Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 2011, DDEEES 91 G - Délibération cadre pour le service civique : accueil des volontaires et financement des formations et prestations destinées au groupe 2011/2012.

Débat/ Conseil général/ Septembre 2011

5 - 2011, DDEEES 91 G - Délibération cadre pour le service civique : accueil des volontaires et financement des formations et prestations destinées au groupe 2011/2012.

 

M. LE PRÉSIDENT. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DDEEES 91 G relatif au service civique.

Je donne la parole à Mme Odette CHRISTIENNE.

Mme Odette CHRISTIENNE. - Le projet présenté nous informe qu?après avoir utilité judicieusement?

M. LE PRÉSIDENT. - Une seconde, s?il vous plaît !

Je vous demande de faire silence et s?il y en a qui veulent sortir, de le faire en silence.

Une seconde encore, parce que je préfère que Mme Odette CHRISTIENNE s?exprime dans la sérénité. Merci.

Vous avez la parole.

Mme Odette CHRISTIENNE. - Merci, Monsieur le Président.

Le projet présenté nous informe qu?après avoir utilisé judicieusement les possibilités d?action au bénéfice des jeunes adultes dans le cadre du service civil, la Ville de Paris est maintenant partie prenante dans la mise en ?uvre de nouvelles activités grâce au service civique.

La gestation du service civique remonte assez loin dans le temps, en fait, depuis la suspension progressive du service national.

Pour comprendre l?intérêt de ce service, restons cependant au XXIe siècle et au débat du 26 novembre 2003 à l?Assemblée nationale, sur une proposition de loi tendant à créer un service civique et présentée par le rapporteur de la Commission des Affaires culturelles, familiales et sociales, M. Daniel VAILLANT. Celui-ci rappelait alors que le service militaire, vacillant sous les exemptions, était, jusqu?à sa suspension en 1997, inégalitaire et souvent vécu par les appelés comme une contrainte gênante pour certaines carrières professionnelles.

Cependant, unanimement, on lui reconnaissait des vertus.

M. Daniel VAILLANT citait alors M. Raoul GIRARDET : ?La disparition du service militaire participe sans doute de la fracture sociale?.

Au-delà même du fait que provoquant la rencontre de jeunes de toutes les couches sociales, leur faisant partager une période de vie en communauté qui les conduisait à une meilleure compréhension de milieux sociaux différents, ce service pouvait être l?occasion d?acquérir une formation, de découvrir les talents et les capacités professionnelles, et le rapporteur déduisait : ?Ce sont ces aspects positifs du service militaire que nous souhaitons recréer à travers le service civique?.

(M. Christian SAUTTER, vice-président, remplace M. le Président au fauteuil de la présidence).

Mais l?initiative innovante, fruit d?un long travail, se vit opposer deux arguments principaux : il revenait à l?école d?enseigner les rudiments du vivre ensemble et, surtout, l?opération serait trop coûteuse pour l?Etat. Le projet fut enterré.

Pourtant, la conscience des bienfaits d?un service civique, qui était ressentie comme un chaînon manquant à l?organisation sociale, faisait son chemin et tel était son intérêt que les revendications de paternité à son égard surgirent de tous les bords.

Cependant, il a fallu bien des étapes pour parvenir à la définition et la mise en place d?un service civique.

Dès 2007, la Mairie de Paris s?engageait à faire vivre le service civil. La première promotion de volontaires âgés de 18 à 25 ans fut un essai concluant.

De 13 engagés, on passait, en 2009, à 250 jeunes répartis en 17 missions. L?exposé des motifs les définit. Nous félicitons l?énergie des adjoints qui portent cette réussite, et particulièrement Mme Gisèle STIEVENARD.

La loi du 10 mars 2010 a établi un nouveau dispositif du volontariat civil de la jeunesse : le service civique. C?est dans ce cadre que la collectivité parisienne a obtenu un agrément de l?Agence Service civique représentant l?Etat pour un dispositif concernant, cette fois, 300 jeunes pour l?année 2011-2012. Ce service, le Maire de Paris veut qu?il joue totalement son rôle.

Certes, nous nous félicitons de l?importance accordée à la socialisation des plus jeunes Parisiens. Chacun sait qu?à côté du rôle des familles, la commune peut, par des dispositifs de découverte collective du vivre ensemble (sports, loisirs, culture, etc.), conduire à une première prise de conscience du rapport à l?autorité, à la conscience des droits et des devoirs de chacun dans la cité, mais non moins important est l?engagement volontaire et désintéressé des jeunes adultes de 18 à 25 ans au service de la communauté à laquelle ils appartiennent.

Le bénéfice bilatéral, réciproque, est dans le contexte social actuel à souligner, à saluer.

Pour la mise en place des missions offertes aux jeunes, la collectivité doit prendre en charge l?intégralité des frais de formation des volontaires, la moitié des frais de transport et d?accès aux restaurants municipaux.

L?indéniable intérêt de l?opération au bénéfice, d?une part, des jeunes, d?autre part, des Parisiens nous invite à voter pour l?accueil de ces volontaires dans les services de la collectivité parisienne et à les financer à la hauteur de 236.084 euros.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame CHRISTIENNE.

Je donne la parole à Mme Gisèle STIEVENARD.

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au nom de la 5e Commission. - Merci, Monsieur le Président.

Je remercie Mme Odette CHRISTIENNE pour son appréciation très positive sur cette délibération et pour avoir fait un rappel historique utile.

En effet, le service civique est un très bel outil solidaire. Paris en est, en quelque sorte, la vitrine nationale, ce dont nous sommes fiers. Depuis 2007, nous donnons de l?ampleur à ce dispositif grâce au nombre et à la diversité des missions offertes. En 2011, cette année, ce sont 300 recrutements qui sont proposés dans 14 domaines différents, qui touchent l?environnement, la jeunesse, le sport, la santé, l?éducation.

De nouvelles missions sont proposées concernant le développement durable, mais aussi dans le champ de la petite enfance, en matière de lutte contre la fracture numérique ou encore en faveur du lien social auprès de personnes âgées sans domicile fixe.

J?en profite pour indiquer que les inscriptions se poursuivent pour pourvoir ces missions.

Pour les jeunes, le service civique est une formidable expérience volontaire, solidaire et citoyenne, cela peut être une passerelle vers la vie active. Pendant 8 à 12 mois, au sein des services de la Ville, les jeunes acquièrent de l?expérience et découvrent des métiers.

Certains construisent, à partir de cette expérience, un véritable projet professionnel.

Le service civique, c?est aussi resserrer encore le lien entre les services de la Ville et les Parisiens, c?est donc un plus au quotidien au bénéfice des usagers.

Je remercie ici chaleureusement la Direction du Développement économique, de l?Emploi et de l?Enseignement supérieur, qui pilote le dossier, toutes les Directions de la Ville qui apportent leur concours à cette réussite et qui proposent des missions de grande qualité et, bien sûr, les agents de la Ville pour le tutorat qu?ils assurent tout au long de l?année. C?est un investissement important de leur part auprès des jeunes, auxquels ils transmettent le goût de s?engager au service des autres.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 91 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DDEEES 91 G).