Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme Isabelle GUIROUS-MORIN et les membres du groupe “Les Verts” concernant les locaux du siège social actuel de l’O.P.A.C.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Mes chers collègues, nous passons à l?examen du v?u référencé n° 39 dans le fascicule du groupe ?Les Verts?, qui ne se rattache à aucun projet de délibération, relatif aux locaux du siège actuel de l?O.P.A.C.

La parole est à Mme Isabelle GUIROUS-MORIN.

 

Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, comme précisé dans les attendus de ce v?u, le transfert de l?ensemble des services et du siège de l?O.P.A.C. dans un site unique, et plus particulièrement l?achat de nouveaux locaux, était conditionné pendant les débats au Conseil d?administration par la location du siège actuel.

Cette opération présentée comme très rentable par le Président de l?O.P.A.C. devait permettre de couvrir financièrement l?achat du nouveau siège. Quelle ne fut pas la surprise de l?ensemble des administrateurs de l?O.P.A.C. lorsque au dernier Conseil d?administration, le Président nous proposa la vente de l?hôtel Lebrun, de son jardin et des bâtiments attenants.

Cette proposition précipitée et non concertée de vendre le patrimoine de l?O.P.A.C. a été reçue très fraîchement au Conseil d?administration, qui a demandé à son Président de réviser sa copie. Il devra nous présenter en octobre un projet plus construit.

Aussi, le groupe ?Les Verts? au Conseil de Paris a souhaité mettre au débat de notre Assemblée un certain nombre de propositions relatives à la vocation du lieu. Notamment, une étude de rentabilité pour l?implantation d?un équipement public devrait pouvoir confirmer qu?une telle opération permettra d?apporter des fonds récurrents à la Ville ; de ne pas revendre le patrimoine de l?O.P.A.C. ni celui de la Ville en prenant le risque qu?il soit racheté par des capitaux étrangers ; de faire en sorte d?implanter sur ce site un programme qui allie la mixité sociale à la mixité générationnelle.

Faisons de cette opération un exemple de ce que fait la Ville pour les Parisiennes et les Parisiens en matière de vie étudiante, de vie des personnes âgées et d?accueil des plus petits.

C?est pourquoi le Conseil de Paris, sur proposition des élus du groupe ?Les Verts?, émet le v?u que l?hôtel Lebrun ne soit pas mis en vente. Au contraire, il demande à M. le Maire de Paris d?intervenir afin que, soit les actuels locaux de l?O.P.A.C. soient mis en location, soit que l?hôtel Lebrun et les bâtiments attenants propriété de l?O.P.A.C. ainsi que leurs jardins fassent l?objet d?une étude pour une opération mixte ?Ville/Office? à effet d?orienter la vocation du site vers des équipements publics à définir dans la concertation.

Merci.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour répondre la parole est à M. Jean-Yves MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - C?est toujours avec intérêt que j?entends Mme GUIROUS-MORIN parler de l?O.P.A.C. dans cette Assemblée. Je rappellerai simplement que les décisions de l?O.P.A.C. se prennent au sein du Conseil d?administration de l?O.P.A.C., dans lequel notre illustre Assemblée n?a que 7 représentants sur 21. Il revient donc également aux autres administrateurs de se prononcer conformément au rôle que leur accorde leur mandat.

Sur le fond du dossier, effectivement l?O.P.A.C. de Paris a décidé de concentrer l?ensemble de ses services dans un seul et même bâtiment situé dans le 5e arrondissement, rue Claude-Bernard, l?ancien siège social du ?Monde?. Cela remplacera trois bâtiments aujourd?hui disséminés sur le territoire parisien. Ce qui permettra plus de fonctionnalité et d?efficacité.

A partir de là, se pose le problème du devenir de l?immeuble aujourd?hui occupé par le siège. Et contrairement à ce que dit Mme GUIROUS-MORIN, si la location était envisagée, ce n?était pas uniquement la seule option puisque la vente pouvait également être proposée.

 

De plus, je rappelle qu?un office public H.L.M. n?a pas vocation à gérer des biens qui ne correspondent pas à sa finalité sociale. Et on imagine bien que l?hôtel Lebrun, vu sa conception, est peu compatible à une finalité sociale?

C?est pourquoi nous nous dirigeons, et cela sera proposé lors du prochain Conseil d?administration de l?O.P.A.C., vers une solution mixte. Nous réaliserons donc du logement social sur l?un des bâtiments qui enserrent l?hôtel Lebrun et le reste sera proposé à la vente. Cela dégagera ainsi des marges financières pour l?O.P.A.C., permettant d?alimenter ses fonds propres nécessaires à toutes les opérations dont les PALULOS qui sont de plus en plus mal financées - il faut le dire - par l?Etat. Elles sont financées à hauteur de 5 % seulement et il faut bien que l?O.P.A.C. puisse, pour améliorer le service locataire, dégager des moyens financiers.

Voilà les propositions qui seront faites au Conseil d?administration et qui respectent à la fois la vocation sociale de ce site et la nécessité de trouver des fonds compensant le désengagement de l?Etat.

Je rajouterai que, bien évidemment, ce site a d?abord été proposé à la Ville de Paris. Il nous a été répondu qu?il n?y avait pas de projet possible pour la Ville sur ce site.

Je vous propose de rejeter le v?u du groupe ?Les Verts?.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. Madame GUIROUS-MORIN, vous maintenez ce v?u n° 39?

Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Oui merci, Madame la Maire.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.