Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

11 - 2011, DPVI 237 - Subvention (50 000 euros) à l'AFIJ pour un programme expérimental d'accès aux concours de la fonction publique pour les jeunes diplômés des quartiers Politique de la Ville.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2011

11 - 2011, DPVI 237 - Subvention (50 000 euros) à l'AFIJ pour un programme expérimental d'accès aux concours de la fonction publique pour les jeunes diplômés des quartiers Politique de la Ville.

 

M. Christian SAUTTER , adjoint, président. - Nous arrivons donc au projet de délibération DPVI 237. Il s'agit d'une subvention de 50.000 euros à l?AFIJ pour un programme expérimental d'accès aux concours de la fonction publique pour les jeunes diplômés des quartiers politique de la ville.

Deux intervenantes : Mme CHARNOZ et Mme BACHE.

Mme STIEVENARD répondra.

Mme Sandrine CHARNOZ . - Je voudrais revenir quelques instants sur ce projet de délibération relatif à un programme expérimental d'accès aux concours de la fonction publique des jeunes diplômés issus des quartiers politique de la ville.

Il s'agit de saluer la mise en ?uvre d'une des mesures prévues par la communication du Maire de mars 2011 sur la politique de la ville.

Ce projet de délibération est aussi malheureusement l'occasion de rappeler le désengagement de l'État sur la politique de la ville. Les budgets sont en baisse, les plans se révèlent inadaptés aux enjeux, et la reconduite des plans de cohésion sociale à l?identique jusqu'en 2014 manque d'ambition et de sérieux face à l'urgence sociale.

Le fait le plus révélateur est la baisse des subventions versées aux associations, baisse de plus de 50 % entre 2009 et 2011, où les associations des quartiers politiques de la ville n'auront que 722.000 euros. Cette baisse met clairement et peut-être volontairement en péril des actions qui pourtant avaient été déclarés prioritaires par l'État lui-même, comme le soutien aux familles et aux enfants, la santé des jeunes précaires, l'action des centres sociaux, l'accompagnement des jeunes en rupture ou encore l'insertion sociale et professionnelle, comme c'est le cas aujourd'hui.

À Paris comme ailleurs, ce sont les collectivités qui assument le soutien financier aux associations des quartiers populaires. Paris subventionne à plus de 80 % les associations de ces quartiers en y consacrant 4,1 millions d'euros par an et en investissant 266 millions d'euros dans les quartiers les plus en difficulté.

Rappelons que ce sont 330.000 Parisiens qui vivent dans ces quartiers, soit 15 % des Parisiens, et que près de 23 % d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Le taux de chômage des jeunes de moins de 25 ans a augmenté de près de 40 % en 2010 dans ces quartiers-là.

Nous avions annoncé dans la communication de mars sur la politique de la ville ce projet visant à permettre à de jeunes parisiens issus de ces quartiers de préparer les concours administratifs. Avec ce projet de délibération, c'est chose faite.

Le projet porté par l'AFIJ qu?il vous est proposé de voter démarre à la rentrée universitaire 2011, en lien avec l'IPAG de l'université de Nanterre. Il cible les jeunes diplômés des quartiers politique de la ville qui ne constituent pas le public cible habituel des mesures liées à l'insertion scolaire et professionnelle dans ces quartiers.

Ces jeunes ont pourtant des difficultés à s'insérer sur le marché du travail et peinent à trouver un premier emploi qui corresponde à leur niveau de qualification. Faute d'accompagnement au moment clé, un certain nombre d'entre eux se retrouvent au chômage dans les dispositifs d?i nsertion malgré un niveau de formation supérieur.

La plupart de ces jeunes pâtissent par ailleurs d'un manque de réseau et d'une méconnaissance des opportunités offertes par certains secteurs.

Certains d'entre eux souhaiteraient intégrer la fonction publique mais ont des difficultés à s'engager dans la préparation des concours par manque d'information, de soutien, de moyens, de possibilité d'envisager des démarches sur le long terme.

L'AFIJ, dans ce projet, prévoit d'identifier en amont, au sein essentiellement de son public habituel, des jeunes correspondant à ce profil. Elle les accompagnera ensuite dès l'inscription à l?p IPAG pendant toute la formation et pour le choix et les inscriptions aux concours.

Il est prévu pour cette année un accompagnement de 40 jeunes pour 50.000 euros.

En conclusion, mes chers collègues, je me félicite que nous cherchions avec inventivité et dynamisme à accompagner les jeunes parisiens vers l'insertion professionnelle, et je vous invite à voter ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER , adjoint, président. - Je donne la parole à Mme Marinette BACHE.

Mme Marinette BACHE . - Monsieur le Maire, une courte intervention pour compléter celle de ma collègue Mme CHARNOZ, sur ce projet de délibération qui symbolise les efforts de notre Ville pour lutter contre le chômage et la précarité galopante qui touchent de plus en plus la jeunesse de notre pays.

Nous savons combien les salariés, les retraités, les jeunes, tous, sont aujourd?hui victimes de la crise et de la politique d'austérité du Gouvernement. Mais c'est particulièrement sensible dans ces quartiers.

Eh bien, tandis que le Gouvernement fait de la précarité de l'emploi une nécessité économique, privatise et jette l'opprobre, non pas sur les détenteurs de capitaux, les banques ou les marchés financiers, mais sur les fonctionnaires en les rendant responsables du déficit public, la Ville de Paris, de son côté, s'engage par cette subvention à aider des jeunes des quartiers difficiles à devenir cadres de la fonction publique.

Aussi, je veux souligner particulièrement ce projet de délibération qui va permettre à des personnes vivant dans un environnement social et familial souvent précaire d'accéder à un travail pérenne.

Il s'agit donc de favoriser l'égalité des chances en plaçant des jeunes dans de bonnes conditions d'études. De plus, j'ai eu de nombreuses fois l'occasion de constater que dans ces quartiers, l'information sur les concours de la fonction publique et leur contenu n'est pas bien connue, et la subvention à cette association va permettre ainsi d'en démocratiser l'accès.

Cette démarche aide également à ce que l'administration soit un peu plus à l'image de ses administrés. Elle permet aussi à ces jeunes de ne plus vivre de contrats précaires mais d'entrer dans une démarche positive.

Je voulais donc féliciter l?association AFIJ pour son projet et me réjouir que notre Municipalité la soutienne.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER , adjoint, président. - Merci, Madame BACHE.

Mme Gisèle STIEVENARD répond à tous ces compliments.

Mme Gisèle STIEVENARD , adjointe. - Je remercie Marinette BACHE et Sandrine CHARNOZ de mettre l'accent sur le fort investissement de Paris en faveur de ces quartiers populaires, notamment sur le volet formation et emploi.

C'est en effet la traduction directe des sept nouvelles mesures qui avaient été annoncées dans la communication du maire en mars dernier sur la politique de la ville. Nous faisons diligence pour que les choses se mettent en place rapidement.

L'association pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes diplômés a pour ambition d'accompagner 40 jeunes issus des quartiers politique de la ville dès cette rentrée, pour la préparation de concours administratifs.

Il est vrai que souvent, les outils d'insertion professionnelle dédiés aux habitants de nos quartiers sont à destination de personnes peu qualifiées ou ayant été peu scolarisées mais nous souhaitons aussi apporter des réponses à nos jeunes diplômés, qui rencontrent eux aussi des difficultés lors de leur entrée dans la vie active. Peu au fait des stratégies professionnelles, disposant de peu de réseau et de capital social, le premier emploi tarde trop souvent à venir.

Il est donc nécessaire d'apporter à ces jeunes un soutien à un moment charnière entre la fin de la scolarité et le début de leur carrière professionnelle.

L?A.F.I.J. va donc accompagner ces jeunes dans leur démarche d'inscription à une préparation au concours proposé par l'Université de Nanterre, mais également tout au long du parcours et jusqu'à l'inscription au concours.

Ces jeunes se verront proposer des stages, ensuite, au sein de la collectivité.

Il va de soi que ces initiatives viennent en complément du forum du premier emploi et de la diversité, organisé chaque année par notre collectivité, et du prochain forum de l'emploi qui va se tenir les 6 et 7 octobre prochains, place de la Concorde.

Je veux saluer à cette occasion M. Christian SAUTTER et la Direction concernée, car cette initiative rencontre un succès grandissant, avec une dimension métropolitaine.

M. Christian SAUTTER , adjoint, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPVI 237.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?u nanimité. (2011, DPVI 237).