Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

156 - QOC 2000-492 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Maire de Paris concernant les mesures prises pour défendre le petit commerce des 11e, 18e et 19e arrondissements contre l'implantation du centre commercial "GEANT" à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Maire de Paris quelles démarches et mesures la Municipalité compte-t-elle prendre pour défendre le petit commerce parisien des 11e, 18e et 19e arrondissements contre l'implantation du centre commercial "GEANT" à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis)."
Réponse (M. Jean-Pierre PIERRE-BLOCH, adjoint) :
"L'auteur de la question fait part de sa préoccupation quant aux conséquences de l'implantation éventuelle d'un centre commercial à Aubervilliers.
Le Maire de Paris a toujours conduit une politique volontariste de soutien et de promotion du tissu commercial de proximité, en s'opposant à l'implantation de grandes surfaces alimentaires dans la Capitale. En effet le commerce indépendant constitue l'une des activités essentielles à l'économie de la Capitale, la cohésion de son tissu social et l'animation de ses quartiers.
Dès 1995 le Maire de Paris indiquait lors de la présentation de son programme de mandature en matière de développement économique, et à de multiples reprises depuis, qu'il souhaitait que l'Etat "assure une mission renforcée de coordination à l'échelon régional" s'agissant de l'implantation d'importants pôles commerciaux.
En ce qui concerne le centre commercial envisagé à Aubervilliers, la Ville de Paris déplore que le processus de décision de cette implantation s'inscrive dans le seul cadre du Département de Seine-Saint-Denis.
La loi ne prévoit pas en effet, même dans l'hypothèse d'une implantation d'un centre commercial dont la dimension est sans nul doute régionale, de consultation des communes riveraines rattachées administrativement à un autre département que celui d'implantation.
Or il apparaît que la zone de chalandise du projet recouvre tout ou partie des 9e,10e,17e, 18e et 19e arrondissements du Nord-Est de Paris.
C'est la raison pour laquelle le Maire de Paris a fait part le 12 juillet de son opposition déterminée au projet actuel. Cette opposition a été officiellement exprimée par l'adjoint au Maire de Paris en charge du Commerce à l'occasion de l'enquête publique préalable à la réunion de la Commission départementale d'équipement commercial de Seine-Saint-Denis.
Dans le même esprit, la Mairie de Paris s'oppose à la création du parking de 4.550 places prévu pour servir cet équipement qui viendrait engorger la voirie existante de la porte d'Aubervilliers, non dimensionnée, même après modification, pour en supporter le trafic induit."