Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

7 - 2011, DASES 463 G - Subventions et conventions (100.000 euros) avec l’association pour le Développement de la Médecine Sociale (19e) dans le cadre du programme “Paris Santé“.

Débat/ Conseil général/ Septembre 2011

7 - 2011, DASES 463 G - Subventions et conventions (100.000 euros) avec l?association pour le Développement de la Médecine Sociale (19e) dans le cadre du programme ?Paris Santé?.

 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DASES 463 G relatif à l?attribution de subventions, au pluriel, et de conventions, au pluriel, pour 100.000 euros, avec l?association pour le Développement de la Médecine sociale, domiciliée dans le 19e arrondissement, dans le cadre du programme ?Paris Santé?.

C?est Mme Marinette BACHE qui va intervenir et Mme STIEVENARD lui répondra.

Vous avez la parole, Madame BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Une très rapide intervention, Monsieur le Président, car nous connaissons la situation sanitaire sur Paris. Nous l?avions d?ailleurs évoquée lors de notre débat sur le Plan régional de Santé.

Elle est caractérisée par une grande inégalité territoriale qui révèle une réelle difficulté de se soigner dans certains quartiers populaires. Nous manquons de généralistes dans certains arrondissements du Nord-Est parisien, et ce n?est pas le moindre inconvénient : il est extrêmement difficile d?y trouver des praticiens en secteur 1.

Conséquence : les populations des quartiers défavorisés, dont fait partie la Goutte d?Or dans le 18e, sont plus ou moins exclues d?un accès normal aux soins de premier recours. L?offre médicale ne correspondant pas à leurs premiers besoins et n?étant pas à leur portée financière, ces populations ne se soignent pas correctement.

C?est particulièrement le cas tout à fait emblématique des soins dentaires avec les conséquences que l?on sait.

Cette situation sanitaire dégradée n?est pas hors sol. Elle est, en fait, le fruit de choix économiques et sociologiques. Et ce ne sont pas les dernières mesures du plan Fillon qui vont arranger les choses, bien au contraire. Une fois de plus, l?écart se creuse entre la politique du Gouvernement et celle de la Ville. Les décisions gouvernementales de l?été le prouvent à nouveau, avec le doublement de la taxe sur les mutuelles. La T.C.A., taxe sur les conventions d?assurance, passera de 3,5 % à 7 %, y compris sur les complémentaires santé. C?est une nouvelle atteinte à l?accès aux soins à laquelle nous avons affaire.

Quand aujourd?hui 23 % de la population déclare renoncer à se soigner faute de moyens, cette mesure est simplement irresponsable mais M. François BAROIN a déclaré n?avoir aucun état d?âme ni interrogation sur ce sujet. Dont acte !

Dans ces conditions, comment ne pas se réjouir de cette subvention à l?association pour le Développement de la Médecine sociale, qui permettra à la population du 18e de trouver une offre de soins globale : soins dentaires, soins infirmiers, accès à la médecine générale mais également à la médecine spécialisée (chirurgie, cardio, gynéco, dermato, etc.).

Je tenais, par cette intervention, à saluer ce choix de la Municipalité de subventionner à hauteur de 100.000 euros l?ouverture du centre de santé de la rue Myrha.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame Marinette BACHE.

Je donne la parole à Mme Gisèle STIEVENARD.

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au lieu et place de M. Jean-Marie LE GUEN, au nom de la 6e Commission. - Mme Marinette BACHE a entièrement raison de pointer notre inquiétude sur la situation de la médecine de ville, précisément dans le Nord-Est parisien, de même que les difficultés d?accès aux soins pour un trop grand nombre de personnes. Je crois que votre intervention est suffisamment éloquente et se suffit à elle-même.

En effet, en tant que collectivité locale, nous essayons de réagir avec les moyens qui sont à notre disposition pour développer des centres de santé, ô combien nécessaires ! Mais il y a une dégradation au plan national qui est tout à fait préoccupante.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 463 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DASES 463 G).