Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DJS 426 - Autorisation à M. le Maire de Paris de lancer un marché selon la procédure du dialogue compétitif pour assurer la gestion technique globale du stade Charléty (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DJS 426 concernant le stade Charléty.

Monsieur NAJDOVSKI, vous avez la parole.

 

M. Christophe NAJDOVSKI. - Depuis sa reconstruction, il y a une dizaine d?années, le stade Charléty se cherche un public. Le succès récent du meeting d?athlétisme ?Décanation? organisé début septembre n?est que l?arbre qui cache la forêt. Sans club résident, le stade de la porte de Gentilly n?a pas de destination précise. La construction du Stade de France n?a pas arrangé les choses et les compétitions d?athlétisme qui se déroulaient autrefois à Charléty sont presque toutes parties au Stade de France.

L?exposé des motifs du projet de délibération qui nous est soumis ne cache d?ailleurs pas le problème de la sous-utilisation chronique et de l?absence d?animation et de programmations dont souffre Charléty. Aussi, alors que la Ville de Paris va bientôt reprendre en régie directe la gestion et l?animation de ce stade, nous pouvons légitimement nous poser la question suivante : à quoi sert ce stade ? La Ville de Paris a-t-elle un projet pour Charléty pour lequel elle débourse aujourd?hui chaque année un million d?euros ?

C?est la question que je vous pose et je crois qu?une réflexion sera lancée très bientôt par M. CHERKI. Je pense que la Ville doit quand même nous donner un certain nombre d?indications sur ce qu?elle compte faire de cet équipement qu?elle va reprendre en gestion.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur CHERKI, vous avez la parole.

M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission.

- Vous avez très bien posé la problématique, Monsieur NAJDOVSKI, en expliquant que le problème de Charléty, c?était la sous-utilisation de son stade. Sinon, pour le reste des espaces, cela peut mieux fonctionner, mais cela fonctionne. La salle Charpy accueille de nombreux clubs de quartier et aussi le club de volley professionnel de Paris Volley. Concernant les autres espaces, par exemple le terrain annexe, le terrain de football que nous allons refaire cette année accueille le P.U.C. qui est le premier club de football par le nombre de licenciés en France.

Il y a deux options possibles. Soit nous sommes capables à très court terme d?y faire venir un club résidant. Peut-être que cela nécessitera de faire des travaux d?adaptation du stade car ce ne sera pas un club résident d?athlétisme. C?est une option.

Soit, si tel n?est pas le cas à ce moment-là, et les deux réflexions sont mises en parallèle, il faut avoir une autre approche envers les fédérations. C?est une des raisons, pas la seule, qui motive la reprise en régie, non pas de l?entretien mais de l?exploitation du stade. Car ce que l?on avait constaté, c?est qu?y compris la grille tarifaire, qui avait été établie au moment de la délégation de service public, freinait un certain nombre d?activités puisqu?elle était modulée en fonction du nombre de spectateurs.

A partir du moment où nous reprendrons la gestion en régie du stade, nous pourrons, s?il n?y a pas de club résident, être plus dynamiques en allant vers un certain nombre de fédérations et en proposant à un certain nombre de sports, qui aujourd?hui n?ont pas la possibilité par leur taille et le nombre de leurs spectateurs d?aller au stade de France et au Parc-des-Princes, de faire des compétitions au stade de Charléty. Notre volonté est de le faire vivre.

C?est la réflexion que nous avons eu. Nous pensons nous ne sommes pas dogmatiques sur les réflexions DSP Régie - que pour que cela fonctionne bien il faut le prendre en régie. Nous reviendrons vers vous une fois achevées les consultations avec les fédérations, avec la mairie du 13e arrondissement et celle du 14e arrondissement, ce qui est en cours.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 426.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DJS 426).