Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

99 - 2011, Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif à la liberté de création dans les théâtres de la Ville.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2011

99 - 2011, V?u déposé par le groupe PCF/PG relatif à la liberté de création dans les théâtres de la Ville.

 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous allons maintenant examiner des v?ux qui ne se rattachent à aucun projet de délibération.

Le v?u n° 79 est déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche. Il est relatif à la liberté de création dans les théâtres de la Ville de Paris.

Pour le présenter, je donne la parole à Mme Emmanuelle BECKER.

Mme Emmanuelle BECKER. - Merci.

Depuis le 20 octobre, date de la première au Théâtre de la Ville, les représentations de la pièce "Sur le concept du visage du fils de Dieu" donnent lieu à des événements graves.

Des groupuscules royalistes, antiparlementaires, fascistes et intégristes religieux prétendent interdire la représentation de cette pièce par des démonstrations de force sauvages.

Des riverains, des spectateurs, des comédiens, des techniciens, des agents de la Ville ont eu à subir des agressions répétées, parfois physiques, morales, verbales de ces hordes fascisantes.

Ces attaques répétées, ainsi que les rassemblements d'extrême droite aux abords du 104 constituent autant d?atteintes graves à la laïcité, principe constitutionnel, et à la liberté de création, principe protégé par la déclaration universelle des Droits de l'Homme.

La création artistique, et notamment la création dramatique, contribuent pour une part essentielle et fondamentale à la vie culturelle de notre ville.

C'est pourquoi le v?u que nous proposons vise à ce que le Conseil de Paris rappelle sa pleine solidarité à la direction et au personnel du Théâtre de la Ville face aux menaces et attaques répétées dont ils sont victimes.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Madame BECKER.

Sur ce sujet important, je donne la parole à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - En effet, au cours des 15 derniers jours, nous avons à plusieurs reprises, le Maire et moi-même, exprimé notre consternation et inquiétude face aux actes inacceptables d'entrave à la liberté de création qui ont été commis.

Je ne vais pas vous rappeler que tous les soirs j'étais présent à chaque représentation, et que cette représentation ensuite a été donnée au 104 pour sept représentations, et que le même dispositif a été mis en place. Chaque soir, donc, je partais porter plainte dans un commissariat différent pour assurer un suivi judiciaire approprié.

Nous avons affirmé notre soutien à Emmanuel DEMARCYMOTA, directeur du Théâtre de la Ville, à José Manuel GONÇALVÈS, directeur du 104, au personnel de ces deux établissements, à Romeo CASTELUCCI, le metteur en scène, aux comédiens, pris à partie lorsque les manifestants, souvent des jeunes, envoyés soit par le curé de Saint Nicolas du Chardonnet ou par d'autres personnes qui n'avaient pas le courage d'aller elles-mêmes manifester mais envoyaient ces jeunes dans la salle pour monter sur scène, ainsi qu?aux techniciens et aux comédiens qui ont su faire front, gérer cette violente pression avec sang-froid et détermination, et qui ont réussi malgré les perturbations à tout mettre en ?uvre pour que le spectacle continue, comme cela s'est passé au Théâtre national de Bretagne le week-end dernier.

Nous avons également décidé conjointement avec le Théâtre de la Ville de déposer plainte contre les personnes s'étant rendues responsables d'actes de dégradation du domaine public - article 322, alinéa 2 du Code pénal -, et d'atteinte à la liberté de création et d'expression artistique - article 431.1 du Code pénal.

Je tiens aussi à remercier ma collègue Myriam EL KHOMRI, son cabinet, la DPP et la Préfecture de police, ainsi que les commissaires de police concernés et leurs unités pour leur mobilisation sans faille et l'efficacité des dispositifs de sécurité qui ont été mis en ?uvre pour protéger les spectateurs et permettre que les 17 représentations du spectacle se tiennent dans les meilleures conditions possibles.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je donne la parole à M. DUBUS pour des explications de vote.

M. Jérôme DUBUS. - Merci, Madame le Maire.

Ce v?u se serait limité au soutien que vous proposez en conclusion de votre texte, nous l'aurions voté sans hésiter. Et bien évidemment, nous renouvelons notre soutien à toutes celles et ceux qui ont résisté aux pressions et aux attaques qui ont eu lieu récemment.

Mais vos considérants sont complètement excessifs. Vous parlez, je vous cite, de "hordes fascisantes" à cause de la présence d'un ou deux groupuscules de gamins excités qui ont été vite calmés par la police qui a fait là un travail remarquable - cela a été souligné par Christophe GIRARD - en liaison avec les adjoints concernés.

Ce n'est pas très respectueux pour ceux et celles qui, dans l'histoire, ont été les victimes du vrai fascisme. Je dirai même que c'est un relativisme, il faut bien le dire, un peu indécent. Il n'y a pas aujourd'hui de menace d'apparition d'un fascisme en France. Vous êtes dans le fantasme. Nous sommes opposés à toute censure de manifestation culturelle, mais aussi respectueux du droit de manifester librement.

Le cardinal archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, a condamné clairement les violences occasionnées par ces excités. D'ailleurs, je n'ai vu ni entendu aucune personnalité politique prendre leur défense.

Nous sommes donc là devant un problème de police qui a été géré et bien géré. Vous ne pouvez pas nous faire peur avec ces hordes fascisantes. Il est de notre devoir d'élus de concourir à l'apaisement et non pas de jeter de l'huile sur le feu.

C'est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous associer à ce v?u.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je regrette que le Conseil de Paris ne soit pas unanime sur ce genre de sujet.

Je mets donc aux voix le v?u?

Y a-t-il une autre demande ?

Monsieur COUDERT, explication de vote.

M. Thierry COUDERT. - Le groupe U.M.P.P.A. votera ce v?u car quels qu?en soient les termes, il est attaché à la liberté d'expression en matière culturelle.

Comme d'ailleurs le Ministre de la Culture s'était exprimé ces derniers jours sur ce sujet, nous considérons qu'il y a certes la liberté de manifester en face de la liberté d'expression, mais lorsque celle-ci porte atteinte à la liberté d?expression culturelle et fait entrave à des spectacles, on est dans quelque chose de tout à fait inapproprié et scandaleux.

Donc nous voterons ce v?u.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur COUDERT.

Je mets donc aux voix, à main levée, ce v?u avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est donc adopté. (2011, V. 309).

Je vous en remercie, chers collègues.