Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

94 - 2011, DLH 246 - Réalisation par la SGIM d’un programme de résidence sociale de type pension de famille de 27 logements PLA-I, 57-59 rue de Javel (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2011

94 - 2011, DLH 246 - Réalisation par la SGIM d?un programme de résidence sociale de type pension de famille de 27 logements PLA-I, 57-59 rue de Javel (15e).

 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DLH 246 concernant la réalisation par la S.G.I.M. d?un programme de résidence sociale rue de Javel, dans le 15e.

La parole est à Gilles ALAYRAC, pour cinq minutes.

M. Gilles ALAYRAC. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, ce projet de délibération, qui prévoit 27 logements de type P.L.A.I. au sein d?une résidence sociale rue de Javel, dans le 15e arrondissement, illustre parfaitement, concrètement même, la politique que mène la municipalité pour s?efforcer de loger dans la capitale toutes les catégories de population éligibles au logement social.

Dans le cas présent, il s?agira d?un établissement de 27 T1 qui sera géré par Emmaüs et destiné à des personnes isolées avec un faible niveau de ressources.

Je relève d?abord que l?apport de la Ville se monte à 887.000 euros, et celui de l?État à 289.000 euros, ce qui signifie que sans l?effort consenti par Paris, cette opération ne pourrait pas voir le jour.

Cette séance du Conseil de Paris ne se bornera pas à adopter ce seul programme de résidence sociale dans le 15e arrondissement. Il faut se réjouir de la richesse de son ordre du jour, qui a prévu plusieurs autres opérations à caractère social que je veux saluer et citer.

Ainsi, nous est-il demandé de nous prononcer également sur un projet de résidence sociale à Boucicaut qui comportera 49 logements et un foyer d?hébergement pour personnes autistes.

Je ne serai pas complet si je n?évoquais pas un projet au 86 rue de Lourmel, qui prévoit un E.H.P.A.D. de 101 logements, ainsi qu?une résidence sociale, de 25 logements, destinée aux femmes victimes de violences.

La majorité de droite du 15e évoque souvent la fierté de l?arrondissement d?accueillir un grand nombre de structures à caractère social, en particulier pour les plus démunis et les malades.

Mais elle oublie de dire qu?avec 240.000 habitants, cet arrondissement, le plus peuplé de Paris, peut bien consentir quelques efforts en faveur de ceux qui en ont le plus besoin.

Mes chers collègues, sachez que cette même majorité fait preuve d?une générosité sélective.

Quand il s?agit d?ouvrir quelques chambres pour jeunes travailleurs dans le futur patronage laïque, elle vote contre ; quand il s?agit d?ouvrir une résidence pour étudiants et jeunes travailleurs rue Castagnary, elle vote contre et mène un combat acharné contre ce projet.

Enfin, et c?est sans doute le plus significatif de sa vision très particulière de l?humanisme et de la solidarité, elle mène aujourd?hui une campagne contre les résidents du nouveau centre d?hébergement du Samu social de la rue Oscar Roty à travers des réunions de mobilisation des riverains, des tracts et des courriers d?élus aux habitants.

Il ne nous a pas échappé à nous, élus de gauche, la façon dont ce centre a ouvert cet été, et la façon dont il a été accueilli. Ainsi, le maire du 15e a-t-il évoqué en conseil d?arrondissement une décision, je cite : ?malencontreuse et brutale de la Ville?.

Le député M. LAMOUR, pas en reste, a pour sa part écrit aux habitants, dans un courrier digne de la droite populaire, pour se vanter d?avoir obtenu, je cite : ?par les forces de police l?éviction systématique des personnes très marginalisées de la voie publique?.

Plutôt que de stigmatiser ces personnes en grande difficulté, il eût mieux valu que l?U.M.P. se préoccupât, dès l?installation du centre, de son ouverture 24 heures sur 24, et de sa bonne intégration à la vie du quartier.

Mais pour en revenir au projet de délibération qui nous occupe maintenant, mon groupe se réjouit de ce programme de résidence sociale dans un quartier où le logement social n?est pas surreprésenté.

Tout ce qui va et ira dans ce sens, Monsieur MANO, est et sera le bienvenu. Face à la crise, la réponse, ce n?est pas l?égoïsme, ce n?est pas le populisme tel que le pratique la droite du 15e, c?est la solidarité, la solidarité dont fait preuve la Municipalité, et donc les Parisiens !

Merci.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur ALAYRAC.

Pour vous répondre, la parole est à M. Jean-Yves MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Notre Conseil de Paris permet d?avoir un dialogue indirect, via mon intermédiaire, entre les élus du 15e de la majorité et de l?opposition. Soit. Monsieur ALAYRAC, vous mettez bien souvent en évidence tous les efforts de la Ville de Paris en matière de développement du logement, quel qu?il soit, sur le territoire du 15e.

C?est l?occasion pour moi, d?ailleurs, de présenter un bilan rapide de la production annuelle du logement social pour l?année 2011, puisque nous avons près de 4.000 logements familiaux, 555 foyers de jeunes travailleurs, 510 rénovations de foyers de travailleurs migrants, 169 places en maison relais ou résidences sociales, 68 places en centre d?hébergement, et 483 places pour personnes âgées ou handicapées, également 326 places pour résidences étudiants : voilà la diversité et l?immense effort de la Ville de Paris, une fois de plus, au service des Parisiens !

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur MANO.

Je suis saisie d?une demande d?explication de vote du groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme de CLERMONT-TONNERRE.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Je tiens à protester contre les propos grotesques et caricaturaux que vient de tenir mon collègue Gilles ALAYRAC sur les élus du 15e, et rappeler que dans le 15e arrondissement, depuis le mois de mars 2008, notre majorité a voté 2.708 logements sociaux.

À bon entendeur, salut !

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 246.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2011, DLH 246).