Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

40 - 2011, Vœu déposé par le groupe E.E.L.V.A. relatif au projet d’aménagement de l’îlot Poliveau. (Suite).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2011

40 - 2011, V?u déposé par le groupe E.E.L.V.A. relatif au projet d?aménagement de l?îlot Poliveau. (Suite).

 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je donne la parole à M. TIBERI pour une explication de vote.

M. Jean TIBERI, maire du 5e arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Je ne comprends pas très bien cette passion agressive, et notamment mettant en cause indirectement l?U.M.P., Monsieur MISSIKA, je ne comprends pas.

J?ai organisée moi-même à la mairie du 5e une concertation très large où il y avait un nombre de participants considérable sur ce sujet, car il est important.

Il est important pour le 5e, pour l?université Paris III, il est important pour le Muséum qui est un établissement de grande renommée qu?il faut aussi protéger, et aussi pour les habitants qui ont créé une association.

J?ai convié toutes ces personnalités, les représentants de la Ville sont venus. J?ai regretté que M. MISSIKA ne soit pas venu, il nous aurait permis d?avoir des explications plus fortes. Mais il y avait un représentant de la Ville et un fonctionnaire de qualité, les représentants de Paris III qui poussent beaucoup à cette opération, les représentants du muséum et puis une association de défense.

En définitive, ce que nous avons obtenu de la part du vice-chancelier qui était présent ainsi que le représentant de l?EPAURIF, qui est maître d?ouvrage, c?est que l?avant-projet de M. LAROUTOUROU a été abandonné totalement - si certains étaient venus, ils l?auraient constaté -, ce qui est une avancée considérable.

Nous avons obtenu aussi que l?étude soit remise en place, et que rien ne soit fait sans qu?une nouvelle séance de concertation n?ait lieu avant un an. Et que, d?ici cette période, il y aurait une concertation continue avec les élus du 5e, bien entendu, avec la Ville, avec le Muséum, avec le Rectorat et avec l?association de défense qui défend la qualité de vie et de l?environnement, et avec Paris III bien entendu.

Je crois qu?on peut aussi rechercher des possibilités ailleurs. Le Rectorat a parlé notamment d?une partie de Jussieu qui pourrait être disponible. Tout cela va dans le sens d?une concertation, car il faut trouver un accord qui ne soit pas une opposition des uns avec les autres, notamment en défendant la qualité de vie des habitants du quartier.

C?est pourquoi je ne comprends pas cette passion. Je crois qu?il faut qu?il y ait un accord pour que cette étude se fasse publiquement, et non pas en cachette, et qu?avant toute décision, je dis bien avant toute décision, qu?il y ait une nouvelle concertation.

C?est l?engagement qui a été pris et je m?en félicite.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GAREL, vous avez la parole.

M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.

Je suis à la fois assez content de cette dernière intervention qui fait bien apparaître que la personne qui doit aller s?asseoir à droite de l?U.M.P., c?est plutôt M. MISSIKA qui tient des propos effectivement extrémistes sur ce projet.

Deuxièmement, le fait qu?un représentant de l?Exécutif insulte un maire d?arrondissement de la même majorité n?est pas acceptable. Je pense que cela mérite des excuses, parce que M. MISSIKA ne parle pas en son nom propre mais au nom de l?Exécutif.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Personne ne me redemande la parole ? Moi, je veux bien, allez-y mais soyez court. Soyez bref, Monsieur BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - J?ai été gravement mis en cause par le ?Claude ALLÈGRE? de cette Assemblée. Permettez que je dise quelques mots. Mon intervention n?était absolument pas destinée à remettre en cause les conditions dans lesquelles les étudiants de Paris 3 Censier travaillent, mais simplement la solution qui est préconisée est une mauvaise solution.

Le rapport Laroutourou évoquait d?autres solutions intermédiaires, comme la solution de Jussieu qui dispose de locaux.

Il est possible de sauver le Muséum national d?Histoire naturelle, qui est une institution remarquable en France, sans pour autant que le désamiantage de Censier 3 soit oublié. Il ne s?agit pas de sacrifier l?un à l?autre.

Je ne comprends pas pourquoi autant de fébrilité de la part de Jean-Louis MISSIKA, si ce n?est parce qu?il a sans doute très mauvaise conscience à défendre un projet de l?U.M.P. et qu?il est pour cela amené à dire, comme il le prétend lui-même de ma part, beaucoup de sottises. Nous en avons entendu quelques-unes.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Maintenant, nous allons passer au vote?

Monsieur MISSIKA ?

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint. - Je veux signaler qu?il y a une convergence très claire entre l?U.M.P. et les ?Verts Europe Ecologie?, et que je défends le point de vue d?étudiants et d?enseignants qui sont dans une situation difficile?

Laisse-moi terminer.

? qui sont dans une situation difficile et à qui on dit depuis onze ans maintenant qu?on va leur trouver une autre solution. C?est absolument intolérable et cela ne peut pas continuer comme cela.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur MISSIKA.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe E.E.L.V.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstention ?

La proposition de v?u est repoussée.