Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - 2011, DDEEES 152 G - Subvention (100.000 euros) avec convention avec l’Université Paris Sorbonne.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2011

6 - 2011, DDEEES 152 G - Subvention (100.000 euros) avec convention avec l?Université Paris Sorbonne.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DDEEES 152 G relatif à l?attribution d?une subvention de 100.000 euros avec convention avec l?Université Paris Sorbonne.

La parole est à Mme Sandrine CHARNOZ.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, ce projet de délibération permet de financer l?université Paris Sorbonne à hauteur de 100.000 euros pour développer un outil numérique d?accompagnement des étudiants dans la préparation de leur insertion professionnelle élaboré dans le cadre du programme ?université numérique en région?.

Mes chers collègues, vous aviez en octobre 2007 délibéré sur un projet de création de l?université numérique en Région Paris-Ile-de-France et sur des subventions pour financer des espaces numériques de travail.

À ce jour, la Ville de Paris a subventionné les équipements numériques de travail de sept universités parisiennes : Paris I, Paris II, Paris III, Paris V, Paris VI, Paris VII et Paris Dauphine.

Il s?agit par ce projet de délibération de subventionner un huitième projet, celui de l?université Paris Sorbonne.

L?intérêt du programme U.N.R. consiste à mutualiser avec toutes les universités les bénéfices d?une action à l?origine portée par une seule d?entre elles. Cette subvention permettra donc au final de toucher tous les étudiants parisiens, et pas uniquement les étudiants de Paris Sorbonne.

Cette dernière a choisi de contribuer au développement de nouveaux espaces numériques de travail en élaborant son projet ?insertion professionnelle?.

Il s?agit en effet de donner accès aux étudiants à un certain nombre de services en lien avec l?insertion professionnelle depuis leur espace numérique de travail.

Deux dispositifs sont ainsi développés par ce nouvel outil.

Le premier permet à l?étudiant de s?inscrire à des sessions d?accompagnement aux projets professionnels organisés par les universités, d?avoir accès à tout le calendrier des activités en lien avec le bureau d?aide à l?insertion professionnelle.

Le second dispositif permet aux services universitaires de diffuser des enquêtes auprès des étudiants et des anciens pour mieux suivre leur parcours et leur insertion. La mutualisation avec les autres universités est en cours pour un partage dès la rentrée 2012.

Ce projet de délibération illustre notre souci permanent de faciliter l?insertion professionnelle des jeunes. Elle met en ?uvre de façon concrète une des pistes d?action que ?Paris le Conseil? avait en effet listé dans son rapport en mai 2010 sous la conduite de M. Didier GUILLOT.

?Paris le Conseil?, pour mémoire, est l?instance démocratique participative qui permet aux étudiants de Paris de débattre et de faire des propositions sur des thématiques qui le concernent. De novembre 2009 à mai 2010, ils avaient ainsi débattu de l?insertion professionnelle des jeunes diplômés. Et après six mois de réflexion, ils avaient remis 33 propositions à la Ville.

Cette délibération démontre que les universités se sont appropriées certaines de ces propositions pour accompagner les étudiants dans leur entrée dans le monde du travail.

En effet, même si le chômage parisien est moins élevé que la moyenne, il est difficile pour les jeunes de s?insérer sur le marché du travail. La crise terrible qui touche notre pays, crise aggravée par la politique injuste du Gouvernement SARKOZY-FILLON, détériore les conditions d?entrée sur le marché du travail des jeunes qui sont les premiers frappés par la crise.

Depuis 2001, Paris s?engage en faveur de l?emploi des jeunes et tente aujourd?hui encore de compenser cette crise qui limite les offres et les emplois durables d?emplois et rallonge la période d?accès à l?insertion professionnelle.

Leurs difficultés sont réelles. Ils sont confrontés à l?allongement de la durée de leur recherche d?emploi avec en moyenne 5,4 mois pour les diplômés de la promotion de 2008, ainsi qu?à un déclassement professionnel par rapport à leurs diplômes.

L?enquête récente de l?A.P.E.C. sur les diplômés de niveau Bac + 4 de la promotion 2008 fait notamment apparaître que les trois quarts d?entre eux n?accèdent à leur premier emploi que huit mois après leur sortie du système éducatif.

Les taux d?emplois les plus faibles concernent les diplômes de l?université, et de façon plus importante les diplômés des filières arts, édition, communication, journalisme, droit, sciences politiques et économie.

Une fois le premier emploi obtenu, les conditions des contrats sont beaucoup moins favorables pour les diplômés de cette promotion enquêtée, qui sont moins nombreux à accéder au statut de cadre que ceux de la promotion de l?année précédente. Le taux est une baisse de 6 points.

Si le diplôme reste un rempart contre le chômage, le niveau d?emploi auquel certains diplômes permettent d?accéder a donc diminué.

Je veux profiter de ce projet de délibération pour saluer la multiplicité des dispositifs mis en place par Paris pour accompagner les jeunes Parisiens dans leur insertion. Paris, avec ingéniosité, s?appuie sur ses missions locales pour les jeunes peu ou pas du tout qualifiées, les maisons des entreprises et de l?emploi de la Ville pour les diplômés, et multiplie les forums spécifiques pour aider employeurs et futurs employés à se rencontrer. Un forum pour les jeunes diplômés est organisé depuis 2010.

Ce projet de délibération illustre l?engagement de notre collectivité pour l?insertion professionnelle des jeunes, pour nos universités et pour l?innovation. Notre collectivité continue à donner un temps d?avance à nos universités, en subventionnant l?évolution des systèmes numériques et en accompagnant la mutualisation des espaces numériques.

Je vous remercie et je invite à voter ce projet de délibération.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à M. Didier GUILLOT.

M. Didier GUILLOT, au nom de la 2e Commission. - Madame la Présidente, chers collègues.

Madame la Conseillère, chère Sandrine CHARNOZ, je vous remercie pour votre intervention. Car si le diplôme reste le meilleur rempart contre le chômage, aujourd?hui les jeunes diplômés parisiens ont été particulièrement touchés par la crise, ces trois dernières années, en voyant leur premier emploi se précariser et l?entrée dans l?emploi retardée.

L?emploi dans la vie active apparaît longue et la progression reste de plus en plus lente : un an après l?obtention du diplôme, 42 % des jeunes diplômés sont sans emploi et, parmi eux, 68 % ont occupé un emploi à durée précaire depuis l?obtention de leur diplôme.

Pour favoriser une insertion professionnelle durable des étudiants, il est indispensable de les aider à préparer cette intégration sur le marché du travail, dès la première année d?étude, bien avant l?obtention de leur diplôme.

Avec ce projet porté par Paris Sorbonne, dans le cadre d?U.N.R., nous transformons en actes concrets les propositions d?étudiants de ?Paris le Conseil? remises il y a deux ans sur l?insertion professionnelle des jeunes diplômés.

L?intérêt du programme U.N.R. est effectivement de mutualiser les bénéfices d?une action portée par une université avec toutes les universités parisiennes, et mêmes franciliennes, pour qu?elles profitent à un maximum d?étudiants parisiens et franciliens.

Grâce à l?outil que nous sommes en train de financer et de développer, ici pour 100.000 euros, les 180.000 étudiants des universités parisiennes pourront être informés des sessions d?accompagnement aux projets professionnels, des offres d?emploi des entreprises partenaires, et ils pourront également entrer en contact avec les anciens étudiants de leur établissement.

Cette mesure vient s?ajouter à un ensemble de mesures que nous avons prises en faveur de l?insertion professionnelle des jeunes diplômés. Demain, nous voterons d?ailleurs une autre subvention de 30.000 euros à destination de Paris II, V et VII, et qui financera un projet d?aide à l?identification des compétences acquises par les étudiants.

Nous avons également réussi les deux premiers forums des jeunes diplômés sous la houlette de M. Christian SAUTTER. Nous avons financé la plateforme Réseau Pro lancée par les universités Paris I, V et VII. Nous avons financé également l?association ?AFIJ? qui organise pour la deuxième année consécutive une journée SOS Stage en décembre.

Je tiens à souligner que nous avons également soutenu pendant deux ans l?association ?La Manu? qui vient de se voir retirer l?intégralité de ses subventions par l?Etat, en conséquence de quoi l?association a été contrainte de cesser ses activités. Activités qui étaient d?ailleurs reconnues et estimées par l?ensemble de la communauté universitaire.

Par ailleurs, avec mes collègues MM. Bruno JULLIARD, Christian SAUTTER et Mme Colombe BROSSEL, nous avons également mis en place, il y a près d?un an, une plateforme Internet facilitant la mise en relation entre les offres et les demandes de stages à la Ville de Paris. Cette plateforme connaît un véritable succès, qui montre une fois de plus notre engagement pour l?insertion professionnelle des jeunes diplômés et des jeunes en général.

Enfin, par rapport à ce que vous avez dit sur U.N.R., je tiens à préciser que dans ce Conseil, nous allons également voter une autre subvention de 300.000 euros, qui n?est pas totalement liée à l?insertion professionnelle, mais qui s?appelle le ?Bouquet numérique? et qui permettra aux 180.000 étudiants parisiens de bénéficier de ce qu?on appelle un bouquet documentaire et notamment d?avoir accès gratuitement au ?Monde?, au ?Monde diplomatique? et à ?L?encyclopédie Universalis?, parmi les nombreux services que U.N.R. rendra.

Enfin, je tiens à préciser, puisqu?il était question d??Etudiants de Paris - le Conseil?, que cette année a commencé un nouveau cycle de travail sur la question des temps étudiants, où nous traitons des questions d?accès à la culture, de mobilité.

Je précise également que ce nouveau cycle, qui se terminera un peu plus tôt que d?habitude, a également rencontré et travaillé avec la mission lancée par M. Jean-Louis MISSIKA et Mme Anne HIDALGO et moi-même autour du cabinet d?architectes de M. Djamel KLOUCHE et M. CHARBONNEAU autour de l?idée de rendre visible le campus parisien.

J?en ai terminé et je vous invite à voter ce projet de délibération.

Merci beaucoup.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 152 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DDEEES 152 G).