Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DJS 201 - Approbation d’une convention d’objectifs entre la Mairie de Paris et l’association dénommée Centre de formation de football de Paris, dont le siège social est situé 4, place du Louvre (1er). - Attribution d’une subvention de fonctionnement à ladite association, au titre de ses activités sportives parisiennes pour la saison sportive 2005-2006. - Montant : 60.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons le projet de délibération DJS 201 concernant l?approbation d?une convention d?objectifs entre la Mairie de Paris et l?association ?Centre de formation de football de Paris? situé dans le 1er arrondissement. Attribution d?une subvention de fonctionnement à l?association pour ses activités sportives parisiennes pour un montant de 60.000 euros.

Je donne la parole à M. DOMINATI.

M. Laurent DOMINATI. - M. l?Adjoint au Maire chargé du sport a aujourd?hui invité le Conseil de Paris à observer les conventions passées avec différents clubs. Il fait état donc des différents engagements des différents clubs, le Paris Saint-Germain, le Paris Football Club, le Stade français, etc. Les conventions passées avec la Ville comportent toujours un volet formation. Dans la mesure où cette délibération concerne un Centre de formation pour le football qui bénéficie d?une subvention de 60.000 euros et où ce club forme plusieurs centaines de jeunes footballeurs, j?aurais aimé, à l?avance, connaître les critères d?attribution des subventions de la Ville en fonction des jeunes footballeurs formés, car ce Centre de formation - je crois qu?il a été créé dans les années 1970 et il est soutenu par la Ville depuis cette époque-là -, forme des jeunes footballeurs depuis longtemps et c?est un club qui marche très bien.

A l?avance, je demande donc que l?on établisse, pour ces actions de formation - puisque ce sont ces mêmes types de formation qui sont délivrés dans d?autres clubs, encore qu?en ce qui concerne le Paris Saint-Germain, si j?ai bien lu les documents que vous nous avez envoyés, le club de formation intra muros n?est pas encore constitué -, des critères de subvention en fonction du nombre de jeunes formés, car, là encore, nous aurions une grille de critères beaucoup plus simples. Je ne doute pas qu?à ce moment-là, ces clubs de formation bénéficient de subventions peut-être plus conséquentes par rapport aux grands clubs qui auraient peut-être droit à d?autres subventions mais selon d?autres critères.

Voilà l?objet de mon intervention. Il me semble que, dans toutes ces actions, qui visent à donner des aides à des clubs, que ce soit pour une action sportive ou pour une action sociale, la Ville de Paris ferait bien d?établir une grille de critères simples.

Ce n?est pas aujourd?hui que nous allons observer et voter la convention concernant le Paris Saint-Germain, mais puisqu?il s?agit là d?un club de formation qui ne fait que de la formation et qui n?a, oserais-je dire, que 60.000 euros, eh bien, vous pouvez donc vous préparer à répondre à d?autres questions de ce type dans les prochains Conseils et pour les autres projets de délibération.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Monsieur CHERKI, vous avez la parole.

M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission.

- D?abord, Monsieur DOMINATI, le Centre de formation est un club de football comme un autre. D?ailleurs, le fait qu?il s?appelle centre de formation pose un problème, non pas chez nous mais du côté des autorités du football amateur, notamment la Ligue Ile-de-France, qui avait le sentiment qu?ils s?arrogeaient un nom institutionnel alors que c?est un club au même titre, par exemple, que le C.A. Paris, que la Nicolaïte de Chaillot, etc.

Ne vous arrêtez pas sur le nom ?centre de formation du football de Paris?. Ce n?est pas le centre de formation du football de Paris, c?est un club comme un autre.

Dont acte, Monsieur DOMINATI, mais à votre intervention, ce n?est pas ce que j?avais cru comprendre. C?est pourquoi je me permettais de faire cette précision liminaire.

Deuxième élément : la question des critères de subvention, que vous posez maintenant, qui n?existait pas quand je suis arrivé, est quelque chose d?assez complexe s?agissant des clubs de sport. Nous avons un critère au niveau de la Ville de Paris qui est un critère palier. Nous donnons, sauf trésorerie hyper-excédentaire pour les clubs amateurs, 13 euros par licencié, quel que soit le type de fédération concernée, que ce soit le sport dit fédéral, le sport d?entreprise, le sport affinitaire et autre.

Après, nous avons des modulations et nous en discutons avec les clubs. Pourquoi ? Parce que c?est l?intérêt des conventions d?objectifs. Je vais vous prendre un exemple comme le Centre de formation du football de Paris. Nous avons rediscuté avec le Centre de formation du football de Paris de sa subvention qui va augmenter de 13 % cette année, mais le principal problème qu?avait le Centre de formation du football de Paris, c?est qu?il joue à la Plaine de jeux d?Orly. Il a une attribution quasi exclusive de la Plaine de jeux d?Orly. Nous avons fait des travaux dans la Plaine de jeux d?Orly, un équipement qui appartient à la Ville de Paris, où il y a des agents de la Ville de Paris qui l?entretiennent. Nous avons donc aidé notamment à faire avancer le dossier sur les bâtiments et les vestiaires.

C?est un problème que n?aura pas un autre club qui évoluera sur un terrain de grands jeux à Paris où les choses auront été faites. Or, c?était vraiment le premier besoin du Centre en quartier.

 

Deuxième élément, ce centre de formation n?a que 53 % ou 57 % de ses licenciés à Paris intra muros, ce qui est un très faible taux, alors qu?il a beaucoup d?adhérents Val-de-Marnais. Nous avons proposé à ce club - nous étions disponibles alors que ce n?est pas toujours facile - de l?aider à prendre contact avec le Val-de-Marne parce que, quand près de 40 % de vos licenciés sont originaires d?un autre département que celui de Paris, se pose à un moment donné la question de ?l?intérêt communal de la dépense?. Nous n?avons pas ce raisonnement-là, mais c?est une particularité parce que d?autres clubs, qui sont sur les Maréchaux, eux, ont 70-80 % de leurs adhérents qui sont des Parisiens. Je pourrais en discuter des heures et des heures, mais je ne vais pas le faire ce soir. C?est un autre élément.

Troisième élément : le niveau de compétition. Le Centre de formation de Paris obtient, au niveau de ses équipes de jeunes, de très bons résultats. On en tient compte. C?est la raison pour laquelle la subvention a encore augmenté. Mais au niveau de ses équipes d?adultes - et c?est aussi important dans la vie d?un club -, il est en deuxième division de district, alors que vous avez des clubs comme le C.A. Paris, qui sont à la fois en division d?honneur, c?est-à-dire aux portes de la 4e division du championnat de France de football, et qui ont des clubs de jeunes qui jouent en 1ère division de district, voire en excellence de district, voire en régional.

C?est tout cela que l?on essaie de prendre en compte pour établir des critères de subvention, en discussion avec les clubs, et qui fait que ce serait très compliqué, compte tenu de la diversité de la pratique du football amateur, d?avoir des critères rigides. Dans ce cadre, nous aurions plus de difficultés que de solutions. C?est donc un dialogue permanent que nous avons avec eux. Quand cela est justifié par les faits, nous sommes prêts à réévaluer la subvention, ce que nous avons fait avec le Centre de formation, et à en discuter avec eux. Les relations contractuelles que nous avons, de notre point de vue en tout cas, sont très satisfaisantes. Je connais bien le président PERRIDON, nous avons de très, très bonnes relations parce que c?est un club qui, dans le domaine d?activités qu?il s?est choisi, obtient d?excellents résultats.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Monsieur CHERKI.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 201.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DJS 201).