Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

31 - 2011, DPP 25 - Subvention (10.000 euros) avec convention avec le Centre de documentation, d'éducation et d'action contre les manipulations mentales (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2011

31 - 2011, DPP 25 - Subvention (10.000 euros) avec convention avec le Centre de documentation, d'éducation et d'action contre les manipulations mentales (20e).

 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous passons à la 5e Commission avec le projet de délibération DPP 25.

La parole est à Mme Marinette BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Madame la Maire.

Juste quelques mots pour me réjouir de la subvention attribuée par Paris à cette association. Dans le contexte d?une société fragilisée, comme c'est le cas aujourd'hui, on peut craindre que de plus en plus de personnes, et pas seulement des jeunes, ne deviennent des proies faciles pour les sectes.

Or, le C.C.M.M. est confronté très durement à une sévère perte de financement de l'Etat, sa subvention ayant été pratiquement divisée par deux.

Il faut pourtant saluer cette association qui est aujourd'hui le premier centre d'information et de documentation sur les dérives sectaires. Elle a su par exemple dépister les nombreuses tentatives, quelquefois réussies, des sectes d'infiltrer les domaines de la formation et du "coaching".

Je suis également tout à fait sensible à ce que cette association, d'inspiration laïque, intervienne pour des actions de prévention en milieu scolaire. C'est en effet indispensable d'éveiller la jeunesse à l'esprit critique, afin de lui apprendre à penser par elle-même et ne pas la laisser tomber dans le piège des manipulations classiques des organisations sectaires : mythification du leader, encadrement rassurant, promesse d'un avenir meilleur, etc.

Je me réjouis également que, outre l'aide psychologique aux victimes et aux proches, cette association puisse apporter une aide juridique et conseiller dans les démarches, car, en ce domaine, il n'y a pas égalité entre d'une part les victimes, leur famille, souvent peu au fait de leurs droits et du système judiciaire, soumises à pressions, quelquefois honteuses de ce qu?elles ont subi et, d'autre part, les organisations sectaires pourvues de gros moyens financiers, avec des spécialistes juridiques et prêtes à utiliser toutes les failles de notre système judiciaire.

On vient de le voir avec la dite "Eglise" de Scientologie et le dépôt des cinq questions prioritaires de constitutionnalité par ses avocats afin d'entraver la bonne marche des débats, Q.P.C. d'ailleurs justement et heureusement rejetées par la Cour d'appel de Paris.

Avant de terminer, je voudrais saluer la mémoire de Jacques Miquel, ancien président du C.C.M.M., qui nous a quittés cette année après avoir accompli un travail formidable, tant par son ampleur que par sa qualité, et souhaiter bon courage à sa nouvelle présidente.

Madame EL KHOMRI, merci de permettre à cette association de continuer à lutter contre les manipulations mentales en lui accordant cette subvention.

Je vous remercie.

(M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, remplace Mme Gisèle STIEVENARD au fauteuil de la présidence).

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame. La réponse, Madame EL KHOMRI.

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe, au nom de la 5e Commission. - Je remercie Marinette BACHE pour son intervention sur la question des dérives sectaires puisque c'est un axe de travail extrêmement important au titre du contrat parisien de sécurité, axe sur lequel nous travaillons à la fois avec nos partenaires de l'État - la Préfecture de police et la M.I.V.I.L.U.D.E.S. -, mais aussi avec deux acteurs associatifs incontournables : le C.C.M.M. et l'A.D.F.I. Paris.

Il s'agit pour nous d'avoir un dispositif de vigilance. Paris a été divisée en deux secteurs, et ces deux associations permettent justement d'avoir des actions d'accueil, d?écoute de victimes et de leur famille, et de détecter les infractions pénales.

Elles interviennent en milieu scolaire et c?est quelque chose de très important. Nous finançons donc à la fois le C.C.M.M. et l'A.D.F.I. Paris, mais sachez que notre engagement n'a pas faibli car le C.C.M.M. a vu sa subvention doubler dès 2010 pour pallier ses difficultés de trésorerie car l'État avait diminué de 50 % son soutien et ne permettait plus la prestation de psychologue, très importante en direction des victimes.

Nous continuons dans le cadre de la cellule de vigilance, qui va être réunie le 10 janvier prochain sous mon égide, avec ces associations, avec les différents services de l'État et tous les référents dans les mairies d'arrondissement qui ont été formés à la question des luttes contre les dérives sectaires.

Cela nous permet d'avoir vraiment une vigilance sur les mouvements sectaires à Paris, d'avoir également une sensibilisation des acteurs comme l'Éducation nationale, membre de cette cellule de vigilance. Il y a également la M.I.V.I.L.U.D.E.S., le député FENNEC, qui est aussi présent lors de ce comité.

Nous allons aussi continuer en 2012 plusieurs formations sur des thématiques particulières comme la santé, le danger des médecines non conventionnelles, la question de la location de salles. Parfois, des associations ou des élus sont invités à des colloques, et il n'est pas toujours facile de déceler dans quel guet-apens on peut être entraîné. C'est très important aussi de ne pas permettre à ces sectes de gagner en utilisant les élus. Les thématiques concernent également la formation professionnelle et l'éducation.

Je me permets aussi dans le cadre de cette délibération que j'appelle bien sûr à voter favorablement de remercier l'ensemble des bénévoles du C.C.M.M. qui a vécu en effet une période très difficile avec le décès de son président et, comme vous, de souhaiter aussi une bonne continuation à la nouvelle présidente de l'association, mais vraiment de remercier l'ensemble des bénévoles de ces deux associations de travailler sur ces mouvements-là, et sachez qu'ils ne dorment pas.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPP 25.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2011, DPP 25).