Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - 2011, DJS 423 - Subvention (20.000 euros) et convention avec la SASP Paris Handball.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2011

62 - 2011, DJS 423 - Subvention (20.000 euros) et convention avec la SASP Paris Handball.

 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Maintenant, nous examinons le projet de délibération DJS 423, subvention de 20.000 euros et convention avec la S.A.S.P. Paris Handball.

M. ALPHAND a de nouveau la parole.

M. David ALPHAND. - Merci, Monsieur le Maire.

On parlait de sports délaissés ; en voilà un autre : le hand, le hand à Paris.

D?ailleurs, je me souviens que je ne suis pas le seul, nous ne sommes pas les seuls à partager ce point de vue parmi les travées de notre hémicycle, puisque M. MARTINS lui-même était intervenu, il y a de cela quelque temps, et avait porté des propos tout à fait convergents avec ceux que je vais tenir ce matin.

Le hand est délaissé, effectivement, à Paris, Monsieur VUILLERMOZ, et l'équipe de hand de Paris n'est pas au niveau de ce que l'on pourrait attendre de la capitale non plus, je suis navré de vous le dire.

Ce projet de subvention de 20.000 euros me permet de vous interroger sur deux points, Monsieur VUILLERMOZ.

Le premier, on comprend bien qu?il s'agit là d'accorder une rallonge budgétaire pour permettre l'acquisition d'un terrain amovible, la Fédération française de hand ayant décidé, en quelque sorte, de changer les règles du jeu en cours de saison concernant le marquage au sol sur les terrains de hand.

Ma première question est la suivante : est-il légitime qu'une fédération de sport de haut niveau change les règles en cours de route et qu'une collectivité locale doive en assumer les conséquences en votant, comme on s'apprête à le faire ce matin, une rallonge budgétaire qui est quand même substantielle, parce que le coût, c?est presque 50.000 euros, dont 20.000 à la charge de la collectivité parisienne ?

Ma seconde question, parce qu'il s'est passé beaucoup de choses du côté du Paris Handball au cours des dernières semaines et depuis le début de saison, je voulais vous interroger, Monsieur VUILLERMOZ, sur le nouveau modèle économique, qui est aujourd'hui en cours d'application concernant ce club, qui a trouvé un nouveau partenaire, et je voulais connaître votre analyse du financement tel qu'il est abordé désormais au Paris Handball et comment la collectivité parisienne souhaite accompagner ce nouveau mode de gestion pour un club qui devrait, encore une fois, être un club phare de notre Capitale ?

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Monsieur VUILLERMOZ ?

Mes chers collègues, nous prenons du retard ; je compte sur vous !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Oui, mais il faut bien que je réponde à M. ALPHAND.

Dire que nous délaissons à nouveau le Paris Handball, c'est vraiment? j?allais dire ridicule, mais c?est quand même de l'excès, Monsieur ALPHAND, franchement !

Vous savez, le Paris Handball a une subvention de la Ville de 950.000 euros, son budget l'année dernière était relativement faible et il est arrivé au mois de juin, pour nous rencontrer, en nous disant qu'il avait 300.000 euros de déficit, qu'un sponsor privé ne lui avait pas donné 300.000 euros, qu?il était donc en déficit et en cessation de paiement.

Nous l'avons donc sauvé, parce que nous avons fait une avance de 300.000 euros sur la subvention de 950.000 de cette année. C?est vrai que cette année, nous lui avons fait l'avance de 300.000 sur le budget de l'an passé, donc l'année dernière, nous avions mis un budget de 1.250.000 et cette année, évidemment, nous allons avoir un budget de 650.000.

Il faut bien, à partir de là, que le Paris Hand, qui doit avoir un budget pour rester en première division qui équivaut à peu près à 2 millions, qui est le budget qu?ont d?autres clubs de première division comme Ivry, le Tremblay ou comme Créteil, il faut qu'ils trouvent des sponsors privés.

Ces sponsors privés, ce n'est pas toujours facile de les trouver, notamment à Paris, parce qu?à Paris, pour avoir des sponsors il faut faire du spectacle. C'est un cercle vicieux ; c?est-à-dire que pour avoir de l'argent, il faut faire du spectacle et pour faire du spectacle, il faut avoir de l'argent pour avoir des vedettes dans son équipe, donc c'est très compliqué.

Il a donc trouvé des sponsors qui peuvent fonctionner en faisant en sorte que la Ville mette à disposition du Paris Handball et de personne d?autre des créneaux à Coubertin, qui sont évidemment libres et qui ne sont pas pris par d'autres sports ou d'autres activités.

Le Paris Handball bénéficie donc de créneaux, dans la journée ou le soir, souvent en semaine, qui lui permettent de faire des activités qui ne sont pas forcément directement liées avec le sport. C'est cela qui lui permet, à un moment, d'avoir une possibilité d'avoir un sponsor qui lui donne de l'argent, puisqu?à chaque fois, il y a quand même une somme d?argent qui va directement au club du Paris Hand.

C'était par rapport à la deuxième question que vous m'avez posée.

Par rapport à la première question sur ce qui est l'intérêt de ce projet de délibération, c'est vrai que la Ligue nationale de Handball impose pour la saison 2011-2012 deux nouvelles contraintes aux salles accueillant des matchs de championnats de D1. Vous savez qu'à travers l?ANDES, dont la Ville de Paris est membre, nous agissons auprès des fédérations pour faire en sorte qu'elles comprennent que les municipalités, quelle que soit leur taille, n'ont pas forcément les moyens de répondre à toutes les sollicitations que nous font les ligues nationales ou les fédérations, mais quand nous n'arrivons pas à convaincre les fédérations, que faisons-nous, Monsieur ? Puisque vous nous dites que nous délaissons le handball ! Alors, si nous ne mettions pas en ?uvre les orientations qui ont été prévues par la Ligue nationale de Handball, nous mettrions le club en dehors du championnat et il serait rétrogradé dans la Division 2 ou même en dessous.

Nous agissons donc pour faire en sorte que le handball à Paris puisse vivre et puisse aussi être télévisé, puisque ces moquettes n'existent que quand le club est télévisé.

Comme nous n'avons pas qu'une salle, ce n'est pas seulement Coubertin, mais nous demandons de temps en temps au club de handball de venir jouer à Charpy, il est évident qu'il faut qu'il y ait une moquette amovible qui soit mise de temps en temps à Coubertin et à Charpy.

Comme cette moquette coûte près de 50.000 euros, nous avons proposé au club et nous vous proposons de voter une subvention de 20.000 euros qui est une subvention d?investissement pour permettre au club d'être télévisé et de rester en Division 1.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 423 concernant le handball.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DJS 423).