Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

19 - 2011, Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif à l'aménagement de l'espace vert au sein de la résidence angle rue de la Convention/rue de la Croix-Nivert.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2011

19 - 2011, V?u déposé par le groupe UMPPA relatif à l'aménagement de l'espace vert au sein de la résidence angle rue de la Convention/rue de la Croix-Nivert.

 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons, chers collègues, aux v?ux qui ne se rapportent à aucun projet de délibération. Commençons par le v?u n° 38 relatif à l'aménagement de l'espace vert au sein de la résidence située à l'angle de la rue de la Convention et de la rue de la Croix-Nivert, déposé par le groupe U.M.P.P.A. Il va être présenté par Mme MACÉ de LÉPINAY.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.

Le Maire de Paris a dit ce matin qu'il ne voulait pas faire perdre de temps aux Parisiens. Voici la démonstration du contraire. Lors de notre dernière séance, Claire de CLERMONTTONNERRE s?est exprimée de manière éloquente sur l?aménagement du jardin situé au c?ur des immeubles entre la rue de la Croix-Nivert et la rue Lecourbe. Celui-ci avait été imaginé sans aucune concertation avec les riverains, et nous souhaitions que ce projet puisse être soumis au conseil de quartier Saint-Lambert. Mme GIBOUDEAUX, championne de l'écoute de ses concitoyens, n?a pas accepté de différer d?un mois l'examen de cette délibération.

Depuis, le conseil de quartier s'est réuni le 13 octobre et je peux dire que cela a été le naufrage du projet. Les habitants, les conseillers de quartier et les associations riveraines, en particulier la directrice de l?hôpital de jour Aurore, qui les a qualifiées d?"erreur stratégique monumentale", ont rejeté toutes les options d?aménagement sauf le jardin partagé.

C'est pourquoi nous proposons ce v?u qui vise à ce que les souhaits des habitants exprimés lors du conseil de quartier auquel nous participions, Gérard d'ABOVILLE et moi-même, soient pris en compte. Si vous êtes partisans de la démocratie participative, si vous considérez que les conseils de quartiers ont une utilité, je vous demande d'accepter notre v?u pour que ce jardin reste ce qu'il devait être à l'origine, un cheminement vert dans un quartier dense à forte circulation automobile.

Je vous remercie, mes chers collègues.

M. Christian SAUTTER , adjoint, président. - Merci, Madame.

Je donne la parole à Mme GIBOUDEAUX pour dire l'avis de l?Exécutif sur ce v?u.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Il s'agit d'un désaccord que nous avons avec la mairie du 15e sur l?aménagement de cet espace vert. À l'origine, quand nous avions présenté un projet sur cet espace vert de "Paris Habitat", nous avions proposé d'y installer des aires de jeu pour tout-petits sur une surface très réduite, un terrain de boules, et un espace de jeux pouvant accueillir tant un baby-foot qu'une table d?échecs, nous étions restés très ouverts. Cet aménagement avait été très demandé par la mairie du 15e et présenté à la mairie du 15e, et aujourd'hui, face à l'opposition de certains riverains qui ne veulent pas voir à côté de chez eux une aire de jeu pour les petits, vous vous retrouvez, en utilisant la démocratie participative, à dire qu?il ne faut plus rien faire, seulement laisser un passage dans cet espace vert.

La Ville a signé une convention avec "Paris Habitat", a investi des moyens, y compris un agent d'accueil et de sécurité, c?est un jardin qui sera accessible aux horaires d?ouverture des jardins, donc on n'aura pas de nuisances le soir, et comme on le fait pour tous les jardins, on essaie d'intégrer des équipements qui rendent un service à la population locale, je pense aux assistantes maternelles qui ont souvent peu d'espaces pour amener les enfants, et si vraiment ces espaces provoquaient la révolution, des nuisances insupportables pour les riverains, ce sont des équipements réversibles, on ajusterait l?installation de ces équipements.

Aujourd?hui, je préfère que l'on continue à travailler avec la division du 15e pour mettre en place ces équipements tout en prenant en compte des aménagements et des ajustements qui viendraient améliorer le projet, mais je ne souhaite pas que nous renoncions à l'installation d'une aire de jeu pour les petits, et éventuellement d?un terrain de boules dans cet espace qui est un espace assez grand. C'est important aussi à Paris de répondre aux familles qui ont besoin de ces aires de jeu pour tout-petits. Je demande le retrait de ce v?u.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Madame MACÉ de LÉPINAY, êtes-vous convaincue de retirer ce v?u ?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Non pas du tout, j'invite Mme GIBOUDEAUX à venir avec moi sur les lieux. Ce n'est pas du tout la mairie du 15e qui refuse quoi que ce soit. Ce n?était pas prévu comme cela à l?origine, je ne sais pas pourquoi on veut absolument dépenser beaucoup d'argent dans ce lieu. Ce lieu est merveilleux comme il est, c?est un passage dans un quartier dense, vous allez installer des équipements qui vont créer beaucoup de nuisances pour les riverains, cela va beaucoup résonner ; ensuite il y a là un équipement extrêmement précieux, qui est un hôpital de jour pour des jeunes très gravement handicapés et on va mettre sous leurs fenêtres des équipements de petite enfance, c'est invraisemblable. Ce n?est même pas sous leurs fenêtres d?ailleurs, ils ont un espace protégé par des grilles qui donne dans ce jardin, ce n'est pas possible.

Comme je vous l'ai dit la dernière fois que nous avons eu une conversation, jamais dans un arrondissement de gauche vous n'auriez fait un équipement de ce type sans tenir compte de l?avis des habitants. Le conseil de quartier a été unanime, je vous assure qu'il fallait entendre ce qu?a dit en particulier la directrice du foyer Aurore, ce n'est pas possible de faire cet aménagement tel que vous l?avez prévu. Je regrette que les fonctionnaires de la D.E.V. aient beaucoup travaillé pour un projet qui n'est manifestement pas en adéquation avec ce que demandent les habitants et je regrette beaucoup votre position extrêmement dogmatique et butée.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame MACÉ de LÉPINAY.

Monsieur MENGUY, pour un rappel au règlement.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Un rappel au règlement sur les débats, les v?ux et réponses de l'Exécutif. Voilà deux v?ux que nous présentons, qui concernent le 15e, où devant l'opposition et devant tous les élus, l'Exécutif fait deux réponses diamétralement opposées. En termes de crédibilité, il convient que l'Exécutif soit cohérent dans ses réponses.

En réponse au premier v?u, on nous a dit, pas d?étude supplémentaire sur des flux de circulation parce que cela coûte de l'argent. Mme LEPETIT vient de le dire il y a une heure de cela. Ensuite, Mme GIBOUDEAUX, sur des équipements d?espaces verts nous dit, on va mettre des équipements et si cela se passe mal, ces équipements seront réversibles et on pourra les retirer.

Si cela ne coûte pas de l?argent non plus, je ne sais pas ce qu?est la politique municipale de l'Exécutif.

Je demande que les adjoints et l?Exécutif dans son ensemble, lorsqu?ils répondent aux v?ux de l'opposition, plutôt que de chercher n'importe quel argument pour retoquer nos v?ux, se coordonnent et ne disent pas d?un côté, on refuse votre v?u parce que cela coûte de l'argent, et de l?autre, on refuse votre v?u parce que de toute façon on va dépenser de l'argent. Pour la sérénité de nos débats, un peu de cohérence sur le fond de la part de l'Exécutif cela ne ferait de mal à personne.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Monsieur MENGUY, ceci n'a rien d'un rappel au règlement, mais je vous ai laissé aller jusqu'au bout de votre minute. Vos appels à la cohérence de l'Exécutif sonnent assez curieusement.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 38 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.