Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

16 - 2011, DASCO 16 G - Signature d’un avenant n° 6 à la convention entre la RIF et le Département de Paris relative à la gestion des cités scolaires du second degré.

Débat/ Conseil général/ Juin 2011

16 - 2011, DASCO 16 G - Signature d?un avenant n° 6 à la convention entre la RIF et le Département de Paris relative à la gestion des cités scolaires du second degré.

 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons maintenant en 7e Commission et passons à l?examen du projet de délibération DASCO 16 G concernant la signature d?un avenant n° 6 à la convention entre la Région Ile-de-France et le Département de Paris, relative à la gestion des cités scolaires du second degré.

C?est M. Jean-Pierre LECOQ qui intervient et Mme BROSSEL lui répondra.

Monsieur LECOQ ? Monsieur le Maire, vous avez la parole.

M. Jean-Pierre LECOQ. - Merci, Monsieur le Président.

Je vais intervenir très rapidement sur cette délibération qui paraît un peu technique mais qui a attiré mon attention puisque, ayant le lycée Montaigne, qui est en réalité une cité scolaire, composée d?un collège et d?un lycée d?environ 2.000 élèves sur le territoire du 6e arrondissement, je suis naturellement sensible à son évolution. Malheureusement, son évolution n?a pas été bonne au cours des dernières années, puisque, si le lycée et collège Montaigne a été rénové à 75 %, nous avons encore une partie importante qui reste dans l?attente d?une rénovation et cette rénovation est malheureusement stoppée depuis maintenant 2006.

Je dois reconnaître d?ailleurs, Monsieur le Président, que vous aviez continué à financer cette rénovation par tranche et qu?un très beau bâtiment, abritant notamment un complexe scientifique, avait pu être inauguré en 2006.

Malheureusement, et c?est d?ailleurs le sens de mon intervention, nous avons des difficultés avec la Région. Quand je dis que nous avons des difficultés avec la Région, j?emploie volontairement le terme ?nous?, car je crois que c?est moins un problème politique qu?un problème technique. La Région Ile-de-France a souhaité en 2006, et c?est d?ailleurs rappelé dans la délibération, inverser les choses, c?est-à-dire que c?était le Département pour les cités scolaires, c?est-à-dire le Département de Paris, qui tirait la charrue, si vous me permettez, la Région faisant office de charrue. La Région Ile-de-France a souhaité inverser l?attelage mais, malheureusement, nous voyons et nous constatons que les choses se passent mal.

C?est-à-dire que, depuis 2006, dans la plupart des cités scolaires, les investissements ont été ralentis, voire arrêtés. C?est d?ailleurs le cas de Montaigne qui n?est pas cité dans cette délibération. Après avoir mis plusieurs années à faire en sorte que cette convention soit passée avec la Région, j?ai appris très récemment que la Région Ile-de-France remettait finalement en cause la prise en compte de cette rénovation, c?est-à-dire refusait d?être leader dans cette rénovation.

Je voulais donc attirer l?attention de notre Assemblée, tout d?abord sur le fait que de nombreuses cités scolaires sont en panne de rénovation dans la Capitale et que, d?ailleurs, Montaigne n?étant pas citée parmi les cités scolaires - on en cite quelques-unes d?entre elles -, plusieurs cités sont actuellement dans l?attente d?une rénovation.

J?attends, bien évidemment, de notre Département et de notre Assemblée, qu?elle relance activement la Région dans les prochaines semaines et dans les prochains mois.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur LECOQ.

Je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL pour vous répondre.

Mme Colombe BROSSEL, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur LECOQ.

Je vais être très rapide sur la délibération, puisque votre intervention n?était, de fait, pas directement liée à la délibération, mais je vous rassure sur les cités scolaires qui sont citées dans la délibération : évidemment, les travaux avancent et, si nous sommes en attente de validation par la Préfecture de police sur un certain nombre de travaux de sécurité, les travaux ont été faits, plus que largement engagés ou terminés, et donc il n?y aura pas de souci là-dessus.

Sur Montaigne, vous avez tout à fait raison et dans votre descriptif et dans votre impatience, puisque cette question aurait dû être réglée, normalement. Je vous confirme que c?est bien une difficulté d?ordre juridique plus que technique qui a été soulevée par la Région, et que ceci ne nous paraissant pas forcément tout à fait acceptable comme avancée des choses, c?est donc plus que dans les prochains mois que nous espérons voir ce souci être derrière nous, puisque, vous devez le savoir, le 30 juin, une réunion avec la Région Ile-de-France, la R.I.V.P., qui était l?épisode précédent, la DASCO et vous-même, a été montée.

J?espère que vous y serez présent et j?espère surtout que cette réunion sera l?occasion de mettre ce dernier - et j?insiste sur le mot ?dernier? - épisode de la rénovation de Montaigne derrière nous. En tout cas, sachez que je m?y suis engagée personnellement.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BROSSEL.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 16 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DASCO 16 G).