Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DRH 36 - Création d’un emploi de délégué(e) au cinéma de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


 

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DRH 36 portant sur la création d?un emploi de délégué(e) au cinéma de la Ville de Paris.

La parole est à M. DOMINATI.

A vous !

M. Laurent DOMINATI. - Je me rappelais qu?il y avait un

M. Sécurité routière. A vrai dire, je m?interroge sur la création de ce M. ou cette Mme Cinéma. Pourquoi M. ou Mme Cinéma plutôt que M. ou Mme Musique, ou M. ou Mme Théâtre, ou M. ou Mme Arbre ou Gazon ou Vélo ?!

Je ne comprends pas très bien pourquoi créer un poste particulier sur l?objet même du cinéma. Il y a un adjoint à la culture, il y a un cabinet, il y a des gens - je ne doute pas - extrêmement compétents qui travaillent à ses côtés, il y a une direction des Affaires culturelles extrêmement compétentes, et ce, depuis des années. Pourquoi faire un sort à M. ou Mme Cinéma et pourquoi pour le cinéma en particulier ? Qu?est-ce qui justifie une délibération particulière pour ce poste ?

Je n?ai pas souvenir qu?il y ait de tels exemples et je m?interroge sur la création particulière de ce poste et sur? même pas sur les salaires, c?est un salaire de 8.000 euros. Peut-être faut-il un M. ou une Mme Cinéma pour 8.000 euros, mais pourquoi pas pour le théâtre ou la musique ? Bref.

La Ville de Paris a une administration qui travaille notamment, à la Direction des Affaires culturelles, à la promotion du cinéma depuis de très longues années. Ce n?est pas d?aujourd?hui qu?il y a un festival du cinéma à Paris, qu?il y a des salles indépendantes à Paris, ce n?est pas d?aujourd?hui que Paris est en fait mondialement la capitale du cinéma.

Vous listez d?ailleurs une série d?actions qui sont anciennes et, donc, je me demande vraiment pourquoi il y a ce projet de délibération particulier sur ce sujet et pas sur d?autres et pourquoi, aujourd?hui, on a besoin d?avoir ce poste et ce salaire.

 

A mon avis, la Direction des Affaires culturelles est tout à fait compétente pour agir dans ce sens et elle le fait depuis très longtemps. Je vous demande de répondre à ces interrogations et de nous éclairer, à moins que ce ne soit une nouvelle politique de recrutement de la Ville et, à ce moment-là, cela signifie que, bientôt, on aura beaucoup de M. et de Mme Cinéma. Dans ce cas, vous avez le droit de dire que l?administration et les fonctionnaires de la Ville, ce ne sont pas eux qui doivent mener de telles actions et on va recruter spécifiquement ailleurs des professionnels de la profession ou d?autres personnes hautement qualifiées.

A ce moment-là, il y a infiniment de domaines dans lesquels le faire. Ma question est double : quelle est la justification de la création particulière de ce poste ? Deuxièmement, est-ce le premier poste, la première hirondelle, qui annonce de multiples hirondelles, c?est-à-dire de multiples postes créés dans différents secteurs de la Ville ou cela restera-t-il une exception et, alors, pourquoi ?

Je vous remercie.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Merci.

Monsieur DAGNAUD, pouvez-vous éclairer M. DOMINATI sur ces prémices de vols d?hirondelles ?

M. François DAGNAUD, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Chers collègues, la Mission Cinéma, vous le savez, a été créée en janvier 2002, avec pour mission de renforcer la politique en faveur du cinéma et de définir de nouvelles orientations en vue de maintenir la Ville de Paris comme capitale de tous les cinémas.

La Mission Cinéma a su développer avec succès la politique municipale en faveur du cinéma, avec notamment la création d?un fonds de soutien aux salles indépendantes parisiennes, par l?éducation des jeunes Parisiens au cinéma, par le biais de différents dispositifs, écoles et collèges, le ciné-crèche, mais aussi par le soutien des festivals comme ?Paris Cinéma?.

C?est la raison pour laquelle, compte tenu de l?ampleur des tâches et des missions supplémentaires qu?a en charge cette mission, il a semblé logique et utile de requalifier l?emploi de responsable de la mission cinéma en emploi de délégué.

Dans cette perspective, il est proposé de créer un emploi de délégué au cinéma qui pourra être occupé par un agent titulaire ou, à défaut, par un agent contractuel. Je veux insister sur le fait qu?il ne s?agit que d?une transformation d?emploi, gagée par la suppression d?un emploi de chargé de mission et justifiée par le haut degré de spécialisation demandé et de la responsabilité fonctionnelle affirmée que requiert le poste.

Un dernier mot sur la seconde de vos interrogations, Monsieur DOMINATI. Je veux apporter un démenti sans appel au chiffre volontairement provocateur que vous avez annoncé et qui ne repose sur rien. Les 8.000 euros que vous avez annoncés ne correspondent à aucune réalité. Je ne suis pas en mesure de vous dire quel sera le niveau exact de rémunération du délégué, pour la simple raison que, le choix n?étant pas fait, le montant de la rémunération sera fonction de l?ancienneté, du grade, de l?expérience, du profil du candidat ou de la candidate qui sera in fine retenu, mais le plafonnement prévu est très en deçà des 8.000 euros que vous annoncez.

Je souhaite, en conséquence, que chacun oublie ce chiffre fantaisiste et retienne les informations fondées que je vous donne.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, président. - Merci, Monsieur DAGNAUD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DRH 36.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DRH 36).