Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - 2011, Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif à la solidarité avec les familles Roms victimes de l'incendie, 163, rue des Pyrénées (20e). Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2011

52 - 2011, V?u déposé par le groupe PCF/PG relatif à la solidarité avec les familles Roms victimes de l'incendie, 163, rue des Pyrénées (20e). V?u déposé par l'Exécutif.

 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous examinons les v?ux n° 48 et n° 48 bis relatifs à la solidarité avec les familles Roms victimes de l?incendie au n° 163, rue des Pyrénées, dans le 20e arrondissement.

Ce v?u a été déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et par l?Exécutif.

Mme SIMONNET a la parole.

Mme Danielle SIMONNET. - Comme vous le savez, dans la soirée du 24 octobre, un incendie a embrasé les hangars du 163, rue des Pyrénées dans le 20e arrondissement, qui étaient occupés par des familles Roms, et une personne est décédée dans les flammes, dans ce que les occupants appelaient la baraka, la maison des Roms.

A travers ce v?u, et comme je n?ai qu?une minute, je ne rappellerai pas toutes les actions d?ores et déjà menées par la mairie d?arrondissement, les services sociaux de la Ville et les associations.

Le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche souhaite que le suivi en matière d?hébergement et de logement se poursuive, afin que des solutions pérennes soient trouvées pour l?ensemble des personnes, sans éloignement ni séparation des générations, et surtout que les familles qui ont des enfants scolarisés dans le 20e arrondissement puissent bénéficier d?une solution dans l?arrondissement ou à proximité.

Deuxième chose, nous souhaitons qu?un cadre de suivi de la situation soit mis en place pour permettre au comité de soutien qui s?est constitué nouvellement autour des familles Roms de pouvoir être tenu informé, de pouvoir apporter des contributions complémentaires dans les médiations utiles avec les familles.

Qu?une campagne de lutte contre le racisme soit engagée et qu'elle inclue notamment, sans stigmatisation, les problématiques des populations Roms.

Car vous savez, même si l?enquête est toujours en cours, pour déceler quelle est l?origine de l?incendie, il y avait de toute façon eu des propos et actes racistes antérieurement à l?incendie, autour de la maison de la baraka contre les familles Roms.

Nous demandons enfin que le Conseil de Paris demande au Maire de Paris d?interpeller le Préfet de Région pour qu?une table ronde régionale soit mise en place, sous la responsabilité de l?Etat et en associant l?ensemble des collectivités concernées, pour dégager enfin des solutions concernant les populations Roms résidant en Ile-de-France, qu?il s?agisse de l?accompagnement des familles vers un logement décent et pérenne, de la scolarisation des enfants, des dispositifs d?accompagnement vers l?insertion sociale et professionnelle des adultes.

Pour finir que le Conseil de Paris demande au Maire de Paris d?interpeller le Gouvernement pour que cessent les mesures transitoires à l?encontre des ressortissants roumains et bulgares qui doivent avoir accès aux mêmes droits communs que l?ensemble des ressortissants européens et jouir de la même manière de leur liberté de circulation. Car, comme vous le savez, les Roumains et Bulgares, s?ils ont le droit de circuler en Europe, n?ont pas le même accès au niveau du droit du travail, et ces discriminations représentent un facteur important dans la situation de très grande précarité et discrimination dont ils sont victimes.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Mme TROSTIANSKY a la parole pour vous répondre.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Monsieur le Maire, depuis quelques mois, les familles roms avec souvent de très jeunes enfants, sont de plus en plus nombreuses à dormir dans les rues de Paris. Elles arrivent bien souvent suite aux évacuations brutales de campements en Île-de-France, sans proposition préalable d'hébergement, et c'est dans ce contexte qu'elles ont squatté un immeuble appartenant à la Ville de Paris.

Compte tenu de la dangerosité de ce site, la Ville de Paris devait le faire évacuer suite à une décision de justice, un travail a été engagé avec l'association "Emmaüs - coup de main" pour trouver des solutions adaptées à chaque situation familiale lorsque l'incendie s'est déclaré.

Monsieur le Maire, je voudrais saluer tout particulièrement tous les acteurs et actrices qui se sont mobilisés lors de ce dramatique incendie, et en premier lieu la mairie du 20e arrondissement qui a accueilli les familles, les services et directions de la Ville et enfin, l'association "Emmaüs - coup de main".

Les trois semaines qui se sont écoulées depuis l'incendie ont été consacrées à continuer le travail engagé avec les familles avant l'incendie malgré toutes les difficultés liées notamment à la situation administrative des personnes.

Monsieur le Maire, aujourd'hui à l'initiative des élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, l'Exécutif souhaite présenter un v?u qui porte à la fois sur l'avenir des familles de la rue des Pyrénées ayant des enfants scolarisés ou des problèmes de santé, et au-delà sur le sort des Roms à Paris et en Île-de-France, en demandant une nouvelle fois l'organisation d'une table ronde par l'État associant les collectivités locales franciliennes concernées.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je vous remercie.

Donc, en réponse au v?u n° 48, nous avons déposé? quelle est votre position en deux mots ?

Mme Danielle SIMONNET. - Nous nous réjouissons, au niveau du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, que nous ayons pu travailler ensemble sur ce v?u de l'Exécutif. Nous le soutiendrons, bien évidemment.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Retrait du v?u n° 48 au bénéfice du v?u n° 48 bis.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u bis de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2011, V. 292).