Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2004, DPA 363 - Approbation du principe de réalisation des travaux de restructuration et mises aux normes de la bibliothèque de la Sorbonne à la faculté de la Sorbonne 46-48, rue Saint-Jacques (5e) et des modalités de passation des marchés d’études correspondants : maîtrise d’oeuvre, assistance à maître d’ouvrage, sécurité et protection de la santé des travailleurs sur le chantier, contrôle technique, système de sécurité incendie. - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer les demandes de permis de démolir et de construire correspondants. Vœu déposé par le groupe communiste relatif aux travaux de la bibliothèque de la Sorbonne.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2004


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons à l?examen du projet de délibération DPA 363. Il s?agit d?approuver le principe de réalisation des travaux de restructuration de la bibliothèque de la Sorbonne.

Il y a deux intervenantes inscrites. Mme Nicole BORVO et Mme Lyne COHEN-SOLAL. Mme BORVO est représentée par son président de groupe, elle a beaucoup de chance et c?est Mme Danièle POURTAUD qui répondra.

Je donne la parole au Président VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ. - Merci, Monsieur le Maire.

Dans le cadre des travaux des établissements de l?enseignement supérieur, propriété de la Ville, la bibliothèque de la Sorbonne, rue Saint-Jacques va faire l?objet d?importants travaux de restructuration et de mise aux normes. Par son histoire, ses fonds et ses activités de publication, la bibliothèque de la Sorbonne, héritière de la bibliothèque de l?Université de Paris de l?Ancien Régime est une bibliothèque universitaire de recherche de renom. Elle accueille des publics divers, comme des enseignants, des chercheurs et des étudiants. De nature inter-universitaire, elle est liée par contrat aux universités de Paris I, Paris III, Paris IV, Paris V, Paris VI. Avec 127 postes budgétaires, elle assure 1.700 entrées par jour, mettant à disposition ses 33 kilomètres de rayonnages de livres.

Aujourd?hui, la bibliothèque a besoin d?une réorganisation et d?une mise en sécurité générale. Les locaux sont étroits et mal adaptés. Sa capacité de stockage et d?accueil a atteint ses limites.

Ce projet de délibération a pour but d?approuver la réalisation de ces travaux. Ce que nous approuvons, évidemment, mais nous souhaiterions soulever quelques interrogations. Comme le site sera totalement fermé pendant les travaux, où et comment s?effectueront les transferts de l?activité et des collections de la bibliothèque ? Quelles seront les répercussions sur son fonctionnement, l?accueil des publics actuels, la consultation des ouvrages et la continuité de l?activité des personnels ? Et par ailleurs, les capacités d?accueil et de stockage étant déjà, avant les travaux, limitées et cette mise en sécurité du site risquant de diminuer encore les surfaces, qu?est-il prévu pour assurer le bon fonctionnement de la bibliothèque après travaux ?

Nous souhaiterions que la fermeture provisoire de la bibliothèque n?intervienne pas avant toute solution définitive de transfert. Qu?il n?y ait pas pendant les travaux d?interruption de son fonctionnement et que les collections, l?accueil des publics, la consultation, l?activité des personnels ne soient pas éclatés géographiquement. Ce qui les placeraient, évidemment, dans les plus grandes difficultés. C?est l?objet de notre voeu.

Merci.

M. Christian SAUTTER, adjoint, rapporteur. - Merci, Monsieur Jean VUILLERMOZ.

La parole est à Mme COHEN-SOLAL.

Mme COHEN-SOLAL, adjointe. - Monsieur le Maire, aujourd?hui notre Assemblée se prononce donc sur le principe de la réalisation des travaux de restructuration et de mise aux normes de la bibliothèque de la Sorbonne.

L?investissement pour la Ville atteint 14 millions d?euros.

Je voudrais d?abord saluer l?effort pour la mise en sécurité des bâtiments de la Sorbonne, qui font à notre ville une renommée internationale, que vous connaissez tous. On peut simplement s?étonner que rien, ou si peu, ait été fait jusque là, car ce sont plus de 10.000 étudiants, enseignants, chercheurs qui travaillent chaque jour dans ces locaux.

Je voudrais, si vous le permettez élargir un peu mon propos, parce que, en tant qu?élue du 5e arrondissement, je suis interpellée sur la fermeture de la Chapelle de la Sorbonne, qui comme vous le savez est un lieu culturel très apprécié des riverains, mais aussi des Parisiens et des touristes qui viennent la découvrir ou plutôt qui venaient la découvrir à l?occasion de nombreuses manifestations.

 

Parce que, actuellement, elle est en état de décrépitude depuis plusieurs années et elle est désormais fermée au public car considérée comme dangereuse.

Cette situation soulève l?inquiétude des habitants du quartier, en raison de l?arrêt des opérations culturelles - ce qui est dommageable -, mais aussi en ce qui concerne la sécurité des passants, puisque des chutes de pierres ont eu lieu côté place de la Sorbonne. Donc, la Ville de Paris et l?Etat, nous nous en souvenons, s?étaient engagés dans le cadre de la convention U3M, à ce que la Chapelle de la Sorbonne soit restaurée.

Est-il possible de savoir, à l?occasion de ce projet de délibération, quand les travaux vont commencer dans ce superbe bâtiment ?

Merci beaucoup.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci.

Mme POURTAUD va répondre sur la bibliothèque, sur la chapelle et peut-être même sur d?autres sujets.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire, mais je me contenterai de ces deux sujets dans un premier temps.

Je voudrais remercier ma collègue, Lyne COHEN-SOLAL, d?avoir souligné combien la sécurité de toute la communauté universitaire est une préoccupation centrale de mon action et à quel point l?engagement financier de la Ville est important sur le seul site de la Sorbonne.

Je vais, bien entendu, répondre de manière globale aux deux interpellations, celle de mon collègue Jean VUILLERMOZ et de Lyne COHEN-SOLAL, d?abord en répondant sur la chapelle puis, si vous le voulez bien, sur la bibliothèque.

Vous l?avez dit, chers collègues, conformément à la convention-cadre votée en octobre 2000, par ce Conseil, la Ville et l?Etat doivent conjointement financer la restauration de la chapelle, le coût d?investissement pour la Ville, s?élevant à 11,5 millions d?euros.

Comme vous le savez, il est prévu que les travaux soient exécutés par la Ville. L?Etat ne s?est, pour l?instant, engagé?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Allez-y, vous avez ma bénédiction.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe, rapporteure. - ? qu?à financer 30 % de la phase d?études, lesquelles doivent être absolument lancées en 2005, pour permettre le démarrage des travaux mi-2006, la fin des travaux étant prévue vers 2010.

Or, à ce jour, nous n?avons toujours pas l?arrêté de subventions de la DRAC, portant sur 152.000 euros, alors que la date limite, pour que tout ne soit pas retardé d?un an, est le 21 décembre prochain.

Je vous confirme donc mon inquiétude quant au dossier de la chapelle.

Venons-en maintenant à la bibliothèque.

La Ville de Paris, comme vous le savez, est propriétaire des bâtiments de la Sorbonne et c?est le Recteur qui est responsable unique de la sécurité dans ces bâtiments.

Les deux, Ville et Rectorat, doivent tout mettre en ?uvre pour réaliser les travaux de mise en sécurité de la bibliothèque, travaux qui ont été réclamés par la Commission de sécurité de la Préfecture de police de Paris et même jugés prioritaires.

Cette mise en sécurité concerne les salles de lecture, vous l?avez rappelé, les bureaux de l?administration et les magasins d?ouvrage. Son coût est intégralement supporté par la Ville. Il s?élève à 15 millions d?euros.

Deux solutions ont été envisagées : une fermeture partielle et tournante des locaux, avec des travaux étalés sur six ans ou des travaux sur trois ans sur un site vide et fermé.

C?est cette solution qui a été choisie par le Rectorat, en concertation avec l?administration de la bibliothèque et les représentants de Paris I, université de tutelle. Vous avez effectivement souligné qu?elle est inter-universitaire, mais l?université de rattachement est Paris I.

Le Rectorat doit, dans l?intervalle, trouver des locaux de stockage et des locaux relais pour permettre à la communauté universitaire de poursuivre son travail.

Dans ce cadre, l?ouverture prévue début 2007 de la nouvelle bibliothèque que l?Etat réalise dans l?ancien collège Sainte-Barbe devrait permettre de limiter la gêne et les contraintes pour le personnel.

J?ajoute que la bibliothèque Sainte-Geneviève est une autre solution de repli, si je puis dire, au moins pour la communauté universitaire car je pense qu?en termes de stockage, ce n?est pas le cas, mais cette bibliothèque Sainte-Geneviève devrait aussi être fermée pour travaux en 2007.

Malheureusement, par ailleurs, le Rectorat a annoncé en Conseil d?administration de la bibliothèque de la Sorbonne, le 16 novembre dernier, que les travaux de la bibliothèque Sainte-Barbe étaient retardés dans l?attente des crédits de paiements provenant de l?Etat.

Alors il est évident que si l?Etat ne termine pas les travaux de Sainte-Barbe à temps, si l?Etat décide de fermer Sainte-Geneviève, les conditions de travail et de recherches des étudiants, enseignants et chercheurs deviendront extrêmement difficiles avec la fermeture de la Sorbonne.

Je comprends donc les inquiétudes des personnels de la bibliothèque et les inquiétudes de mes collègues, exprimées dans cet hémicycle.

Je suis donc totalement d?accord avec le v?u proposé par le groupe communiste, auquel je suggère, néanmoins, une modification puisque vous le savez, mes chers collègues, ce n?est pas le Maire qui décide de la fermeture de la bibliothèque et des conditions transitoires mises en place, mais le Rectorat.

Je pense donc que ce v?u peut être extrêmement utile pour sensibiliser, à nouveau, le Rectorat à l?urgence de trouver des solutions transitoires pour permettre les travaux de sécurité et je vous propose donc, par la modification distribuée, de suggérer que le Maire de Paris demande au Recteur que la fermeture provisoire n?entraîne pas les gênes que vous avez soulevées.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, chère collègue.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 40 bis au v?u que l?on votera ensuite.

 

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L?amendement n° 40 bis est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u ainsi amendé avec l?amendement de l?Exécutif et un avis favorable.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2004, V. 299).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 363.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2004, DPA 363).