Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

18 - 2011, DASES 408 G - Subvention (10.000 euros) à l'association La Bagagerie d'Antigel (15e). Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la subvention attribuée à l'association "Bagagerie d'Antigel".

Débat/ Conseil général/ Décembre 2011

18 - 2011, DASES 408 G - Subvention (10.000 euros) à l'association La Bagagerie d'Antigel (15e). V?u déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la subvention attribuée à l'association "Bagagerie d'Antigel".

 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons au projet de délibération DASES 408 G, sur lequel le groupe U.M.P.P.A. a déposé la proposition de v?u n° 8 G. Il s'agit d'une subvention de 10.000 euros à l'association "Bagagerie d'Antigel" dans le 15e arrondissement.

Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT présente le v?u ou intervient sur le projet de délibération et Mme TROSTIANSKY répondra ensuite.

Vous avez la parole, Madame.

Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - Monsieur le Président, mes chers collègues, en fait, mon intervention a tout simplement pour but de faire réparer une injustice et permettre à l'association "Bagagerie d?Antigel" d'obtenir la subvention de 30.000 euros qu'elle a demandée pour couvrir le règlement de son logement.

En effet, cette association, qui a été créée en 2009, touche aujourd'hui 50 S.D.F., c?est-à-dire que 50 personnes, aujourd'hui, peuvent se rendre à la Bagagerie et y laisser leurs affaires.

De plus, grâce à son action d'accompagnement social, sept personnes ont déjà définitivement quitté la rue.

Avec ses 70 bénévoles, "Bagagerie Antigel" fait en réalité le même travail que la "Bagagerie des Halles". Or, elle n'est pas traitée sur le même pied d'égalité.

En effet, alors que le Département prend intégralement en charge l?hébergement et charges y afférent de la Bagagerie des Halles, elle pénalise "Bagagerie d?Antigel" en ne lui attribuant que 10.000 euros sur les 30.000 demandés pour régler son loyer à la S.G.I.M. Je rappelle que ce loyer avait déjà été un petit peu baissé grâce à l'intervention du maire du 15e.

Votre proposition, si elle était votée en l'état, serait injuste mais aussi incompréhensible au regard que la collectivité parisienne porte à ce type d'action et à ce type de structure, car l?association a besoin de ces 30.000 euros pour continuer à mener son travail dans le 15e.

L'argument de l'excédent de son compte de résultat, comme je l'ai fait remarquer en Commission, ne tient pas, car il a été affecté à l'amélioration de l'accueil.

C'est pourquoi le v?u que nous avons déposé a pour objectif de rétablir cette situation et de permettre ainsi de traiter l'association "Bagagerie d?Antigel" sur le même pied d'égalité que les Halles et donc de lui attribuer les 30.000 euros demandés ou alors d'obtenir de la S.G.I.M. la gratuité de son loyer.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame CHÉRIOUX de SOULTRAIT.

Je donne la parole à Mme Olga TROSTIANSKY pour vous répondre.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Président, la place prépondérante des dépenses de notre collectivité en faveur des sans-abri est, je crois, indiscutable et, je le redis inlassablement, dépasse nos compétences obligatoires. Un simple coup d'oeil au bleu budgétaire "insertion et lutte contre l'exclusion" suffit à comprendre le très grand soutien apporté par notre collectivité aux associations travaillant auprès des sans-abri pour les aider notamment dans leur vie quotidienne.

Le quotidien pour un S.D.F., c?est aussi pouvoir entreposer ses bagages en toute confiance pour entreprendre des démarches ou encore être libre de ses mouvements. Cette possibilité est offerte dans certains accueils de jour, ainsi que dans les cinq bagageries qui ont vu le jour à Paris depuis quelques années dont Antigel.

Contrairement à ce que sous-entend Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT, nous n'appliquons pas de règles différentes selon les associations. Les subventions sont calculées en fonction d'éléments objectifs portant sur les ressources, les dépenses et l'activité.

Madame CHÉRIOUX de SOULTRAIT, vous considérez que les 10.000 euros proposés sont insuffisants, l'association ayant fait une demande de 30.000 euros.

Je voudrais apporter quelques éléments précis, chiffrés. C'est évidemment très volontiers que nous avons accordé à cette association une subvention exceptionnelle de 10.000 euros pour l'aider à démarrer l'an dernier. Cette subvention est donc renouvelée cette année pour le même montant.

Le budget 2011 présenté par l'association s'élève à 55.500 euros. Le Département est sollicité pour 30.000 euros, soit plus de la moitié, et la DRIL, donc l'Etat, uniquement pour 10.000 euros. Le Département a reconduit la subvention allouée en 2010. L'association "Antigel" n'a pas échappé aux réductions budgétaires appliquées par l'Etat qui lui a accordé 9.700 euros contre les 10.000 en 2010.

Autre élément : les comptes de l'association présentent un excédent de plus de 15.000 euros. Sans entrer dans une énumération de chiffres, les différentes subventions et les dons permettent de couvrir la quasi-totalité des dépenses envisagées.

Monsieur le Président, je voulais vraiment suggérer à Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT, plutôt que de solliciter toujours et davantage la collectivité parisienne, de demander qu'elle alerte le Gouvernement sur les besoins de cette association. Je pense que l'on pourrait également suggérer à Mme Valérie PÉCRESSE d'utiliser les excédents du Fonds d'aide au relogement d'urgence pour aider les associations en difficulté financière, plutôt que de le consacrer à l'achat de gilets pare-balles.

Je n'invente rien, Monsieur le Président, malheureusement ! On peut se reporter au compte rendu de la séance de l'Assemblée nationale du 2 décembre où cette proposition a été faite par Mme PÉCRESSE et, devant le tollé général qu'elle a suscité, elle a fini par être retirée.

Voilà !

Peut-être, autre élément pour revenir sur l'association "Antigel" et cette bagagerie : on a 55 casiers qui sont prévus ; seuls 32 qui sont occupés, ce qui est assez normal parce qu?il faut laisser à la bagagerie le temps de monter en charge. Le montant de la subvention sera donc réexaminé l'année prochaine, en fonction de la montée en charge de l'activité.

Voilà, Monsieur le Président, au vu de ces différentes explications, je propose à Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT de retirer son v?u et, s'il n'est pas retiré, je demanderais que l'on vote contre.

M. Christian SAUTTER, président. - C'est très clair.

Madame CHÉRIOUX, retirez-vous votre v?u ?

Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - Je ne retire pas mon v?u, je maintiens les propos que j'ai tenus concernant l'activité et la nécessité d'aider cette association pour la prise en charge de son loyer.

M. Christian SAUTTER, président. - Bien.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A. assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 408 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DASES 408 G).