Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DGIC 15 - Opération Nuit Blanche 2005. Autorisation à M. le Maire de Paris de signer 12 conventions de partenariat.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2005


Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération DGIC 15 sur lequel un amendement n° 40 ter a été déposé par l?Exécutif.

La parole est à Mme NENNER.

Melle Charlotte NENNER. - Je me réjouis de l?organisation de l?édition 2005 de l?opération ?Nuit blanche?.

En effet, à l?heure où le patronat français se demande comment réenchanter le monde, la Mairie de Paris, elle, agit depuis 2001 et, à l?occasion de cette nuit, amène rêve et poésie dans les rues et les lieux particuliers de Paris. Quand l?art contemporain descend dans la rue, le succès populaire est au rendez-vous.

L?objet du projet de délibération porte sur les conventions de partenariat qui définissent les relations entre les sponsors ou mécènes et la Ville. Les premiers participant pour beaucoup au financement de ?Nuit blanche?, les deuxièmes organisant l?opération et garantissant une contrepartie de visibilité pour les entreprises mécènes.

Une de ces conventions nous pose problème. Il s?agit de celle avec la société ?P. et C. Heidsieck?. En effet, la convention prévoyait une contrepartie pour la société qui venait, à mes yeux, contourner la loi ?Evin? sur la publicité pour l?alcool. Il était prévu, et je parle au passé, un salon de l?Hôtel de Ville entièrement aux couleurs de cette marque de champagne, ainsi que la mention de ?Champagne officiel? de ?Nuit blanche? sur tous les supports liés à l?opération.

L?amendement qui est proposé par l?Exécutif vient me rassurer sur ce point puisqu?il annule la mention de ?Champagne officiel? et l?opération de déguisement d?un des salons de l?Hôtel de Ville.

Mais ceci pose tout de même la question que nous avions déjà soulevée lorsque nous avions parlé des conventions sur ?Paris plage?. Il manque à nos yeux une réflexion globale sur les partenariats entre la Ville et les entreprises qui participent.

Des opérations montées par la Ville sont sponsorisées et nous ne savons pas forcément dans quel cadre cela se fait. Sponsor ou mécénat ? Quelle part privée dans le budget des opérations ? Quels critères de choix des partenaires ? Quelles contreparties ? Comment ?

Nous sommes à nouveau en demande d?un débat en Conseil de Paris sur cette question et nous réitérons cette demande de réflexion globale. Je pense qu?elle serait la bienvenue plutôt que de discuter chaque fois convention par convention et partenariat par partenariat sur ces opérations.

Merci.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à M. Christophe GIRARD qui a été élevé au jus de pommes de Touraine, on le sait !

Mais allez-y, Monsieur Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Sur le principe d?une charte de partenariat, il faut noter qu?une convention est diffusée aux entreprises qui souhaitent s?associer à la Ville de Paris. Cette charte était ainsi annexée à l?ensemble des conventions conclues pour ?Paris plage? 2005. Elle précise le cadre de l?opération, ses buts et les valeurs qui y sont attachées. Elle précise également les conditions et les contreparties liées à ces partenariats.

La prestation de recherche de partenariats fait actuellement l?objet d?un appel d?offres qui permettra d?améliorer notre dispositif en s?appuyant sur l?expérience de trois années d?expérimentation de ce dispositif. Il y est expressément prévu que toute mission de recherche de partenariats débute par l?expression des objectifs poursuivis et en particulier par la rédaction d?une charte qui soit remise systématiquement aux entreprises sollicitées, en amont de toute proposition.

Il est à noter qu?il est apparu préférable d?adapter ce document à chaque opération, celles-ci développant leur thématique propre, qui mérite d?être reflétée par la charte, outre les grands principes - indépendance, égalité d?accès - qui président à l?action publique de manière générale.

La réflexion sur ce thème se poursuit donc et trouvera à se concrétiser à l?avenir dans le cadre d?un nouveau marché.

 

Pour ce qui est de Piper-Heidsieck, simplement vous dire que Heidsieck est la même famille que le pianiste.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur Christophe GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, l?amendement n° 40 ter de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

L?amendement n° 40 ter est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DGIC 15 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2005, DGIC 15).