Et comme sur beaucoup de projets qui concernent notamment des emprises ferroviaires, on s?aperçoit que le temps de l?aménagement des propriétaires R.F.F. ou S.N.C.F. n?est pas tout à fait le temps de l?aménagement que souhaiteraient les élus et les citoyens de cette Ville. Et donc, à ceux qui l?ont rêvé, j?ai envie de leur dire qu?on va le faire. Et à ceux qui parlent de paternité, j?ai presque envie de dire, puisque nous faisons un duo avec Fabienne, que pour une fois, parlons peut-être un peu de maternité, au moins dans le projet qui vous est soumis aujourd?hui.

Il y a deux délibérations. Je n?entend pas exclure les hommes, bien sûr. Mais enfin, essayons de faire évoluer notre langage.

Il y a deux délibérations : la première est une convention relative au financement des travaux d?aménagement de la promenade et l?autre est la convention d?occupation temporaire du domaine public. Et l?aménagement du tronçon Balard - Olivier-de-Serres se fait sous maîtrise d?ouvrage R.F.F., parce qu?il y a à réaliser des accès, à mettre en sécurité le site.

D?ailleurs, l?ensemble de l?opération est évalué à 7,2 millions d?euros et la Ville a à sa charge 4,36 millions d?euros. Et le site sera mis à disposition de la Ville de Paris dans le cadre de la convention d?occupation temporaire du domaine public pour une durée de sept ans à compter de la signature. Et donc, c?est cette mise à disposition qui est assortie, elle, d?une redevance dont le montant est jugé acceptable par France Domaine.

C?est donc 1,3 kilomètre de promenade sur une emprise de 36.000 mètres carrés qui va être mis à disposition des Parisiens, ce qui va être tout à fait intéressant, parce qu?on va avoir - et je crois que chacun peut le visualiser - les voies sur berges avec la rive gauche piétonnisée, avec une possibilité de se promener depuis le 13e arrondissement jusqu?au parc Citroën. Et après, on aura quasiment une continuité. En tous les cas, c?est à cela que nous tendons avec cette promenade qui va être un espace magnifique de biodiversité.

Pour répondre aux v?ux présentés par le P.R.G., je voudrais leur dire que bien sûr que nous poursuivons ces objectifs, mais je leur demanderai à ce stade le retrait de ce v?u. Bien évidemment, la question de la petite gare, de ce que l?on peut en faire, comment elle peut s?intégrer au projet et comment elle peut devenir même un élément emblématique de ce projet, ne nous a pas échappée. Nous y travaillons. Vous connaissez la situation budgétaire de la Ville. Je ne crois pas qu?il soit très judicieux de s?engager à travers un v?u, même si Gilles ALAYRAC n?a pas parlé d?acquisition par la Ville. Mais voilà, cela fait partie de nos réflexions, donc je demanderai le retrait de ce v?u.

Quant à l?animation culturelle, artistique et pédagogique, avec un cahier des charges, nous ne sommes pas non plus dans la situation des voies sur berges. Nous avons retenu cette disposition pour l?animation et la gestion des voies sur berges, parce que c?est un espace immense sur lequel il faut assurer cette cohérence. Je crois qu?on peut se passer de ce type d?animations pour la Petite Ceinture, et qu?en revanche, toutes les activités qu?il envisage, les goûters récréatifs, les animations culturelles, festives, diverses et variées, nous les avons en tête.

Compte tenu d?une réponse qui, sur le fond, va dans le sens de ces deux v?ux, mais qui ne les juge pas appropriés à ce stade, je demanderai donc le retrait de ces v?ux.

Si vous en êtes d?accord, je donne la parole à Fabienne GIBOUDEAUX.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je vais voir.

Avant de donner la parole à Mme GIBOUDEAUX, je me réjouis de cette nouvelle devise de la Ville : liberté, paternité, maternité.

La parole est à Mme GIBOUDEAUX.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire. Merci, Madame la Maire. C?est avec beaucoup de plaisir que je vais donner quelques explications quant à l?esprit de cet aménagement de la Petite Ceinture.

Je voudrais tout d?abord féliciter le paysagiste de la Direction des Espaces verts et de l?Environnement qui a travaillé à ce projet. Il a fait un très beau projet, un projet qui n?était pas facile, et je dirai que nous sommes très attendus sur ce projet, car il faut à la fois l?ouvrir au public et garder sa richesse de biodiversité, sa singularité. C?est donc un défi auquel il a répondu avec un projet assez équilibré, assez sobre, tout en étant très qualitatif. Je voulais donc vraiment le féliciter.

M. ALAYRAC a fait part donc de la désaffection de la Petite Ceinture, mais je dirai que c?est ce qui fait sa richesse. C?est parce qu?elle est restée inexploitée pendant de nombreuses années qu?on a aujourd?hui un espace à la fois singulier et sauvage, et c?est aussi l?atout de cette Petite Ceinture.

Cet atout, je pense aussi, comme Anne HIDALGO, qu?il faut faire un peu attention à ne pas le surcharger d?animations. On fera un travail, néanmoins, tout à fait important de présentation de ce qu?est la Petite Ceinture dès sa livraison et en amont de la livraison, avec des promenades que nous sommes en train de mettre au point avec les éco-éducateurs de la Ville, l?Agence d?Ecologie Urbaine et nous ferons des visites de la Petite Ceinture auprès des conseils de quartiers, des riverains et des enfants pour présenter la promenade. Car il ne s?agit ni d?un parc, ni d?un jardin, mais d?une promenade au sein de notre Ville, qui est tout à fait singulière et qui mérite, à mon avis, d?être un peu expliquée.

Il y aura aussi des supports pédagogiques le long de la Petite Ceinture pour expliquer sa richesse et sa singularité.

C?est le début - cela a été évoqué par de nombreux intervenants - d?une trame verte parisienne. C?est vrai que nous y travaillons. J?espère qu?au mois d?octobre, nous pourrons présenter le Plan Biodiversité et donc ces objectifs en termes de trame verte à l?échelle parisienne, voire métropolitaine, car il s?agit aussi d?être en lien avec les communes riveraines dans ces aménagements. Et cette Petite Ceinture, en tout cas, y participe. Et c?est vraiment très important aujourd?hui de relier les projets entre eux et de voir la Ville d?une autre manière - je dirai - pas seulement par son réseau de voie ferrée et de transport, mais aussi par ce réseau de trame verte qui reprend en tout cas vie aujourd?hui dans les aménagements.

Et je me réjouis en tout cas que la Direction de l?Urbanisme, dans les nouveaux projets d?aménagement, ait cette nouvelle vision des choses, car elle enrichit évidemment la biodiversité à Paris. Mais elle enrichit aussi les usages de circulation et de découverte de la Ville, qui sont tout à fait importants.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci infiniment.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 111.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DU 111).

Je demande maintenant si les v?ux de M. ALAYRAC, Mme GOLDGRAB et M. BROS sont retirés.

M. Gilles ALAYRAC. - Concernant le v?u n° 34 qui concerne l?aménagement de la Petite Ceinture, j?ai entendu ce qu?a dit Mme GIBOUDEAUX, à savoir la recherche de la valorisation des sites pour les enfants et les riverains.

Je pense que c?est un bon commencement. C?est une bonne chose. Je retire donc le v?u n° 34.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Qu?en est-il du v?u n° 35 ?

M. Gilles ALAYRAC. - Je le maintiens, parce que je reste partisan de l?ouverture d?une négociation avec la S.N.C.F. Je pense que c?est du bon sens que d?essayer de voir ce que l?on peut faire de cette gare désaffectée.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Très bien.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, rapporteure. - C?est un point? Cette discussion est engagée. Quand on travaille sur un dossier comme cela, vous imaginez bien qu?on parle de ces sujets. Je ne comprends donc pas très bien, mais ce sera un avis défavorable.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Très bien. J?avais donc bien compris.

Oui, une explication de vote, mais vraiment très courte. Vous savez qu?on a trois heures de retard.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - Courte, pour dire qu?il y a une petite inversion dans les chiffres : c?est le 34 que M. ALAYRAC maintient, d?après le texte que j?ai sous les yeux. Et nous souhaitons dire qu?au groupe U.M.P., nous voterons son v?u dans la mesure où nous considérons qu?effectivement, cette gare doit faire partie de l?aménagement de la Petite Ceinture.

Alors nous, nous préférons que ce soit une maison verte, une maison de la nature et qu?il y ait une précision concernant les possibilités d?animations, en liaison avec la protection de l?environnement. Mais en tout cas, il est important, et même essentiel, que la négociation puisse porter avec R.F.F. sur la prise en compte de la gare par la Mairie de Paris.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, rapporteure. - Elle appartient à la S.N.C.F.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Le v?u n° 34 est donc maintenu avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u référencée n° 34, déposée M. Gilles ALAYRAC, Mme Laurence GOLDGRAB et M. Jean-Bernard BROS, assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Le v?u référencé n° 35, en revanche, est retiré.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 85.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DEVE 85).