Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

159 - QOC 2000-495 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police relative à la protection des personnels des services municipaux parisiens en poste sur la voie publique

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police de lui indiquer les mesures prises pour protéger les personnels des services municipaux parisiens en poste sur la voie publique (éboueurs, inspecteurs, etc.)."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"La sécurité des agents municipaux de la Ville de Paris intervenant sur la voie publique et en particulier, celle des agents de Propreté, fait l'objet d'une vigilance et d'une attention constante des services de la Préfecture de police.
C'est ainsi que le 17 avril dernier, s'est tenue à la Préfecture de police, une réunion conjointe entre les services de la Mairie de Paris et ceux de la Préfecture de police.
Cette séance de travail a permis de définir plusieurs orientations dont la mise en ?uvre d'actions de prévention renforcées ainsi que la nécessité d'une meilleure coordination entre les services, corollaire indispensable à une plus grande efficacité des services de police, notamment en matière d'interpellation.
Un premier bilan de ce dispositif sera présenté prochainement à l'occasion d'une réunion prévue le 29 septembre à la Préfecture de police.
A cette occasion, seront examinés les voies et moyens permettant de renforcer la prévention et d'améliorer encore la coordination.
Plusieurs faits sont effectivement survenus au cours de ces derniers mois, alimentant les inquiétudes des agents des services municipaux.
L'incident le plus grave a été l'agression, le 29 août dernier, d'un technicien de surface de la Ville de Paris, qui a été grièvement brûlé par un individu ayant pris la fuite et qui n'a, malheureusement, pas pu être identifié.
Le 11 septembre dernier, rue de Clignancourt, un agent de la Propreté a été victime de violences. Les diligences des fonctionnaires de la Police urbaine de proximité ont permis l'interpellation immédiate de l'auteur de ces faits qui, dans l'attente de sa présentation le 17 octobre prochain devant le Tribunal correctionnel de Paris, a été maintenu en détention jusqu'à cette date.
Si ces actes sont particulièrement inadmissibles, l'étude des données statistiques portant sur les infractions commises au préjudice des agents municipaux, met en évidence une certaine diminution dans ce domaine ; 114 faits recensés pour les 8 premiers mois de l'année 1999, et 95 sur la même période en 2000.
Les principales infractions auxquelles sont confrontés ces personnels sont les outrages et rebellions (40 en 1999 et 43 en 2000), et les vols simples (34 en 1999 et 21 en 2000), l'exercice de la violence demeurant fort heureusement limité, puisque le nombre des coups et blessures volontaires ne s'élève qu'à 5 en 2000 contre 7 l'année précédente.
En tout état de cause le renforcement de la coordination entre les services municipaux et ceux de la Préfecture de police, de même que la priorité qui est accordée au traitement de ces infractions, permettent désormais de leur apporter des réponses appropriées, tant par une intervention immédiate sur les lieux de leur commission que par le déclenchement systématique d'investigations approfondies permettant d'appréhender dans la majorité des cas, les auteurs de ces délits."