Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

91 - 2011, DJS 349 - Subvention et avenant à convention (1.250.000 euros) avec la SASP Paris Saint-Germain Football (16e) pour 2011.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2011

91 - 2011, DJS 349 - Subvention et avenant à convention (1.250.000 euros) avec la SASP Paris Saint-Germain Football (16e) pour 2011.

 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DJS 349 relatif à la subvention et l?avenant à la convention avec la SASP Paris Saint-Germain Football 2011.

La parole est à M. le Président GAREL, pour cinq minutes.

M. Sylvain GAREL. - Beaucoup plus rapide que cela parce que c?est un sujet que nous connaissons bien depuis 10 ans maintenant et je dois dire qu?après des années où je désespérais de voir évoluer à la baisse les subventions au P.S.G., je me réjouis de voir que, depuis deux, trois ans maintenant, nous avons commencé à réduire les subventions au P.S.G. Comme quoi, parfois, la crise peut avoir du bon.

Je pense simplement qu?il faudrait accélérer ce retrait de la Ville des subventions au P.S.G. Quand on voit les salaires que touchent aujourd?hui les footballeurs professionnels, c?est vraiment indécent. Vous avez la Une du Parisien hier qui disait qu?un joueur allait toucher 230.000 euros par semaine, ce n?est pas un joueur du P.S.G., par semaine, ce n?est pas par mois. Vous imaginez, quasiment un million d?euros par mois de salaire pour un joueur en fin de carrière en plus.

Je pense que là, on est vraiment dans le délire total et le P.S.G. racheté une première fois par un groupe de pension américain et maintenant par des émirs qataris, bien sûr, cela participe à cette espèce d?inflation délirante et je crois qu?une collectivité locale comme la nôtre n?a pas vocation à participer à ce système. Ce n?est plus du sport business, c?est du délire business.

Mais, nous tenons compte du fait que la Ville continue à réduire les subventions au P.S.G. et, bien sûr, nous prenons en compte qu?une partie de ces subventions vont vers la Fondation, vers le sport féminin que nous soutenons et, pour cette raison, pour la deuxième année, au lieu de voter contre, nous nous abstiendrons.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Karen TAÏEB, pour cinq minutes.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Effectivement, j?ai fait la conversion. En 2001, la subvention de la Ville pour le P.S.G. était de 42 millions de francs, soit plus de 6 millions d?euros, une somme colossale qui, comme cela a été rappelé par Sylvain GAREL, nous a valu beaucoup de débats fournis, pour ne pas dire tempétueux, lors de nos discussions autour de cette subvention du P.S.G.

Nous pouvons nous féliciter de la façon avec laquelle, Monsieur le Maire, vous avez avec vos adjoints, Pascal CHERKI et aujourd?hui Jean VUILLERMOZ, su appréhender les liens qui unissent la Capitale à son club de foot, j?allais dire, entre passion et sagesse.

Le 27 juin 2002, la Ville de Paris signait, en effet, une convention pluriannuelle de partenariat et d?objectifs plus que nécessaire avec le P.S.G. Une nouvelle convention de partenariat devrait voir le jour au début du printemps 2012 et, dans l?attente de cette nouvelle convention, il s?agit d?approuver aujourd?hui la résiliation anticipée de cette convention en même temps qu?une diminution de 250.000 euros sur la subvention.

Le contexte économique actuel, la crise pour ne pas la nommer, n?est évidemment pas sans lien avec cette diminution. La subvention allouée au club au titre de l?année écoulée sera ainsi portée à 1.250.000 euros, cela n?altérant en rien les relations qu?entretien la Ville avec son club de foot.

Nous pouvons d?ailleurs nous féliciter de la façon avec laquelle le P.S.G. a toujours tout fait pour satisfaire à ses engagements contractuels sur le plan sportif, d?une part, et je pense aux très nombreux supporters de l?équipe parisienne. Nous pouvons nous féliciter effectivement de cette saison 2010/2011 qui peut être considérée comme l?une des meilleures depuis plusieurs années.

En matière de sécurité et de lutte contre la violence, la saison 2010/2011 a été celle de la mise en ?uvre par la direction du club du plan ?Tous P.S.G.? qui avait pour objectif de réorganiser la politique de billetterie et d?abonnement et de favoriser l?accès d?un public familial, notamment gratuité pour les femmes et demi-tarif pour les enfants au Parc des Princes, tout en tenant à l?écart les groupes de supporters les plus violents. Nous avons tous en mémoire la mort de ce supporter parisien de 37 ans, victime d?un tabassage le 28 février 2010 en marge du match P.S.G/O.M.

Le plan ?Tous P.S.G.? et le renforcement des mesures de sécurité à l?extérieur du Parc ont permis de rétablir la sérénité et les tribunes, plutôt désaffectées la saison dernière en raison des tensions, se sont à nouveau remplies à compter du milieu du championnat grâce aux bons résultats enregistrés par le club.

En ce qui concerne le volet formation, le P.S.G. dispose aujourd?hui d?un des meilleurs centres de formation des clubs évoluant en ligue 1.

Des visites du Parc des Princes sont réservées les mercredis aux centres de loisirs de la Ville de Paris et les vendredis après-midi aux enfants des écoles parisiennes.

Le P.S.G. anime également 17 clubs filleuls.

Enfin, les actions menées en vue de promouvoir le football féminin et, en particulier, celles visant à renforcer la place de la section féminine du P.S.G. au sein du club ont pris, elles aussi, plus d?ampleur et nous nous en félicitons.

Nous espérons que la nouvelle direction du club et son Président, M. Nasser Al KHELAIFI réussissent sportivement, mais également continuent et accentuent surtout le travail initié par leurs prédécesseurs contre la violence, le racisme et toutes les formes de discrimination.

J?avais d?ailleurs proposé un v?u il y a quelques années, qui a été voté à l?unanimité, qui suggérait au club P.S.G. l?organisation d?un grand match annuel en faveur d?une grande cause. Je réitère cette proposition au nouveau Président.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Oui, merci. Déjà, dans un premier temps, je tiens à préciser en préambule deux choses. La première est que la subvention qui est soumise au vote du Conseil de Paris aujourd?hui est la subvention de l?année 2011. C?est la seule subvention pour un club de football qui est versée en année civile et qui vient donc à la fin de l?année. En ce qui concerne les autres clubs et les autres associations sportives, les subventions sont versées en année sportive ou en année scolaire. Donc, intervenir sur la subvention en fin d?année est toujours quelque chose de difficile.

La deuxième chose que je voulais dire est que cette subvention est attribuée au Paris Saint-Germain dans le cadre d?une convention partenariale pluriannuelle signée en 1999. J?ai entendu deux, trois choses qui sont vraies. A l?époque, en 1999, la subvention était de 4.500.000 euros, soit environ 30 millions de francs. Elle a été portée jusqu?à 6.600.000 en 2001, puis elle a été ramenée à 2,3 millions en 2002 dans le cadre de la loi Buffet, divisant pratiquement par trois la subvention.

En 2003, elle a été ramenée à 2.150.000 euros pour tenir compte des soutiens d?autres collectivités, notamment Saint-Germain-en-Laye et ainsi ne pas dépasser le plafond autorisé par la loi Buffet.

C?est un petit retour sur le passé qui est tout de même intéressant parce que c?est vrai que depuis, vous allez le voir, la subvention a beaucoup diminué, malgré le retour à de bonnes performances sur le terrain : finale de la Coupe de France, quatrième du championnat en 2011 et actuellement premier ex aequo.

Le Paris Saint-Germain a satisfait en plus à l?ensemble de ses objectifs conventionnels pour l?année 2011. Le bilan des actions du club a été approuvé au mois de juillet dernier par le comité de suivi des grands clubs. Je crois d?ailleurs que Sylvain GAREL y était, ou un de ses représentants du groupe ?Verts?.

Je veux simplement rappeler brièvement quels sont les objectifs de ces actions.

La formation : le P.S.G. est classé neuvième parmi les centres de formation des clubs français, 132 joueurs accueillis en 2011, 8 joueurs de l?effectif professionnel issus de la formation.

Deuxième chose, l?animation sportive : il y a 17 clubs filleuls avec une action auprès des centres de loisirs et des écoles et l?organisation du tournois Paris tout foot, avec 3.000 participants. Enfin, c?est une action de prévention et de lutte contre la violence, avec la mise en ?uvre du plan ?Tous P.S.G.?, dans le but de réorganiser la billetterie et de favoriser l?accès d?un public familial ; cela a été cité par Mme TAÏEB.

J?ajoute les efforts entrepris par le P.S.G. en faveur du football féminin. Cela a été discuté dans la dernière séance du Conseil par M. Sylvain GAREL. Il y a plus 20 % et le triplement du budget, et à l?arrivée de très bons résultats sportifs puisque l?équipe du P.S.G. féminin a gagné le Challenge de France en 2010 et a fini deuxième du championnat en 2011.

Néanmoins, nous vous proposons de réduire la subvention prévue dans la convention de 250.000 euros. Evidemment, nous en avons discuté déjà avec le club. Mais vous l?aurez compris, il n?est pas envisageable pour l?année 2011 de décider d?une baisse plus significative, étant donné que le montant de la subvention est fixé par convention et que le partenaire de la Ville a rempli toutes ses obligations.

Je voudrais dire aussi à M. GAREL que cette baisse n?est pas essentiellement due à la crise, mais c?est aussi une décision raisonnée et à mon avis raisonnable.

Pourquoi je dis cela ? C?est parce qu?il me semble évident que le modèle économique du football professionnel masculin justifiait un réaménagement sensible des modalités du soutien financier apporté par la collectivité publique.

Je rappelle que la Ville n?a pas attendu cette année pour prendre acte de cette réalité, pour réduire la subvention municipale allouée au P.S.G. Mais, de plus, le changement d?actionnaire majoritaire intervenu au P.S.G. cette année conforte ce modèle économique.

Il s?agit donc de la deuxième baisse, lors de cette mandature. La première en 2009 était de 650.000 euros. Celle-ci va porter la baisse totale de la subvention du P.S.G. à 900.000 euros. N?oublions pas une baisse également du marché de billetterie de 400.000 euros en 2009.

J?indique d?ailleurs ma volonté, sans attendre la fin de cette convention en 2014, de renégocier une nouvelle convention dès 2012 avec le P.S.G., qui pourrait se traduire par une baisse supplémentaire et par un recentrage des objectifs fixés au P.S.G. autour de deux aspects principaux : le développement du football féminin et les actions en faveur des jeunes Parisiens.

Je pense qu?il est important que le P.S.G. ait un lien fort avec la Ville de Paris, avec son stade, le Parc des Princes, et avec les acteurs sociaux et sportifs qui ?uvrent dans les quartiers, ainsi qu?avec les autres clubs de la Capitale.

Je crois à la synergie entre le sport de haut niveau et le sport de proximité. Il faut encourager les actions et les liens qui enrichissent le tissu sportif parisien dans son ensemble. C?est donc en ce sens que je souhaite orienter la future convention qui liera le club à la Ville et on aura là l?occasion d?en reparler très prochainement.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 349.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2011, DJS 349).