Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

36 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l'unité motocycliste de la DPP dans le bois de Boulogne.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2011

36 - 2011, V?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l'unité motocycliste de la DPP dans le bois de Boulogne.

 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Le v?u n° 41, relatif à l'unité motocycliste de la DPP dans le bois de Boulogne, a été déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme Céline BOULAY-ESPERONNIER, pour une minute.

Mme Céline BOULAY-ESPERONNIER. - Depuis fin 2009, début 2010, la mairie du 16e arrondissement a mis en place une coordination pour les maraudes et le plan hivernal.

L'association "Aurore" représente le référent de cette coordination. Or la DPP effectuait une mission particulièrement importante dans le bois de Boulogne avec une équipe de motards et intervenants. Cette équipe très efficace savait parfaitement où se trouvaient les sans domicile fixe et les campements.

Une récente réorganisation a privé les motards de la DPP de cette mission. Ceci a engendré immédiatement une augmentation relativement sensible du nombre de sans-abri à l'intérieur du bois de Boulogne alors que cette équipe avait obtenu des résultats encourageants.

Le bois comptait jusqu'alors une trentaine de personnes sans domicile fixe. Ce nombre a augmenté de 30 à 35 % suite au départ des motards. Considérant l'importance humanitaire et sanitaire de leur travail dont la qualité est unanimement saluée par l?ensemble des intervenants du C.S.P.D.A. 16 et des acteurs sociaux engagés dans l'accompagnement des sans-abri, la mairie du 16e émet le v?u que la Ville de Paris conserve à l'unité motocycliste de la Direction de la prévention et de la protection l'intégralité, en temps comme en moyens, de sa mission d'assistance aux sans-abri du bois de Boulogne.

Ce v?u a été voté à l?unanimité de notre Conseil d'arrondissement.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame EL KHOMRI, vous avez la parole.

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe. - Je suis heureuse de vous voir aborder aujourd?hui la question de la grande pauvreté sous l?angle de la protection et de l?assistance dues aux populations vulnérables.

Je suis heureuse de vous voir saluer la dimension humanitaire et sanitaire du travail de la Direction de la prévention et de la protection auprès des sans domicile fixe.

Ce souci des exclus et cette idée que la force publique doit aux plus vulnérables une protection sérieuse et continue me semble plus fécond que les précédents v?ux de M. GOASGUEN sur l'extension à l'ensemble de la Capitale de l'arrêté anti-mendicité.

Une nuance néanmoins au sujet de votre dernier considérant. Ce que nous avons à craindre d'un abaissement de la surveillance à l'approche de l'hiver n'est pas tant l'augmentation du nombre de campements de fortune que le décès de personnes livrées à elles-mêmes en périphérie de notre ville et de nos vies.

Votre prise de conscience, à l?approche de l?hiver, de l'exposition des personnes vulnérables vous conduit à demander à la Ville de Paris de conserver à l'unité motocycliste de la DPP l?intégralité, en temps comme en moyens, de sa mission d?assistance aux sans-abri du bois de Boulogne.

L'Exécutif émet un avis défavorable à votre v?u, qui méconnaît l?esprit et la lettre de la réforme DPP 2011 qui, contrairement à ce que vous indiquez, n'a toujours pas été mise en ?uvre car c'est un projet de réforme en cours.

Sans m?étendre ici sur cette réforme, que j'ai présentée en 5e Commission, et dont je suis bien sûr prête à discuter avec vous, je veux rappeler qu'il s'agit de déconcentrer l?action de la Direction de la prévention et de la protection pour un service rendu aux Parisiens au plus près des réalités locales et en lien avec les arrondissements.

Ce projet de réforme consacre l?existence d?une unité motocycliste dotée d'un minimum de 12 agents. Cette unité est à ce jour essentiellement polyvalente. Elle est engagée sur l'assistance aux sans-abri, mais également à la surveillance des marchés.

Ses missions sont appelées à être recentrées sur deux priorités : l'intervention d'urgence, d'une part, la surveillance des bois de Vincennes et de Boulogne, en appui notamment des agents de l?unité d?assistance aux sans-abri, d'autre part.

C'est aux inspecteurs polyvalents non motards dont on veut favoriser les patrouilles à pied et en vélo qu'incombera la responsabilité de renforcer notamment la lutte contre les incivilités.

Dans la mesure où les missions de l?unité motocycliste se voient renforcées par la réforme DPP 2011, votre v?u me semble sans objet.

Quant au bois de Boulogne, sachez qu?il mobilise, en plus des motocyclistes, l'unité d?assistance aux personnes sans-abri. Elle y dispose de deux brigades, sept inspecteurs de sécurité, qui tournent de 7 heures à 20 heures, trois fois par semaine et de 7 heures à 15 heures le week-end.

En outre, depuis le 1er novembre, et ce, jusqu?à fin mars, avec le déclenchement du plan grand froid, une équipe de trois inspecteurs est présente quotidiennement jusqu'à 22 heures et jusqu?à 2 heures du matin si les températures sont négatives afin de repérer des situations de détresse particulière ou de danger manifeste.

En cas de besoin, un véhicule de transport accompagne les sans-abri en demande d'un hébergement.

Cette présence quotidienne d'agents de la DPP, qui connaissent parfaitement et individuellement la totalité des personnes SDF amenées à dormir dans le bois, en lien constat avec la DEVE, permet de limiter à quelques dizaines de personnes ces implantations, là où de nombreux sites de la périphérie parisienne ont connu une réelle explosion des campements de personnes sans-abri.

Soyez donc rassurés sur le fait que la DPP dans son ensemble est particulièrement mobilisée dans les bois de Boulogne et de Vincennes, mais mobilisez-vous également avec M. GOASGUEN comme député, pour porter à la connaissance du Gouvernement l'explosion de la grande précarité dans la Capitale, une explosion face à laquelle la Ville et le Département ne pourront pas toujours faire face seuls.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Monsieur GOUJON, je sais bien, mais vous savez bien que vous n'avez pas théoriquement à faire d'explication de vote pour un v?u que vous déposez.

Je veux bien vous donner la parole, mais une seconde.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. Pour dire simplement que la réponse de Mme l'adjointe ne nous a pas du tout rassuré.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je m?en doutais?

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. Parce que le travail de l'unité d'assistance aux personnes sans-abri n'est pas du tout le même que celui de l'unité motocycliste, et que l'un ne va pas sans l'autre.

Nous allons assister à ce qui n'existe pas encore aujourd'hui dans les bois, c?est-à-dire une augmentation assez importante des personnes sans domicile fixe, ce qui n'est l'objectif de personne. Ils avaient une action tout à fait complémentaire, et je ne vois pas comment, dans le cadre de la réorganisation de la DPP, avec 12 effectifs à l'unité motocycliste au lieu d'une soixantaine aujourd'hui, vous allez pouvoir remplir toutes ces missions de protection des marchés, de surveillance, ainsi que des bois.

Nous soutenons donc ce v?u parce que votre réponse ne nous rassure absolument pas, bien au contraire.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Oui, Madame EL KHOMRI ?

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe. - Quand vous fermez cet été 4.500 places d?hébergement, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait davantage de campements ; premier point.

Pour le second, cela fait dix ans que vous n?êtes plus adjoint chargé de la prévention et de la sécurité. Je suis en train de mener une réforme qui était attendue par des agents particulièrement valeureux sur le terrain, et sachez que l'unité moto ne compte absolument pas 60 personnes : ils sont 14 aujourd'hui.

S?il vous plaît, laissez-moi le crédit de mener ma réforme telle que je l'entends pour un meilleur service aux Parisiens !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci !

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 41, avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.