Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2004, DF 75 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant n° 4 à la convention de concession d’occupation domaniale pour l’exploitation des colonnes et des mâts porte-affiches, installés, ou à installer sur la voie publique.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2004


 

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DF 75 sur lequel l?amendement n° 3 a été déposé par le groupe ?Les Verts?. Il s?agit d?une convention de concession d?occupation domaniale pour l?exploitation des colonnes et des mâts porte-affiches.

La parole est à Mme NENNER.

Melle Charlotte NENNER. - Il s?agit d?un projet de délibération préparant la fin de la concession liant la Ville de Paris et la société ?Decaux? concernant les colonnes Morris et les mâts drapeaux porte-affiches.

Ces deux types de mobilier urbain font partie du dispositif d?affichage publicitaire dans Paris. Ils sont en partie seulement dédiés à la promotion d?événements culturels comme le théâtre ou le cinéma.

Mais il faut constater que les mâts porte-affiches ne font que très peu la promotion d?événements culturels. Ainsi, j?ai vu récemment des affiches de promotion pour le salon des piscines et du sauna, très culturel, en effet.

Vous le savez, nous souhaitons lutter contre la pollution visuelle de l?affichage publicitaire dans Paris. Nous ne pourrons réduire vraiment cette agression publicitaire que si nous nous attachons à réduire le nombre de supports.

Il nous semble qu?il faut tout d?abord cibler les mobiliers et les supports qui prennent de la place inutile sur les trottoirs parisiens. Le cas des mâts drapeaux est vraiment flagrant. Ils ne servent à rien et encombrent un peu plus les trottoirs.

Nous proposons, à travers cet amendement, de nous acheminer vers une réduction de moitié de ces mâts drapeaux. Nous sommes demandeurs d?une réflexion générale sur la politique d?affichage dans Paris et pas seulement dans le cadre de la révision du règlement local de publicité. Il y a nécessité de revoir cette politique d?affichage, que ce soit pour l?affichage publicitaire pur et dur, la communication de la Ville de Paris ou l?affichage associatif ou pour la démocratie locale, ainsi que l?affichage politique.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Madame NENNER.

La parole est à M. SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint, au nom de la 1ère Commission. - Monsieur le Maire, Mme NENNER, dans l?amendement qu?elle a déposé, souhaite réduire de moitié, de 700 à 350, le nombre de mâts qui, dans Paris, font de la publicité, principalement culturelle.

Je serais d?accord avec Mme NENNER sur le fait que ces mâts devraient faire de la publicité pour des expositions, des films ou des événements culturels, davantage qu?actuellement.

Vous proposez de réduire ce nombre de mâts de 722 à 350, alors que dans le projet de délibération qui nous est soumis, il est proposé de réduire le nombre de mâts de 722 à 700. Vous l?avez noté, Madame NENNER, il est aussi proposé de réduire le nombre de colonnes Morris ou équivalent de 773 à

550.

Il y a bien, dans le projet de délibération en examen, une réduction des supports, qui porte principalement sur les colonnes Morris, dans le but de mettre à la place des ?colones-service? qui rendraient plus directement service aux Parisiens. Je crois, en toute sympathie, Madame NENNER, que votre proposition est excessive.

Nous avons besoin dans une capitale culturelle et créative comme Paris d?avoir, pour les touristes comme pour les Parisiens, des annonces culturelles clairement visibles. Donc, je pense que ces mâts culturels, mais qui devraient revenir à une vocation culturelle, ne doivent pas être réduits de moitié comme vous le souhaitez.

Que, par ailleurs, vous souhaitiez une réflexion d?ensemble sur la publicité qui peut, dans certaines circonstances, être agressive à l?égard des Parisiens, j?en suis tout à fait d?accord.

Parce que nous avons besoin de faire connaître les activités culturelles à Paris et aussi parce qu?il y a besoin malgré tout de ressources financières, même si l?apport n?est pas massif (je dis cela en tant qu?adjoint aux Finances et cet apport sera certainement plus important dans la prochaine convention que dans celle qui avait été négociée par nos prédécesseurs), je demanderai, après ces éclaircissements, Madame NENNER, que vous retiriez cet amendement.

Sinon je serai, à ma grande tristesse, obligé de donner un avis défavorable.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Acceptez-vous, Madame NENNER, de retirer cet amendement après les explications de M. SAUTTER ?

Melle Charlotte NENNER. - Je prends acte, à ma grande tristesse, que l?Exécutif est défavorable. Je pense que cela encombre suffisamment les trottoirs. Le signal n?est pas donné de réduction de ces mâts porte-affiches. Vous regrettez le problème dans leur destination. Je les conteste dans leur existence même, pour les problèmes d?encombrement des trottoirs dont je vous ai parlé.

Je ne vois pas de raisons en fait de retirer cet amendement.

M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 3 assorti d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

L?amendement n° 3 est rejeté.

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DF 75.

Qui est pour ?

Contre ?

 

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2004, DF 75).