Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

43 - 2011, Vœu déposé par le group U.M.P.P.A. relatif à la situation des crèches gérées par la Ville.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2011

43 - 2011, V?u déposé par le group U.M.P.P.A. relatif à la situation des crèches gérées par la Ville.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen des dossiers en Conseil municipal, notamment du v?u référencé n° 20 dans le fascicule, relatif à la situation des crèches gérées par la Ville, déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme MACÉ de LÉPINAY, qui la prend pour une minute.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci.

Madame la Maire, mes chers collègues, je ne reviendrai par sur les considérants de notre v?u qui sont assez clairs, tout comme l?intervention de Claude GOASGUEN ce matin.

Les directeurs et directrices de crèches sont démotivés, désabusés, découragés et se sentent abandonnés par leur hiérarchie. Chaque parent qui fréquente la crèche connaît les difficultés majeures rencontrées par les chefs d?établissement pour gérer le manque récurrent de personnel.

Quant aux charges administratives qui leur incombent, elles les empêchent d?exercer leur profession de puériculture, car elles sont tour à tour DRH (gestion des congés de maternité non remplacés, congés de maladie, vacances, R.T.T., etc.) hôtesses d?accueil, magasiniers, mais pas suffisamment présentes auprès de leurs équipes et des enfants.

(M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, remplace Mme Gisèle STIEVENARD au fauteuil de la présidence).

Les auxiliaires de puériculture, elles, habitent parfois très loin de leur lieu de travail et il serait souhaitable que la Mairie de Paris réponde mieux à leurs demandes de logements.

Lors de l?inauguration de la pseudo-crèche de la rue Castagnary, on aurait pu croire que la situation du 15e était idyllique, mais, d?abord, il ne s?agissait pas d?un nouvel établissement, mais du remplacement de la crèche familiale des Périchaux.

Ensuite, les chiffres annoncés étaient inexacts. On ne peut additionner des places de crèche et des places de halte-garderie.

Enfin, il faut prendre en compte les 117 places provisoirement supprimées par la restructuration des crèches Santos Dumont et Saint-Lambert.

Dans le 19e arrondissement, il y a une place de crèche pour 50 habitants, alors que dans le 15e, il y a une place de crèche pour 100 habitants.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il faut conclure !

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je conclus !

Les places créées ne permettent pas de satisfaire les nouvelles demandes, toujours plus nombreuses, en raison de la construction de nouveaux logements qui amènent de nouveaux habitants.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vous demande de bien vouloir voter notre v?u qui souligne la déroute de la D.F.P.E. qui devient une direction sinistrée ; les directeurs ne peuvent plus assurer les tâches auxquels ils ont à faire face et c?est pourquoi je vous invite à voter notre v?u.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - La parole est à M. NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

J?ai envie de dire à Mme MACÉ de LÉPINAY qu?elle a un train de retard et même peut-être deux, parce que, franchement, ce v?u, aujourd?hui, est très en retard par rapport à tout ce que nous avons mis en ?uvre ces derniers mois concernant les personnels de la petite enfance et, en particulier, pour ce qui concerne les responsables d?établissement.

En plus, je dirai, comme je l?ai dit en commission d?ailleurs, que c?est un v?u qui a tendance à mélanger des choux et des carottes, puisqu?on parle à la fois de questions relatives au personnel et puis d?autres qui concernent les budgets des directrices.

J?ai déjà eu l?occasion de détailler, notamment lors de la précédente séance, les propositions concrètes que l?Exécutif a formulées aux représentants des personnels au terme d?un dialogue que nous avons mené tout au long du premier semestre.

Vous le savez, des mesures ont été prises pour accompagner la croissance de l?offre d?accueil de la petite enfance à Paris. Madame MACÉ de LÉPINAY, vous n?êtes pas sans savoir que 5.800 places d?accueil collectif supplémentaires ont été créées sous la précédente mandature et que 4.500 places nouvelles d?accueil collectif le seront sous cette mandature, ce qui fait au total plus de 10.000 places et, pour le seul 15e arrondissement - j?ai eu l?occasion de le dire à l?occasion de l?inauguration des logements et de ce qui n?est pas encore la crèche Castagnary, puisqu?elle ouvrira à partir du mois de septembre nous pourrons, sur les deux mandatures de Bertrand DELANOË atteindre les 1.000 places supplémentaires.

Je vais revenir très rapidement sur les mesures qui ont été prises :

- Pour les responsables d?établissement, une revalorisation indemnitaire, quel que soit le statut, le corps d?origine, le type de structure des agents (480 euros par an pour les adjoints aux responsables, 600 euros par an pour les responsables d?établissement logés, 1.080 euros par an, soit 90 euros par mois, pour les responsables non logés),

- La simplification des tâches administratives, notamment sur l?encaissement du numéraire et des 150.000 chèques encaissés chaque année,

- L?affectation d?emplois tremplins préalablement formés pour aider les responsables d?établissement dans leurs tâches administratives.

Je vous indique par ailleurs qu?un premier appel à candidature auprès des responsables d?établissement pour bénéficier de cette aide a enregistré 46 demandes et que nous procédons actuellement à un second appel à candidatures.

Par ailleurs, je le rappelle, la Ville s?est engagée à continuer à mettre à disposition des responsables un logement de fonction dans chaque nouvelle crèche collective.

Parallèlement, nous avons remplacé l?actuelle prime d?assiduité variable à 100 % en fonction de l?assiduité par une prime petite enfance aux deux tiers forfaitaire.

Avec ce nouveau dispositif, l?ensemble des agents bénéficiant de l?actuelle prime d?assiduité verront leur rémunération augmenter sensiblement.

La Ville a également proposé deux mesures permettant d?améliorer les conditions de travail et de vie des agents, le doublement des attributions de logement du parc social de la Ville en faveur des personnels municipaux de la petite enfance (nous, nous n?avons pas attendu pour cela) et l?amélioration de l?offre de formation continue pour enrichir les parcours professionnels des agents.

J?en resterai là pour dire aussi que, pour ce qui concerne les remplacements, nous avons estimé les besoins à 250 équivalents temps plein et nous allons mobiliser, d?une part, les 475 personnels qui doublent actuellement des personnels à temps partiel ou en poste aménagé pour inaptitude partielle et, par ailleurs, nous allons constituer un vivier complémentaire avec le recrutement de 126 personnels titulaires supplémentaires.

Voilà comment, à partir de ces deux leviers, l?Exécutif répond aux questions exprimées tout à fait légitimement par les personnels de la petite enfance.

Pour ce qui concerne les difficultés que rencontrent les directrices et directeurs pour commander des produits de première nécessité, puisque c?est également évoqué dans votre v?u, je peux vous indiquer qu?il y a effectivement actuellement des tensions qui résultent de plusieurs facteurs : premièrement l?augmentation des besoins liée à la croissance du nombre de places offertes aux jeunes Parisiens, deuxièmement la variation des demandes de droits de tirage entre deux périodes de marché et, troisièmement, les évolutions techniques et tarifaires des produits ainsi que la diminution nette des commandes hors marché.

D?ores et déjà, plusieurs actions correctives ont été mises en ?uvre par la D.F.P.E. :

- La relance anticipée des marchés de jouets et de jeux de puériculture, puisqu?un marché transitoire de jeux de puériculture sera notifié dès le 15 juillet,

- Les contrats de fourniture et de livraison de vaisselle et de matériel d?art plastique arrivent à échéance début 2012, ils sont actuellement en cours de renouvellement, les prochains marchés seront notifiés en novembre 2011,

- Le secteur des produits textiles a subi une hausse importante du prix de ces matières premières, modifiant ainsi l?économie même du contrat et la D.F.P.E. a été contrainte de clore en mai dernier le marché actuel de fourniture de linge pour les crèches et un marché transitoire est en cours de notification et sera ouvert aux commandes dans les prochains jours.

Je voudrais préciser également que, dans le contexte budgétaire que connaît la Ville, dont nous avons débattu ce matin, l?ensemble des mesures que j?ai évoquées, qui concernent l?ensemble des catégories de personnels travaillant auprès des enfants, représentent au total 6, 5 millions d?euros par an. Il s?agit là d?un effort inédit de la Ville en faveur du secteur municipal de la petite enfance, secteur pour lequel, vous le savez, la majorité municipale a engagé un effort sans précédent de création de nouveaux équipements qui ne faiblira pas.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.