Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - 2011, Vœu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif à l’attribution du nom de Marie Dedieu à une voie ou un espace public.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2011

71 - 2011, V?u déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif à l?attribution du nom de Marie Dedieu à une voie ou un espace public.

 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 94 dans le fascicule, déposé par le groupe Centre et Indépendants, relatif à l?attribution du nom de Marie Dedieu à une voie ou un espace public.

La parole est à Mme Geneviève BERTRAND, pour une minute.

Mme Geneviève BERTRAND. - Merci, Monsieur le Maire.

Marie Dedieu est une Française de 66 ans en situation de handicap qui habitait le Kenya et a été enlevée le 1er octobre 2011 par des ressortissants somaliens, nous l?avons tous en mémoire.

Atteinte d?un cancer, laissée sans soins par ses ravisseurs, sa mort a été annoncée le 19 octobre, trois semaines plus tard.

Cet otage était une militante de toujours de la cause des femmes.

Avant de s?installer au Kenya, elle a vécu longtemps à Paris.

Nous considérons que les conditions de sa fin ont été particulièrement barbares ; c?est la raison pour laquelle nous souhaitons que le nom de Marie Dedieu soit attribué à une voie, une place ou un espace public de la Ville de Paris.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour vous répondre, la parole est à Mme Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Je voudrais dire à Geneviève BERTRAND qui, bien sûr, nous sommes extrêmement sensibles aux arguments évoqués à propos de Marie Dedieu ; c?est avec beaucoup d?émotion que nous avons appris sa très récente disparition et, bien sûr, la mémoire de cette militante féministe que vous avez saluée, qui a été lâchement capturée et abandonnée sans soins à la mort par ses ravisseurs? Bien sûr, la Ville doit honorer cette mémoire.

Marie Dedieu, vous l?avez dit, était une femme de culture, une femme de combat, elle avait choisi de vivre sur une île au Kenya, où elle semblait s?épanouir.

Elle avait été aussi signataire du manifeste des 343 et elle mérite amplement d?entrer dans l?histoire de notre pays et de notre ville, mais, vous le savez, sa disparition est quand même extrêmement récente. Je souhaiterais vous dire qu?avant que son nom ne puisse être attribué à une voie publique de Paris, puisque nous avons voté ensemble, même si nous savons que, parfois, nous y dérogeons, le principe d?un délai d?au moins cinq ans, je voudrais vous dire que j?émets un avis défavorable aujourd?hui sur la dénomination d?une voie publique.

En revanche, que nous puissions honorer sa mémoire, éventuellement, par l?apposition d?une plaque rappelant où elle a vécu nous paraît une piste tout à fait envisageable dans l?immédiat, avant d?attendre, peut-être, un délai qui me paraît raisonnable pour donner la dénomination d?une voie publique à Marie Dedieu, sachant qu?il n?y a pas d?opposition du tout de principe, mais c?est simplement le caractère très récent de cette mort qui m?amène à vous dire cela.

Si vous acceptiez de retirer ce v?u et que nous étudiions ensemble la pose d?une plaque là où a vécu Marie Dedieu dans l?immédiat, je crois que cela pourrait être une bonne solution.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame BERTRAND, acceptez-vous la proposition de Mme HIDALGO ?

Mme Geneviève BERTRAND. - Oui, j?accepte tout à fait cette proposition.

Merci, Madame la Maire.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Merci.

Le v?u est donc retiré.