Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

100 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la réservation d’un quota de logements sociaux aux policiers exerçant dans la Capitale.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2011

100 - 2011, V?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la réservation d?un quota de logements sociaux aux policiers exerçant dans la Capitale.

 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 103 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à la réservation d?un quota de logements sociaux aux policiers exerçant dans la Capitale.

Pour le présenter, Monsieur GIANNESINI, vous avez la parole.

M. Jean-Jacques GIANNESINI. - La fidélisation des policiers, la Ville en parle, le Gouvernement le fait. La prime de fidélisation était d?un niveau maximal de 805 euros par an lorsque Daniel VAILLANT était Ministre de l?Intérieur, par des revalorisations successives la prime maximale a été portée à 1.405 euros, soit une hausse de 75 %.

Pour accompagner ce mouvement, notre groupe demande régulièrement que les policiers affectés à Paris bénéficient d?un examen prioritaire de leurs demandes de logement social. Voici encore une contradiction de votre politique, vous répétez à l?envi que la capitale ne compte pas assez de policiers, mais vous ne faites rien pour qu?ils restent.

Dois-je vous rappeler qu?en 2000, la Ville avait conclu un contrat parisien de sécurité prévoyant de loger prioritairement des policiers.

Dois-je également vous rappeler qu?avant 2001, la Ville et l?État avaient permis la constitution d?un parc locatif social de 10.000 logements en faveur des fonctionnaires de la Préfecture de police. D?ailleurs, Monsieur le Maire, vous aviez pris l?engagement que la commission d?attribution porterait une attention particulière aux demandes de logement des policiers. Cet engagement n?a pas été tenu, notre v?u nous invite à le tenir.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Pour vous répondre la parole est à M. Jean-Yves MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Ce n?est pas moi qui nierai l?importance des policiers sur la Ville de Paris, néanmoins je ferai remarquer que la Préfecture de police a un grand nombre de réservations à sa disposition chez les bailleurs sociaux, donc je note, avec satisfaction, un suivi plus précis, qui permet au moins à des logements destinés aux policiers de le demeurer sur la durée, ce qui n?était pas, hélas, toujours le cas.

Bien évidemment, dans les commissions d?attribution, il y a une répartition juste entre mairies d?arrondissement et Mairie de Paris, il nous arrive de sélectionner les policiers. Je note qu?il y a de leur part un certain nombre de refus puisque,  alors que nous avons proposé 30 nominations pour les policiers, seuls 8 ont accepté l?attribution qui leur était proposée. Je le regrette, mais sachez qu?il y a une volonté de la Ville de répartir avec tous les publics prioritaires un certain nombre de logements et si nous devions aller plus loin, peut-être faudrait-il nous dire quelles priorités il faudrait enlever.

Je ne pense que ce soient les auxiliaires de puériculture, les infirmières, les demandeurs DALO, les familles monoparentales, etc. Nous sommes devant une difficulté que vous connaissez bien, et nous le faisons avec le plus d?équité possible pour que chaque catégorie de parisiens trouve sa place, y compris les policiers sur l?ensemble du territoire parisien.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Une intervention de M. le représentant du Préfet de police.

M. LE PRÉFET DE POLICE. - Juste un mot sur la question évoquée par M. le Maire sur les cas de refus. Les policiers sont assez souvent, malheureusement, lorsqu?ils sont repérés en tant que tels, dans leur entourage de lieu de vie, soumis à des pressions, voire à des agressions heureusement assez souvent sur les biens, ce qui n?est pas normal, mais parfois sur les personnes. C?est aussi pour cela qu?ils font attention de ne pas résider là où ils travaillent et font en sorte d?être discrets, car à plusieurs reprises on a eu des incidents.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.