Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

62 - 2011, DU 262 - Cession à la SEMPARISEINE d’une parcelle de terrain nécessaire à l’aménagement de la Z.A.C. Boucicaut (15e). Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la réalisation de la phase 2 de la Z.A.C. Boucicaut.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2011

62 - 2011, DU 262 - Cession à la SEMPARISEINE d?une parcelle de terrain nécessaire à l?aménagement de la Z.A.C. Boucicaut (15e). V?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la réalisation de la phase 2 de la Z.A.C. Boucicaut.

 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous allons passer maintenant à la 8e Commission.

Nous examinons donc en 8e Commission le projet de délibération DU 262 relatif à la cession à la SemPariSeine d?une parcelle de terrain nécessaire à l?aménagement de la Z.A.C. Boucicaut dans le 15e, sur lequel le groupe U.M.P.P.A. a déposé le v?u référencé n° 83 dans le fascicule.

La parole est à Mme de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, ce projet de délibération, qui porte sur la cession à la SemPariSeine d?une parcelle de terrain nécessaire à l?aménagement de la Z.A.C. Boucicaut, me donne l?occasion de revenir sur cet important projet pour le 15e arrondissement, de rappeler plusieurs points de désaccord et de dénoncer une nouvelle fois le tour de passe-passe auquel vous vous êtes livré en modifiant le projet d?origine qui avait été présenté aux élus et aux habitants sous la précédente mandature.

De nombreux riverains se sont émus de ces évolutions, et certains viennent tout juste de mesurer l?impact de ces transformations en découvrant, sur les palissades qui entourent le chantier, la hauteur des constructions à venir.

Qu?il s?agisse du lot C, prévu à l?angle Cévennes-Lacordaire, ou du lot E à l?angle Cévennes-Lourmel : de 3 à 4 étages, les projets de construction sont passés à 6 et 7 étages.

A ceci s?ajoute la transformation du programme sur son contenu. Jugeant sans doute que le 15e n?avait pas besoin d?un nouvel équipement culturel d?envergure, non seulement vous l?avez réduit à 750 mètres carrés au lieu des 3.700 mètres carrés prévus dans la concession d?aménagement de novembre 2008, mais en plus le contenu de cet équipement culturel s?élabore dans l?opacité la plus totale, puisque le maire du 15e n?a toujours pas reçu de réponse aux propositions qu?il vous a adressées dès 2009.

Monsieur le Maire, nous ne souhaitons pas, une fois de plus, que ce projet nous soit imposé par l?Hôtel de Ville sur le même registre que ce que vous nous réservez en général, c?est-à-dire : non pas ce dont les habitants ont besoin ni ce qu?ils attendent, mais l?implantation de programmes que l?Exécutif parisien a décidé d?imposer, au mépris de toute concertation avec les élus locaux comme avec les habitants.

Nous attendons donc de véritables échanges autour de ce futur équipement culturel et non l?habituelle ritournelle sur le thème : ?c?est trop tôt ou c?est trop tard?, dès lors que nous formulons des propositions.

Les différents points de désaccord que nous portons sur le projet Boucicaut nous conduisent à vous proposer le v?u n° 83 par lequel nous demandons que l?équipement à vocation associative prévu dès l?origine soit reprogrammé, qu?une concertation soit engagée sur la définition de l?équipement culturel et que les différentes pistes de proposition que le maire du 15e vous a adressées soient étudiées.

Nous demandons également que les hauteurs des bâtiments C et E, qui ne sont pas conformes au projet d?origine, soient revues. Les riverains ayant été induits en erreur par des projets à géométrie variable, nous souhaitons que leurs demandes fassent l?objet d?un examen attentif et que les immeubles à venir bénéficient d?une meilleure intégration paysagère.

Au-delà de ce v?u, j?ajouterai deux remarques.

La première, pour vous dire, Monsieur le Maire, que nous portons une autre ambition pour le secteur Boucicaut que la multiplication dans ce quartier de projets décidés unilatéralement par la mairie centrale, dont je rappelle les derniers en date : la création d?un foyer de travailleurs migrants en lieu et place des surfaces destinées à des équipements publics, la construction de plusieurs étages de logements sociaux au-dessus du patronage laïc, l?installation sans concertation d?un foyer du Samu social dans un lieu inapproprié, ou encore un énième programme de transformation de logements privés en logements sociaux, rue Sébastien Mercier, ainsi que nous le découvrons dans le projet de délibération DLH 355, alors que, depuis mars 2008, nous avons déjà voté dans le seul 15e le financement de plus de 2.700 logements sociaux.

Ma deuxième remarque porte sur la mauvaise tenue du chantier et sur les nuisances que supportent les riverains depuis des mois : nuisances sonores, vibrations dans la crèche voisine, sans parler des déplacements de grue à 4 heures du matin. On peut se demander si le terme d?éco Z.A.C. n?est pas abusif.

Boucicaut revendique ce label mais n?est pas un modèle. Je constate d?ailleurs que la Z.A.C. ne figure pas au titre des opérations emblématiques du Plan climat recensées dans le bleu budgétaire 2012. Il est vrai que la végétalisation des terrasses, le photovoltaïque et l?implantation d?une ruche sur une pépinière d?entreprises ne suffisent pas à faire de Boucicaut une éco Z.A.C.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 1ère Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Notre désaccord est ancien puisque cela fait déjà plusieurs années que nous avons voté ici les évolutions du programme. Quand j?entends Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE, je dirais avec une rhétorique assez habituelle, nous expliquer qu?il n?y a pas de concertation, que l?on passerait en force, etc. je la renvoie aux nombreux débats que nous avons eus ici et à l?adoption, par notre assemblée, puisque nous faisons bien évidemment, nous mettons en place toutes les procédures totalement en conformité avec le droit et avec les votes majoritaires qui ont lieu ici. Je la renverrai aux nombreuses délibérations sur lesquelles nous sommes intervenus concernant la Z.A.C. Boucicaut, y compris qu?elle ne fasse pas mine de découvrir qu?il y a un foyer de travailleurs migrants, on l?avait inscrit dès le PLU de 2006.

Peut-être que la mémoire s?étiole au fil du temps, mais tous ces éléments sont connus depuis très longtemps et la modification du programme concernant le programme de l?équipement culturel est aussi connue et a été approuvée depuis maintenant de très nombreux mois.

D?ailleurs, je voudrais la renvoyer aux nombreuses réunions publiques, journées portes ouvertes qui ont eu lieu avec de très nombreux habitants, nous avions eu l?année dernière une ouverture? Vous pouvez dire, c?est faux, les faits sont têtus, ils sont là et nous avons absolument tous les éléments sur les très nombreuses réunions publiques et journées portes ouvertes, la dernière ayant rassemblé plus de 450 personnes qui sont venues et nous ont dit combien elles approuvaient ce projet.

En ce qui concerne la hauteur des bâtiments, elle est tout à fait conforme au P.L.U. et bien évidemment, ce qui vous pose problème c?est sans doute qu?il y ait de la mixité et du logement social, vous l?avez évoqué, vous estimez peut-être que c?est trop le fait que nous ayons voté presque 3.000 logements sociaux depuis mars 2008 dans cet arrondissement, qui devait combler un retard qui est en train de le combler, et qui je l?espère arrivera à peu près encore un peu en dessous des 20 % de logements sociaux à la fin de cette mandature, mais l?objectif est bien d?approcher ces 20 % de logements sociaux à la fin de cette mandature dans le 15e arrondissement comme dans Paris.

Sur l?espace à vocation culturelle, nous avons déjà répondu par courrier à M. GOUJON en lui expliquant qu?à ce stade, rien n?avait été décidé, nous sommes en train d?y travailler, il a fait des propositions. Toutes les propositions ne pourront pas être retenues, mais elles seront examinées dans le cadre des propositions qui sont aujourd?hui examinées par la direction des affaires culturelles, et donc nous reviendrons prochainement devant les élus du 15e, mais surtout aussi devant la population du 15e, pour acter les propositions.

Je vous rappelle que comme cet espace culturel se situe à l?intérieur d?un ensemble de logements, il ne pourra pas y être fait des activités liées à la musique. En revanche, il y a beaucoup d?autres pistes sur les pratiques artistiques et culturelles qui pourraient être mises en ?uvre pour l?intérêt de l?ensemble de notre arrondissement.

Sur la hauteur des bâtiments, j?y ai répondu, vous le savez, les jurys d?architecture se sont déjà prononcés sur les bâtiments, il n?est bien évidemment pas question de venir expliquer qu?il faudra faire du R+ 2 ou du R+3, Paris n?est pas une ville qui pourrait se permettre ce luxe-là et en termes de beauté et de vibration de cette ville, je ne suis pas convaincue que le R+2 et R+3 soit la solution dans une métropole dense comme la nôtre, donc j?émets un avis défavorable à votre v?u.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Vous avez la position de l?Exécutif, mais M. MENGUY veut faire une explication de vote.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Pour prendre la suite de cette belle déclaration d?amour à la capitale de Mme HIDALGO, qui l?a mise en mode vibreur? Franchement, si c?est la seule perspective que vous avez pour la capitale et le 15e, on repassera.

Je voudrais dire une chose assez simple. Vous dites que l?on fait mine de redécouvrir les votes, mais, vous, vous n?avez toujours pas découvert la démocratie de proximité, Madame HIDALGO.

Une chose est une vérité, c?est que lorsqu?on réunit les conseils de quartier sur ce projet et même lorsqu?il y a d?autres sujets, les habitants eux-mêmes nous interpellent sur le projet Boucicaut. Ils nous interpellent également, c?était le cas lors de la dernière réunion du conseil de quartier, mais vous deviez mieux avoir à faire dans vos négociations au sein du parti socialiste?

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il ne faut pas faire une intervention, c?est une explication de vote. Il faut respecter le règlement.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - J?ai 2 minutes d?explication de vote, j?en étais à 45 secondes. Si vous me laissez parler, vous verrez que je tiendrai les délais.

Les habitants du 15e ont exprimé un certain nombre de réserves, ils ont de nouveau alerté sur le problème des nuisances du chantier Boucicaut, Madame HIDALGO, il y avait déjà eu des problèmes avec la crèche, il a fallu intervenir auprès de SemPariSeine. Si vous aviez été présente lors du dernier conseil d?arrondissement, vous auriez pu entendre un débat très intéressant, et l?incapacité de M. DARGENT à expliquer l?inaction de la SemPariSeine sur cette question.

Oui, des problèmes se posent encore aux riverains de ce projet. Oui, il convient d?y répondre et nous n?avons aucun problème avec les logements sociaux du 15e, mais il ne faut pas faire n?importe quoi non plus et les habitants des logements sociaux du 15e, s?ils ne valent pas mieux que les habitants du secteur privé, ils ne valent pas moins non plus, et ne pas prévoir les équipements publics qui vont avec et la qualité de vie qui est la moindre des choses pour ces habitants, ce n?est pas un cadeau que vous souhaitez leur faire et ce n?est pas une ambition à la hauteur de leur vie et de leur quotidien.

Restez à Paris avec une ville en mode vibreur, nous préférons une ville en mode action et le 15e en a bien besoin.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 262.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2011, DU 262).

Le projet de délibération est accepté malgré les vibrations ou avec les vibrations.