Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

12 - 2012, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif au projet de transfert du service de pneumologie de l’hôpital Saint-Antoine vers l’hôpital Tenon. Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au maintien du service de pneumologie de l’hôpital Saint-Antoine. Vœu déposé par l’Exécutif.

Débat/ Conseil général/ Février 2012

12 - 2012, V?u déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif au projet de transfert du service de pneumologie de l?hôpital Saint-Antoine vers l?hôpital Tenon. V?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au maintien du service de pneumologie de l?hôpital Saint-Antoine. V?u déposé par l?Exécutif.

 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons maintenant les v?ux référencés nos 4 G, 5 G et 5 G bis dans le fascicule, déposés par les groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et par l?Exécutif, relatifs au service de pneumologie de l?hôpital Saint-Antoine.

La parole est à M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE. - Je laisse la parole à Mme Karen TAÏEB.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est donc à Mme Karen TAÏEB.

M. Alexis CORBIÈRE est également inscrit.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Madame la Présidente.

Il s?agit effectivement d?un v?u contre la fermeture du service de pneumologie à l?hôpital Saint-Antoine. Un v?u commun aux élus du groupe PS-RGA des 11e et 12e arrondissements, qui a été porté par M. Patrick BLOCHE, Mme Michèle BLUMENTHAL, Mme Sandrine CHARNOZ et moi-même.

Je l?ai d?ailleurs présenté lors du Conseil du 12e arrondissement. J?ai été, durant six années, présidente de la commission de surveillance de l?hôpital Saint-Antoine. J?ai pu voir, au cours de ces dernières années, à quoi ressemble en vrai la politique de restructuration de l?hôpital, une politique déstructurant tout sur son passage, sans concertation avec le personnel soignant, les élus et les usagers qui sont les premiers concernés.

J?ai, lors de cette dernière commission de décembre, accueilli le personnel de deux services qui étaient en grève, celui d?hématologie sur lequel je reviendrai avec un second v?u et celui de pneumologie, service qui est donc menacé de fermeture à Saint-Antoine. Comme si la fermeture désormais effective de la maternité de Saint-Antoine n?avait pas suffi, l?hémorragie de suppressions d?emplois, de suppressions de lits et de fermeture transferts de service se poursuit à l?A.P.-H.P., et notamment au niveau des hôpitaux de Paris Est. Une politique de santé qui, on le voit, est menée à la hache et qui rime surtout avec rentabilité.

Ce projet vise donc à transférer le service de pneumologie à Tenon, supprimant au passage 15 postes, 10 lits d?hospitalisation sur le site accueillant, alors que Saint-Antoine se veut être une référence en matière d?urgence. Les patients accueillis en urgence dans ce service de pneumologie ont en général besoin d?une assistance respiratoire, sont immunodéprimés, en défaillance multiviscérale. Ils sont, pour 75 % d?entre eux, atteints de cancer du poumon.

Le personnel soignant de l?hôpital Saint-Antoine émet ses plus grandes réserves quant à la capacité de l?hôpital Tenon de pouvoir accueillir leurs activités dans de bonnes conditions. Ils sont très inquiets pour leurs patients et c?est pourquoi nous demandons par ce v?u l?annulation de ce projet de fermeture du service de pneumologie à Saint-Antoine.

Nous souhaitons aussi que la nouvelle directrice de l?A.P.H.P., Mme FAUGÈRE, vienne rendre visite au personnel soignant de Saint-Antoine, afin de mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain, car la restructuration des hôpitaux fait bien plus de mal dans la vraie vie que dans les bureaux de l?A.P.-H.P.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à M. Alexis CORBIÈRE.

M. Alexis CORBIÈRE. - Une minute. Il s?agit d?un v?u qui défend Saint-Antoine, tel que cela vient d?être dit, mais si j?ai considéré que je maintenais mon v?u, notamment dans le 12e arrondissement, c?est que je crois qu?il fallait parler clair vis-à-vis des personnels et leur dire clairement que nous souhaitions l?abandon d?un projet de fusion, sans condition aucune et sans ambiguïté, car c?est cela que nous demandent les personnels à juste raison. Non pas qu?à partir du moment où certaines conditions, où à partir du moment qu?un dialogue se renouerait, nous pourrions discuter de l?abandon du service de pneumologie. Donc il me semble que le v?u que je vous présente est plus clair.

Également, le problème n?est pas seulement un dialogue entre les personnels et la direction, car ce serait considérer qu?il y aurait un problème de communication sur Saint-Antoine, ce qui quand on connaît le dossier ramènerait les choses tout de même à une certaine ambiguïté.

Donc, je ne demande pas cela mais je dis clairement, parce que cela a été dit et que le débat est clairement posé, que l?on maintienne tous les emplois médicaux sur le site, que l?on refuse ce projet de fusion du centre de pneumologie et que l?on dise clairement que nous refusons le fait que cette politique remette en cause la qualité du service public hospitalier à Saint-Antoine.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à M. LE GUEN.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Merci, Madame la Présidente.

Pour notre part, nous vous proposons le retrait de votre proposition et l?adoption d?un v?u de l?Exécutif qui reprend l?ensemble des interpellations.

Chacun est sensible plutôt qu?à l?idée de se démarquer d?essayer de trouver des solutions, parce qu?on est quand même dans un domaine qui mérite évidemment autre chose qu?une approche un peu simpliste. Il faut rentrer dans le détail, y compris pour convaincre et pour avancer.

C?est pourquoi nous pensons que le v?u que nous proposons aujourd?hui, alors même que se tient d?ailleurs une réunion entre l?équipe du service, le directeur du groupement hospitalier, ainsi que la direction générale de l?assistance publique, nous souhaitons pour notre part insister sur différents éléments qui sont de nature à faire avancer les choses. En tout cas, nous le souhaitons.

C?est pourquoi, tout en approuvant donc l?esprit des différents v?ux qui ont été proposés, nous souhaitons que l?on renonce au projet actuel de transfert du service de pneumologie vers l?hôpital Tenon et que l?on reprenne la concertation, ce qui n?est pas un problème de communication, mais tout simplement un problème d?élaboration d?un projet médical.

C?est cela qui nous semble la question essentielle et sans doute la préoccupation des gens du service en question. C?est bien d?essayer de mettre en avant la problématique médicale et non pas la problématique comptable, comme cela semble être le cas jusqu?à présent. Et autour d?un projet médical, on doit pouvoir effectivement réfléchir à la manière dont on doit revoir la copie du point de vue de ce qui a été proposé jusqu?à présent.

Evidemment, il nous paraît tout à fait essentiel de réfléchir non seulement en termes de service en tant que tel, mais aussi d?assurer les capacités d?accueil en aval des urgences de Saint-Antoine, ce qui pourrait donner un argument supplémentaire pour plaider en faveur du maintien de ce service.

Voilà l?objet du v?u de l?Exécutif.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je me retourne vers les auteurs des v?ux initiaux pour leur demander s?ils acceptent de les retirer, sachant qu?il y a un v?u de l?Exécutif.

Monsieur CORBIÈRE ?

M. Alexis CORBIÈRE. - J?ai compris, je souhaite donner une explication de vote.

Je goûte toujours avec plaisir le fait que je me fais caractériser comme simpliste, ce qui est une façon tout à fait sympathique de poser le débat, mais permettez que le simpliste que je suis, voire même un peu crétin puisque de gauche, a compris l?enjeu du débat.

Cela dit, vu que le v?u proposé ne contient plus les ambiguïtés précédentes et est effectivement une évolution tout à fait claire de la situation, je me range derrière ce v?u qui dit clairement que nous refusons la fermeture du centre de pneumologie et que nous refusons la politique de regroupement, tel que les personnels et l?ensemble des usagers le demandent.

Merci, de la part d?un simpliste.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Madame TAÏEB, acceptez-vous de retirer votre v?u ?

Mme Karen TAÏEB. - J?accepte effectivement de retirer ce v?u puisque le v?u de l?Exécutif reprend la teneur des deux v?ux, parce que j?invite M. Alexis CORBIÈRE à relire le v?u qui a été déposé en Conseil de Paris, qui n?est pas le même que celui qui a été déposé en Conseil d?arrondissement.

Voilà.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Pas de dialogue. Donc, les deux v?ux initiaux sont retirés au profit du v?u de l?Exécutif.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Je n?ai jamais pensé un instant que la vision politique de notre collègue, M. CORBIÈRE, était simpliste. Je connais au contraire la subtilité considérable, à la fois de sa personnalité et de son engagement politique.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je m?associe à cette remarque, bien sûr.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2012, V. 4 G).